Allez au contenu, Allez à la navigation



Services à la personne : bilan et prospective

30 juin 2010 : Services à la personne : bilan et prospective ( rapport d'information )
3. Accompagner les tendances démographiques lourdes
a) A long terme, une augmentation de la dépendance et une natalité soutenue ...


· L'INSEE a défini, en 2006, deux scénarios de croissance démographique à horizon 2050.

Un premier scénario, dit « tendanciel », repose notamment sur l'hypothèse d'un taux de fécondité de 1,9 enfant par femme sur toute la période projetée (niveau moyen des années 2000-2005), d'un solde migratoire de + 100 000 personnes par an (niveau moyen des années 2004-2005), ainsi que d'une mortalité en baisse (sur la tendance observée de 1988 à 2002), ce qui conduit à une espérance de vie à la naissance de 89 ans pour les femmes en 2050, tandis que les écarts d'espérance de vie à la naissance entre femmes et hommes se réduisent, de 7,1 ans en 2005 à 5,2 ans en 2050.

Dans un second scénario, dit de « haute fécondité », un taux de fécondité de 2,1 enfants par femme est anticipé sur toute la période projetée, les hypothèses portant sur le solde migratoire et l'évolution de la mortalité étant les mêmes que dans le scénario tendanciel.

Il apparaît, dans ces projections, que la proportion des plus de 65 ans doit passer du sixième à près du quart de la population à l'horizon 2030, laissant augurer de besoins largement accrus en termes de dépendance.

POPULATION TOTALE ET RÉPARTITION PAR GROUPE D'ÂGE EN 2005 ET 2030

Source : rapport annexé du BIPE, INSEE

L'INSEE prévoit par ailleurs que la population des plus de 75 ans devrait approximativement doubler, en nombre et en proportion, d'ici à 2050 (de 8 % à près de 16 %, soit 11 millions de personnes).

La mission commune d'information sur la prise en charge de la dépendance et la création du cinquième risque du Sénat36(*) a montré que, derrière une tendance forte à l'accroissement des besoins à long terme, leur évolution, année après année, n'aurait rien de linéaire.

LA PRÉVALENCE DE LA DÉPENDANCE : UNE PROGRESSION NON LINÉAIRE

« D'ici à 2015, les plus de 85 ans vont croître de moitié (de 1,3 million à 2 millions d'individus). La prévalence de la dépendance n'augmentera pas au même rythme, car l'état de santé des générations futures va continuer de s'améliorer. Trois facteurs d'entrée en dépendance sur quatre devraient voir leur poids diminuer : les accidents vasculaires cérébraux (AVC), l'arthrose et les problèmes coronariens. Les schémas d'évolution du quatrième - les démences - sont beaucoup plus difficiles à définir et constituent la principale inconnue des projections concernant la dépendance.

Si le nombre de personnes âgées dépendantes devrait croître en moyenne de 1% par an, l'évolution ne serait pas linéaire : une première accélération est en cours et devrait connaître un pic en 2012 ; une période creuse la suivra du milieu de la prochaine décennie jusqu'à la fin des années 2020. Une seconde et forte accélération se produira alors, correspondant à l'arrivée au grand âge des générations du baby-boom.

A l'horizon 2025, à la veille du second pic de croissance du nombre des personnes âgées dépendantes, le vieillissement de la population pourrait engendrer des dépenses supplémentaires de l'ordre de 2 à 3 points de Pib. La dépendance, à elle seule, absorberait un demi-point pour atteindre 1,5 % de la richesse nationale ».

Source : synthèse du rapport d'étape de la mission commune d'information sur la prise en charge de la dépendance et la création du cinquième risque du Sénat, juillet 2008

La situation de la France, au regard de la dépendance, ne devrait cependant pas constituer une terra incognita. Le tableau suivant montre que la France de 2030 pourrait ressembler, de ce point de vue, à l'Italie et à l'Allemagne de 2020, et au Japon d'aujourd'hui :

PART DES PLUS DE 65 ANS DANS LA POPULATION TOTALE

* Projections

Source : Services économiques des Ambassades

Dans le contexte propre au Japon, on observera que la politique en matière de services à la personne est exclusivement orientée vers la prise en charge de la dépendance.

LA POLITIQUE JAPONAISE EN MATIÈRE DE SERVICES À LA PERSONNE

La multitude de services à la personne que l'on connait en France (jardinage, garde des enfants...) n'ont que peu de prise au Japon, un certain nombre de services à la personne étant assurés au sein des familles, leur développement n'étant pas une priorité du gouvernement.

Le système public d'assurance dépendance a au contraire été un puissant moteur au développement de 1'aide aux personnes âgées et représente aujourd'hui l'essentiel du secteur des services à la personne. Le marché de l'aide aux personnes âgées devrait connaitre une croissance sensible dans les années à venir, du fait des besoins créés par le vieillissement relativement marqué de la population japonaise et en raison de la politique du gouvernement démocrate, qui compte plus que jamais sur ce secteur pour créer de la croissance et de l'emploi.

Source : Services économiques des Ambassades


· Par ailleurs, grâce à une natalité soutenue, si la proportion de jeunes de moins de 20 ans dans l'ensemble de la population pourrait diminuer de 2 points à l'horizon 2030, elle aura tendance à s'accroître au sein de la population des moins de 65 ans : elle resterait stable, à 30 %, dans le scénario central, et passerait à 31,5 % dans le scénario haut. En toute hypothèse, elle augmenterait numériquement.


* 36 Mission présidée par M. Philippe Marini (UMP - Oise), rapport d'étape de M. Alain Vasselle (UMP - Oise), juillet 2008.