Allez au contenu, Allez à la navigation



Mutation des virus et gestion des pandémies - l'exemples du virus A (H1N1)

 

II. LES ACTIVITES DE L'INSERM

- L'INSERM est le seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine. Il s'est vu confier, en 2008, la responsabilité d'assurer la coordination stratégique, scientifique et opérationnelle de la recherche biomédicale.

Créé en 1964, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche, a créé dix instituts thématiques qui lui sont associés afin d'exercer sa mission de coordination. Cette démarche renforce les partenariats qu'il a conclus dès l'origine avec les autres instituts de recherche publics et privés, l'Université et les hôpitaux 80 % des 318 unités de recherche Inserm sont implantées au sein des centres hospitalo-universitaires, ou des centres de lutte contre le cancer).

- Cette coordination est renforcée depuis avril 2009 par la création de l'Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé, dont l'Inserm est signataire avec d'autres organismes et instituts de recherche et la conférence des présidents d'université. L'Alliance s'appuie elle-même sur 10 instituts thématiques multi-organismes, dont la direction est assurée conjointement par des organismes de recherche (Inserm, CNRS, CEA ou INRA (selon le domaine de recherche).

- Ce réseau a réagi rapidement lors de l'apparition du virus A(H1N1), en faisant se réunir, chaque mois, une quarantaine de scientifiques de toutes disciplines, spécialistes de la santé humaine et animale, et représentants des principales organisations de recherche françaises.

L'Institut thématique multi-organismes Microbiologie et maladies infectieuses (IMMI), et l'Institut thématique multi-organismes Santé publique ont fait des propositions d'animation, de programmation et de coordination des activités de recherches, en lien avec les ministères de la Santé et de la Recherche.

Trois groupes de travail H1N1 ont ainsi été constitués autour des thématiques suivantes :

- aspects cliniques, épidémiologiques et de sciences humaines et sociales,

- aspects de diagnostic,

- aspects plus fondamentaux et de vaccinologie.

Chacun de ces groupes, piloté par un comité de quatre personnes, a fait appel à une quinzaine de scientifiques, impliquant des laboratoires hospitaliers et le secteur privé afin d'identifier et de mettre en place des projets de recherche prioritaires.

- La priorité a été donnée dans un premier temps aux projets de cohorte, d'évaluation des tests diagnostiques, de risques de réassortiment du virus et de réponse immunitaire au vaccin.

Quatre cohortes ont ainsi été constituées :

- CoPanFlu, formée de 1000 ménages tirés au sort afin d'étudier les facteurs de risque d'infection, de préciser comment se transmet la grippe et comment s'exprime l'infection ; l'objectif recherché est de contribuer à la veille sanitaire grâce à une analyse en temps réel des données cliniques et virologiques ;

- FluCo, qui comprendra 1500 patients atteints de grippe A, dont 500 formes graves, afin de déterminer les facteurs de risque de formes graves et l'efficacité des traitements ; quelques essais seront menés pour évaluer l'efficacité des corticoïdes à faibles et fortes doses sur certaines surinfections ;

CoFluPreg, qui mesurera l'incidence de la grippe pandémique et ses conséquences maternelles et périnatales chez 2000 femmes enceintes ;

FluHop qui suivra la réponse immunitaire au vaccin saisonnier et pandémique chez 180 personnels hospitaliers.

- Des études sont également en cours en matière d'essais vaccinaux, d'essais thérapeutiques de recherche fondamentale et dans le domaine des sciences humaines et sociales.

D'autres projets sont en cours d'évaluation, notamment en recherche plus fondamentale (études génétiques du virus, développement d'autres inhibiteurs viraux, évolution virale en relation avec la réponse immunitaire, modélisation, physiopathologie et modèle animal de la pneumopathie virale).