Allez au contenu, Allez à la navigation



Les effets sur la santé et l'environnement des champs électromagnétiques produits par les lignes à haute et très haute tension

 

2. Champs statique et alternatif de hautes et basses fréquences : le spectre électromagnétique

La caractérisation d'un champ électromagnétique se fait par sa fréquence ou la longueur d'onde de son rayonnement.

La fréquence est le nombre d'oscillations ou de cycles par seconde.

La longueur d'onde est égale à la distance entre un point d'une onde et son homologue sur l'onde suivante.

Plus la fréquence est élevée, plus la longueur d'onde est courte et inversement.

Il existe des champs magnétiques statiques qui restent constants au cours du temps. C'est le cas des aimants. Le champ magnétique terrestre est aussi un champ statique créé par les mouvements du noyau de la Terre. Il est de l'ordre de 50uT en France. Un champ statique, qui a donc une fréquence nulle, peut toutefois être intense.

Pour illustrer ce phénomène, l'AFSSET a présenté un diagramme plaçant différentes sources en fonction de leur intensité et permettant de comparer tout particulièrement les champs magnétiques du corps humain avec les champs magnétiques artificiels :

Intensité du champ en Tesla

1

10-5

10-7

10-8

10-9

10-11

10-13

10-15

Activité

IRM

Terre

Bruit environnemental

Voiture à 50 m

Battements cardiaques adultes

Battements cardiaques d'un foetus

Cerveau adulte

Cerveau foetus

Il existe également des champs alternatifs caractérisés en fonction de leur fréquence.

Les champs d'extrêmement basse fréquence sont ceux allant jusqu'à 300 Hz - par exemple le courant électrique. Le courant alternatif va créer un champ variable dans le temps, le courant changeant de sens à intervalles réguliers, par exemple 50 cycles par secondes (50 Hertz) pour le courant dans les pays européens.

Les champs de moyenne fréquence 300 Hz à 10 MHz sont engendrés par certains appareils électriques (écrans d'ordinateur, antivols).

Les radiofréquences sont comprises entre 10 MHz et 300 GHz (domaine hertzien et ultrahertzien) et sont le fait de la radio, de la télévision, du radar, des téléphones portables ou des fours à micro-ondes. L'intensité de ces champs se mesure également en watts par mètre carré (W/m²) soit la densité de puissance.

Au-delà se situent les rayonnements ionisants Les ondes électromagnétiques sont transportées par des particules énergétiques appelées « quanta ». Plus la fréquence est haute plus l'énergie véhiculée est importante. L'énergie peut être suffisamment élevée pour briser les liaisons intra et intermoléculaires. C'est notamment le cas des rayons gamma émis par les substances radioactives, les rayons cosmiques et les rayons X. Ils sont appelés « ionisants ». Les autres rayonnements qui n'ont pas suffisamment d'énergie et n'ont pas cette capacité sont dits « non ionisants ».

Pour plus de facilité de compréhension, l'ensemble de ces rayonnements peut être présenté de manière synthétique sous la forme du spectre électromagnétique :

Rayonnement

Fréquence

Gamme

Exemples d'applications

Non Ionisant

0Hz

Champs statiques

Aimants, IRM

3-300Hz

Extrêmement basses

fréquences (EBF)

Réseau électrique et électroménager

300 Hz à 30 kHz

Fréquences intermédiaires

Écrans vidéo, chauffage par induction

30 kHz à 300 GHz

Radiofréquences

Radiodiffusion, télédiffusion,

téléphone mobile, four à micro-ondes,

radars, communications par

Satellites

300 THz à 385 THz

Infrarouge

Détecteurs antivol, Télécommandes

385 THz à 750 THz

Visible

Soleil, lasers

750 THz à 3 PHz

Ultraviolet

Soleil, photothérapie

Ionisant

3 PHz à 30 PHz

Rayons X

Radiologie

Au-delà de 30 PHz

Rayons gamma

Physique nucléaire

k=kilo=103, M =Méga=106, G=Giga =109, T=Téra =1012, P=Pêta =1015

Source : Fondation Santé et radio fréquences