Allez au contenu, Allez à la navigation



L'avenir des « années collège » dans les quartiers sensibles (Tome I : rapport)

10 mars 2011 : L'avenir des « années collège » dans les quartiers sensibles (Tome I : rapport) ( rapport d'information )

B. DONNER TOUTE LEUR PLACE AUX FEMMES ET AUX JEUNES ADOLESCENTES

Aujourd'hui, certaines filles préfèrent se marier très tôt pour quitter la cellule familiale, que celle-ci soit violente ou non. D'autres choisissent de fréquenter des hommes fortunés en recherchant une forme de sécurité par rapport à l'avenir. Il est souvent nécessaire de se battre pour sortir de ces schémas.

Bien des choses ne s'apprennent pas nécessairement au collège ou au lycée. Certaines filles « rasent les murs » au sein des quartiers et ne connaissent pas leurs droits. D'autres n'ont pas accès à des formations concernant la sexualité et le rapport au corps.

En 2005, l'association « Ni Putes, Ni Soumises » a édité « Le guide du respect » pour les 12-25 ans. Ce guide aborde le sujet des traditions qui enferment, ainsi que différents thèmes parmi lesquels la sexualité, le respect, la laïcité, etc. L'Association travaille aujourd'hui à l'élaboration d'une « mallette pédagogique » afin de fournir aux chefs d'établissements des outils pour aborder ces problématiques.

On sait que des jeunes filles échangent des « biens sexuels » contre de l'argent, de la nourriture ou d'autres biens. Ces phénomènes de pré-prostitution témoignent d'un rapport au corps mal maîtrisé. Il faut soutenir toutes les initiatives qui permettent d'échanger sur ces sujets avec les jeunes adolescentes, de les avertir et de faire évoluer les mentalités.

C. LEVER LA CHAPE DE PLOMB DE L'EMPLOI

1. La disparition de l'emploi industriel a eu de nombreux impacts

Le clivage serait intervenu à partir des années 70-80, avec la disparition de la perspective du travail. En Seine-Saint-Denis, ce phénomène serait directement lié à la désindustrialisation massive. Le flux de l'immigration aurait de surcroît évolué d'une immigration de travail vers une immigration de regroupement familial, se traduisant par une insertion plus tardive sur le marché du travail.

La question de l'emploi dans les quartiers fragiles, et la forme de cet emploi, est donc prioritaire : les zones Franches ont réintroduit le travail, et cette action doit être poursuivie. Elle est néanmoins très difficile dans un contexte national peu favorable.

2. La socialisation dans notre société passe par le travail

Le travail est essentiel dans le processus de socialisation pour l'ensemble de la population française, et elle l'est a fortiori plus encore chez les personnes issues de l'immigration. Le chômage est à la base de la perte de repères, de revenus réguliers, de statut social, de fierté dans le groupe familial ou le clan.

La recherche d'un travail dans ces quartiers est rendue particulièrement difficile par le regard négatif qui leur est associé. Une étude du Bureau International du Travail (BIT) a montré qu'un jeune diplômé des quartiers sensibles a neuf fois moins de chance d'être recruté qu'un autre jeune diplômé d'un quartier normal.

Un des leviers d'action important porte donc sur le changement de regard à apporter sur les jeunes de ces quartiers, pour autant que ces jeunes parviennent à retourner le stigmate du regard : « Tu me regardes comme différent ; j'accentue cette différence », comme l'ont montré plusieurs sociologues comme Didier Lapeyronnie ou Vincenzo Cichelli.

3. Sortir le stage de troisième de l'enfermement des quartiers

L'ouverture à des stages variés, montrant une diversité de futurs possibles, est stratégique pour l'orientation.

Depuis la rentrée 2005, en application des dispositions de l'article 8 du décret n° 2005-1013 du 24 août 2005 relatif aux dispositifs d'aide et de soutien pour la réussite des élèves au collège (article D.332-14 du code de l'éducation), une « séquence d'observation en milieu professionnel » est obligatoire pour tous les élèves de 3ème. Par ailleurs, les élèves dont le programme d'enseignement comporte une initiation aux activités professionnelles (notamment module de découverte professionnelle) effectuent des stages.

Destinés à permettre aux élèves de découvrir le monde professionnel, ces moments de contact avec des entreprises ou des administrations constituent une ouverture susceptible de susciter l'ambition des élèves, voire de faire naître des vocations, notamment pour les élèves issus des quartiers fragiles dont l'environnement, très enclavé et marqué par le chômage, est moins propice que d'autres au développement d'un projet personnel.

