Allez au contenu, Allez à la navigation



Les effets sur la santé et l'environnement des champs électromagnétiques produits par les lignes à haute et très haute tension

 

b) La classification du CIRC

La classification des agents par le CIRC comprend cinq catégories :

Groupe 1 : L'agent est cancérogène pour l'homme.

Groupe 2A : L'agent est probablement cancérogène pour l'homme.

Groupe 2B : L'agent est peut-être cancérogène pour l'homme.

Groupe 3 : L'agent est inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'homme.

Groupe 4 : L'agent n'est probablement pas cancérogène pour l'homme.

Votre rapporteur a souhaité que les résultats complets de cette classification soient placés en annexe de ce rapport pour que chacun puisse se forger sa propre analyse sur le risque relatif de chaque groupe.

Pour expliciter ce classement, il convient d'avoir à l'esprit que la découverte d'une nouvelle pathologie en lien avec un facteur environnemental, est confirmée en plusieurs étapes au final concordantes :

- une constatation clinique : les praticiens constatent un accroissement de la survenance d'une maladie, notamment chez les populations particulièrement exposées (les professionnels) ou chez des populations ciblées (âge, sexe...) ;

- une constatation épidémiologique avec la mise en évidence d'un risque et d'un lien dose-effet, cette constatation étant confirmée par plusieurs études ;

- un mécanisme confirmé par des études reproductibles sur les animaux, in vivo, et par des études in vitro.

Le classement dans le groupe 1, c'est-à-dire d'une cancérogénicité certaine, correspond, le plus souvent, à l'accumulation des preuves épidémiologiques, in vivo et in vitro.

Le classement en catégorie 2A, c'est-à-dire d'une probable cancérogénicité pour l'homme, correspond le plus souvent à seulement deux éléments de preuve.

Le classement en catégorie 2B, c'est-à-dire à une simple possibilité, à un élément de preuve seulement.

Enfin, les classements 3 et 4 correspondent soit à une absence de données soit à des données tendant à infirmer la cancérogénicité.

c) La monographie de 2002

En 2002, le CIRC a donc publié une monographie relative aux champs électriques, magnétiques statiques et d'extrêmement basses fréquences.

Ses conclusions ont été les suivantes :

« There is limited evidence in humans for the carcinogenicity of extremly low-frequency magnetic fields in relation to childhood leukaemia.

There is inadequate evidence in humans for the carcinogenicity of extremly low-frequency magnetic fields in relation to all other cancers.

There is inadequate evidence in humans for the carcinogenicity of static electric or magnetic fields and extremly low-frequency electric fields.

There is inadequate evidence in experimental animals for the carcinogenicity of extremly low-frequency magnetic fields.

No data relevant to the carcinogenicity of static electric or magnetic fields and extremly low-frequency electric fields in experimental animal were available ».

En conséquence de quoi, le CIRC a classé les CEM EBF en catégorie 2B, mais les autres champs étudiés en catégorie 3.