Allez au contenu, Allez à la navigation



Les effets sur la santé et l'environnement des champs électromagnétiques produits par les lignes à haute et très haute tension

 

2. Les méta-analyses post Wertheimer

Au-delà de la polémique, de nombreuses études scientifiques ont été menées à la suite de celle de Nancy Wertheimer.

Votre rapporteur ne souhaite pas ici en faire un inventaire complet, que l'on peut retrouver dans les différentes expertises collectives citées en référence, mais s'attacher uniquement aux deux méta-analyses décisives qui ont emporté la conviction du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS.

L'étude d'Ahlbom et al. (2000, British journal of cancer) est une méta-analyse reprenant les données de neuf études précédentes. Ces études utilisaient sur une durée de 24 à 48 heures soit des champs effectivement mesurés, soit calculés. Il s'agit d'études de cas contrôlés.

Les résultats indiquent que, pour un niveau d'exposition moyen inférieur à 0,4 uT et sur une population de 3 203 enfants atteints de leucémies et de 10 338 autres enfants sains, l'accroissement du risque est quasi nul.

En revanche, pour 44 enfants malades et 62 sains exposés à un champ supérieur ou égal à 0,4 uT, le risque serait accru de 2.

En résumé, 99,2 % des enfants considérés sont exposés à moins de 0,4 uT et n'ont pas de risque supplémentaire. 0,8 %, qui sont plus fortement exposés, connaîtraient un risque plus élevé que la moyenne de déclarer une leucémie.

L'étude de Greenland et al. (2000, Epidemiology) incluait 15 études et a utilisé un seuil de 0,3 uT au-delà duquel a été trouvé un facteur de risque de 1,7.

L'un des points importants, soulignés par le rapport du Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF) en 2004, est que ces études n'évoquent ni l'existence d'une relation dose-risque, ni en termes d'intensité d'exposition, ni en termes de durée d'exposition, ni ne mettent en lumière un seuil d'exposition ou une période d'exposition qui serait particulièrement inductrice de risque.

3. 2002, le classement par le CIRC en catégorie 2B

En 2002, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a publié une monographie sur l'évaluation du risque cancérogène des champs électriques et magnétiques statiques et d'extrêmement basses fréquences. C'est alors que les CEM EBF ont été classés en catégorie 2 B.

a) Les monographies du CIRC

L'une des missions du CIRC est de rédiger des monographies sur la possible cancérogénicité pour l'homme d'agents ou de facteurs environnementaux : produits chimiques, mélanges complexes, expositions professionnelles, agents physiques et biologiques, facteurs comportementaux.

Elles sont une source d'information scientifique pour les autorités publiques pour prévenir l'exposition à des cancérogènes potentiels.

Elles sont réalisées par des groupes d'experts internationaux qui effectuent une revue bibliographique scientifique et évaluent le degré de risque.

Depuis 1971, plus de 900 agents ont été évalués, dont 400 ont été classés cancérogènes ou potentiellement cancérogènes.