Pour remplir ce défi, ces stages de Troisième mériteraient toutefois de faire l'objet d'une véritable stratégie au sein de chaque établissement, en partenariat avec le monde professionnel, dans le cadre d'un dialogue avec les familles et d'une préparation approfondie des jeunes.

« Afin de développer les connaissances des élèves sur l'environnement technologique, économique et professionnel, et notamment dans le cadre de l'éducation à l'orientation, l'établissement peut organiser, dans les conditions prévues par le code du travail, des visites d'information et des séquences d'observation dans des entreprises, des associations, des administrations, des établissements publics ou des collectivités territoriales. En classe de troisième, tous les élèves accomplissent une séquence d'observation en milieu professionnel. L'établissement organise également des stages auprès de ceux-ci pour les élèves âgés de 14 ans au moins qui suivent une formation dont le programme d'enseignement comporte une initiation aux activités professionnelles. »31(*)

Les séquences d'observation sont individuelles ou collectives, d'une durée de deux à cinq jours consécutifs ou non. Leur durée ne doit pas excéder une semaine. Les établissements doivent organiser un suivi des élèves en vérifiant que les tâches qui leur sont confiées sont bien conformes à ce qui est prévu par la convention d'accueil et en veillant également à ce que les conditions dans lesquelles s'effectue le contact avec le milieu professionnel ne mettent pas en cause leur sécurité. Le suivi est réalisé par un enseignant et par un tuteur en milieu professionnel. La présence d'un membre de l'équipe pédagogique aux côtés du jeune n'est toutefois pas obligatoire.

Dans les faits, ces stages sont obtenus pour une large part grâce aux réseaux personnels des jeunes et en fonction de la proximité géographique, comme en témoigne l'enquête ci-dessous. Trouver un stage loin de son domicile est en effet problématique car les élèves sont mineurs et demeurent sous la responsabilité de leur établissement scolaire, notamment en ce qui concerne leur sécurité.

STAGES DE TROISIÈME : ILLUSTRATION PAR UNE ENQUÊTE DE « RUE 89 »

Une journaliste de Rue89 a comparé les stages de troisième effectués par des classes de trois collèges, le premier dans le Vème arrondissement de Paris, le deuxième dans les Côtes d'Armor et le troisième à Aubervilliers. Cette enquête illustre l'intérêt d'une mutualisation de ces stages d'une durée de deux à cinq jours, obtenus pour une large part grâce aux réseaux personnels des jeunes et en fonction de la proximité géographique des entreprises.

Collège du Vème arrondissement de Paris

Agence de communication ; Cabinet vétérinaire ; Pharmacie ; Hôtel Ritz ; INALCO ; Editeur de logiciels de banque et assurance ; Fleuriste ; Renault ; DRH ; Armée de terre ; Caisse d'épargne ; Restauration ; Traiteur ; OPH Ivry sur Seine ; Institut Pasteur ; Cabinet d'avocats ; Public Sénat ; Maison des sciences de l'homme ; Centre en route de la navigation aérienne ; Bistrot ; Les coulisses du vin ; Maison d'édition ; Cabinet d'architecte ; SACEM ; Studio d'enregistrement ; Société de production ; Société audiovisuelle ; Manpower ; Musée national d'histoire naturelle ; Cabinet de conseil RH ; Succession Boris Vian ; Country Horse ; Ecole primaire ; Design informatique ; Interview (magazine) ; Crèche municipale

Collège des Côtes d'Armor

La Poste ; Étude notariale ; Association sportive et culturelle ; Service espace vert ; Entreprise de vente et réparation agricole ; Cabinet vétérinaire ; Boulangerie-pâtisserie ; Garagiste ; Maternelle ; Entreprise d'aménagement et création d'espace ; Entreprise de maintenance ; Informatique ; Exploitation agricole ; Restaurant ouvrier ; Laboratoire d'analyse médicale ; Réparation et vente de machines agricoles ; Maintenance informatique

Collège d'Aubervilliers

Conseil général ; Super U ; École ; Restaurant MXU ; Restaurant Cadets de Gascogne ; SAS CPPN ; Anaïs boutique ; Animalerie ; Alain Afflelou ; Carrefour pour l'information et la communication ; Plomberie ; Traiteur ; Restauration ; Informatique

Source : Rue 89

http://www.rue89.com/2010/06/20/stages-de-troisieme-legalite-des-chances-sarrete-a-la-superette-155630

Malgré les obstacles liés aux questions de mobilité géographique, naturellement moindre dans des quartiers enclavés qu'en centre-ville, des améliorations pourraient néanmoins être apportées afin de faire du stage de troisième un véritable moment de découverte pour les jeunes des quartiers fragiles.

