Allez au contenu, Allez à la navigation



Le Moyen-Orient à l'heure nucléaire

 

B. UNE VÉRITABLE ATTENTE D'EUROPE

L'Europe est louée pour son gradualisme, sa capacité de dialogue et sa préférence pour les valeurs face à une Amérique attachant trop d'importance à une définition procédurale de la démocratie. Les Européens sont appréciés pour leur culture et leurs liens historiques avec la région. A ce jeu là, la France ne manque pas d'être flattée en raison de sa sensibilité ancienne aux revendications arabes.

Mais soyons clairs, si les élites arabes souhaitent plus d'Europe, c'est surtout pour avoir moins d'Amérique. Si elles plébiscitent le soft power européen, c'est qu'elles en ont eu assez de l'unilatéralisme de l'administration précédente. Que le Président Obama fasse preuve de davantage de sensibilité, de culture et d'ouverture, comme il a su le faire avec un talent remarquable au Caire, et ces mêmes élites arabes retrouveront bien vite le chemin de Washington. Il n'en reste pas moins que la méfiance envers l'Occident et la volonté de préserver une identité menacée continueront à semer des chausse-trapes sur le chemin de la relation entre le Moyen-Orient et l'Occident.