Allez au contenu, Allez à la navigation



Les effets sur la santé et l'environnement des champs électromagnétiques produits par les lignes à haute et très haute tension

 

5. Que sait-on des causes des leucémies infantiles ?

A défaut de disposer de réponses directes au possible lien de causalité entre leucémies infantiles et lignes à haute tension, que sait-on des causes de la maladie elle-même ?

Votre rapporteur reprendra ici les informations recueillies auprès de Mme Jacqueline Clavel, responsable de l'unité 754 de l'Institut national de santé et de recherche médicale (INSERM), qui gère le registre national des cancers de l'enfant et qui mène actuellement l'étude GEOCAP de géolocalisation des cancers de l'enfant en fonction de facteurs environnementaux.

On dénombre 1 700 nouveaux cas de tumeurs de l'enfant par an en France, soit un taux d'incidence annuel de 156 cas par million :

Types

Nombre

Leucémies

487

Tumeurs du système nerveux central

394

Lymphomes

201

Tumeurs du système nerveux sympathique

143

Sarcomes des tissus mous

105

Tumeurs rénales

96

Tumeurs osseuses

81

Tumeurs germinales et gonadiennes

65

Mélanomes et carcinomes

52

Rétinoblastomes

49

Tumeurs hépatiques

14

Autres

4

Source : J. Clavel, Inserm, 2009.

Pour les leucémies elles mêmes, le taux d'incidence est d'environ 44 par million et par an.

Pour les leucémies aigües pour lesquelles il existe une possibilité de lien avec les champs magnétiques (Leucémie aigüe lymphoblastique -LAL- et Leucémie aigüe myéloïde - LAM), le taux d'incidence est de 40 par million et par an.

Entre 1990 et 2004, il y a eu 6 640 cas de leucémie aigüe en France.

Sur la base de ces données internationales, le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF) a estimé, en 2004, qu'en supposant que l'exposition à 0,3 ìT ou plus est un facteur de risque de leucémie chez l'enfant et que ce niveau d'exposition concerne 2 % des enfants de moins de 15 ans, 2 à 12 cas pourraient être imputables chaque année en France aux champs électromagnétiques quelle qu'en soit l'origine (ligne haute tension ou environnement domestique), soit une moyenne de 53 cas sur 10 ans.

Si on considère ensuite qu'un quart de cette population serait soumise à plus de 0,4 uT en raison de la proximité de son domicile avec les lignes (cf. étude Côte d'Or, EDF, 2004), cette surexposition serait susceptible d'expliquer de 0,5 à 3 cas par an.

20 % des enfants malades ne sont pas sauvés, soit potentiellement peut-être de 0 à 1 mort par an pour cette raison.

Cette évaluation permet de mesurer l'ampleur du risque. Elle est néanmoins assez grossière car soumise à de nombreuses incertitudes : évaluation de la population exposée et celle exposée à cause des lignes.

Ces leucémies se déclenchent très majoritairement entre 1 et 6 ans, le pic se situant autour de 3 ans.

On n'observe pas d'augmentation de l'incidence de ces maladies mais une concentration dans le temps du pic, comme cela a pu être montré en comparant l'évolution des taux d'incidence entre l'Europe de l'Ouest et l'Europe de l'Est.

On n'observe pas non plus de différence d'incidence significative entre les différents pays européens. En revanche, des différences sont plus significatives entre « ethnies » selon des études réalisées aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande.

Ces variations ou non variations d'incidence laissent de nombreuses questions non résolues :

- Sont-elles réelles ou liées à des biais comme la qualité du diagnostic et du dénombrement ou à des maladies concurrentes ?

- Si ces variations sont réelles, s'expliquent-elles par le mode vie, les conditions socio-économiques, des épidémies ?

Parallèlement à ces données et questions générales, on sait que les leucémies sont des maladies multifactorielles dont les différents mécanismes sont mal connus.

Toutefois sont établis les facteurs de risque suivants :

- les radiations ionisantes à forte dose,

- les chimiothérapies anticancéreuses,

- des prédispositions génétiques familiales cancéreuses ou non,

- la trisomie 21.

Au-delà, plusieurs hypothèses sont formulées autour de facteurs de risques :

- infections virales spécifiques qui pourraient faire de la leucémie une réponse rare à une infection fréquente et banale (Kinlen, 1988) notamment à l'issue de brassages de population liés par exemple à la construction d'un grand équipement ;

- hypothèse hygiéniste (Greaves, 1988). Les leucémies seraient une réponse à un isolement immunitaire et à la trop faible exposition précoce à des maladies, l'allaitement, le mode de garde collectif étant alors de bons moyens de réduire le risque de survenance ;

- les radiations ionisantes à faible dose (le radon) ou les radiations non ionisantes qu'il s'agisse des CEM EBF ou des radiofréquences ;

- les expositions chimiques aux pesticides (parental ou domestique, comme l'usage d'insecticides par la mère durant la grossesse), à la pollution atmosphérique, au trafic routier ou à la proximité de stations services, et au tabagisme passif (de la mère pendant la grossesse ou du père avant la conception) ;

- enfin, il pourrait s'agir de mécanismes épi-génétiques.

Aucune de ces hypothèses n'est, du point de vue de la recherche, plus privilégiée que les autres. La possible relation entre CEM EBF et leucémies n'est pas plus robuste.

C'est justement l'objectif et l'esprit de l'étude GEOCAP qui vise à étudier la prévalence de différentes expositions : CEM-EBF, trafic routier, radon résidentiel, sites nucléaires, sites industriels SEVESO, stations services.