Plusieurs pistes sont susceptibles d'être suivies afin de réaliser pleinement les effets potentiels du stage de Troisième.

- Des stages ou « séquences d'observation » pourraient être envisagés dans des lieux éloignés de l'établissement d'enseignement ou du domicile de la famille, avec si nécessaire un accompagnement, dans un cadre qui pourrait alors être collectif plutôt qu'individuel, en fonction du contexte, si cela est nécessaire pour que les jeunes ne soient pas limités dans leurs choix par l'enclavement territorial ;

- L'utilité des banques de stages mises en place en partenariat avec les représentants du monde professionnel (chambres consulaires) doit être évaluée32(*) pour mesurer les bénéfices d'une éventuelle mutualisation des offres de stage ;

- Dans les collèges des zones urbaines sensibles, la mise en place de ces partenariats pourrait bénéficier de l'aide d'intervenants extérieurs au collège, par exemple d'anciens jeunes du quartier ayant poursuivi des études ou réussi leur insertion professionnelle, dans le cadre d'un service civique. L'objectif serait d'une part d'enrichir les banques de stage par des actions concrètes auprès des entreprises, et d'autre part de mieux préparer les jeunes aux stages afin d'en renforcer l'utilité.

- Ces stages de courte durée ne sont en effet profitables que s'ils sont préparés en amont et qu'ils font l'objet d'un rapport de stage et d'un dialogue avec les jeunes en aval. Cet accompagnement devrait impliquer tant l'équipe pédagogique que les parents d'élèves, dans le cadre d'ateliers permettant aux jeunes de se familiariser avec les « codes » de la vie professionnelle et d'être initiés aux différents métiers susceptibles d'être exercés en entreprise ou dans une administration. Cette initiation pourrait inclure des notions concernant la création d'entreprise ainsi que des notions sur l'environnement de tel ou tel secteur économique.

- Enfin, croiser les regards de jeunes ayant effectué différents stages pourrait aussi se révéler utile, afin que l'expérience puisse les aider dans leurs choix d'orientation, sans pour autant déterminer celle-ci de façon irréversible. Ce partage d'expériences pourrait s'effectuer dans le temps scolaire mais aussi en dehors de ce temps, grâce à des événements du type « forum des métiers », susceptibles d'en fournir l'occasion.

UN STAGE, ET APRÈS ?

L'association « Un stage, et après » (USEA) travaille avec le collège République à Nanterre, à l'intention des classes de quatrième et troisième, pour rendre le stage de découverte plus efficace et combler le défaut d'information et le manque d'opportunités des collégiens des quartiers socialement défavorisés.

L'association, qui fonctionne avec 6 bénévoles, a permis à 50 jeunes de trouver un stage et d'être accompagnés dans cette expérience. Lors d'une première étape, elle réunit élèves, professeurs et parents sur la base du volontariat afin d'expliquer le parcours proposé aux élèves. Puis elle prépare les élèves qui le souhaitent aux stages, tout en recherchant activement lesdits stages auprès d'entreprises et d'administrations. Des ateliers sont destinés à aider les élèves à prendre la parole et à les sensibiliser au secteur d'activité qu'ils s'apprêtent à découvrir. L'association organise parallèlement avec l'entreprise la venue du stagiaire.

A l'issue du stage, de nouveaux ateliers ont pour objet d'aider les élèves à rédiger leurs rapports des stages et à préparer des oraux.

L'association organise par ailleurs un forum des métiers et de l'orientation, qui se déroule durant l'année qui précède le stage.

En raison de son succès, l'opération doit être étendue l'année prochaine au collège Évariste Gallois de Nanterre.

Source : USEA (Un stage, et après)


* 31 Article précité du code de l'éducation

* 32 Circulaire n° 2009-068 du 20 mai 2009 relative à la préparation de la rentrée 2009, qui prévoit « la mise en place dans chaque académie, d'une banque académique de stages au cours de la prochaine année scolaire : elle permettra d'assurer une plus grande équité dans l'accès de l'ensemble des élèves aux périodes en milieu professionnel prévues dans le cadre de leur cursus scolaire, notamment pour la séquence obligatoire d'observation en troisième ».