Allez au contenu, Allez à la navigation



Filière viande bovine : agir maintenant pour sauvegarder nos territoires

6 juillet 2011 : Filière viande bovine : agir maintenant pour sauvegarder nos territoires ( rapport d'information )

IV. TRANSFORMER LA FILIÈRE POUR L'ADAPTER AU NOUVEAU CONTEXTE

A. ÉTABLIR UN DIAGNOSTIC PARTAGÉ

1. Mieux organiser la filière : une nécessité
a) L'interprofession, lieu de dialogue

Interbev26(*), est une interprofession longue, représentative de la filière bovine, qui comprend 13 familles. Elle regroupe producteurs, négociants, industriels et distributeurs, qu'il s'agisse de la grande distribution ou des artisans-bouchers.

L'interprofession a une mission de communication vis-à-vis de l'extérieur et d'organisation des rapports entre les différents maillons de la filière. La communication constitue une activité essentielle mais dont l'impact sur la consommation est difficile à mesurer.

L'interprofession a également une mission de régulation de la filière, qui se concrétise par la conclusion d'accords interprofessionnels. La démarche interprofessionnelle a permis la conclusion d'accords techniques, par exemple pour pénaliser l'apport de bêtes sales dans les abattoirs, le mauvais état de propreté étant susceptible d'entraîner des conséquences sanitaires.

Mais le dialogue interprofessionnel doit permettre également d'aller plus loin et d'initier une démarche d'organisation collective de la filière. L'accord permettant d'alimenter le fonds national de l'élevage (FNE) a ainsi permis de dégager une enveloppe de 8 millions d'euros pour financer des actions en faveur de la génétique et de créer une réserve pour le financement collectif des risques.

Votre rapporteur souligne l'importance de la pratique interprofessionnelle, dont le but est de permettre, par le dialogue à l'intérieur d'une filière, de rapprocher les points de vue et d'oeuvrer dans l'intérêt de tous : l'élevage a besoin d'une industrie prospère et d'une distribution efficace. Aucun maillon de la chaîne ne peut espérer réussir sans les autres.

b) La difficile recherche du consensus au sein de la filière

Votre rapporteur a procédé à l'audition de la quasi-totalité des acteurs de l'interprofession et a pu constater des divergences de vision stratégique de la filière à moyen terme :

La première divergence porte sur les prix : alors que les industriels et distributeurs insistent sur la pression qu'exerce la concurrence internationale sur les prix, obligeant à aligner les conditions d'achats des bovins sur celles qui existent sur le marché international, les producteurs souhaitent d'abord et avant tout obtenir une hausse de l'ordre de 60 centimes des prix au kilo, afin de couvrir l'augmentation de leurs charges. Cette hausse des prix se heurte à la réticence des distributeurs de devoir répercuter sur leurs clients un tel ajustement.

La deuxième divergence porte sur l'importance des débouchés à l'exportation : alors que les producteurs estiment que l'exportation constitue une voie possible d'amélioration des revenus des agriculteurs, les industriels persistent à y voir essentiellement un marché de dégagement des quantités excédentaires sur le marché domestique.

La troisième divergence porte sur le poids des carcasses : alors qu'industriels et distributeurs se plaignent de carcasses trop lourdes, qui génèrent une mauvaise valorisation, les producteurs continuent à alourdir leurs bêtes : il est vrai que, compte tenu du mode de rémunération des éleveurs au kilo, ce sont les derniers kilos gagnés qui font la marge de l'éleveur.

LE POIDS DES CARCASSES

D'après les chiffres fournis par l'INRA27(*), le poids de carcasse des vaches de reforme charolaises a augmenté de 60 kilos en 30 ans, passant de 360 à 420 kilos.

Cette évolution trouve sa source dans la sélection génétique d'animaux de plus en plus lourds mais aussi dans la gestion technique des élevages qui privilégie une alimentation riche, à base de concentrés, distribués aux jeunes broutards en début de croissance pour leur permettre d'exprimer leur potentiel, plutôt que d'herbe pâturée et de foin. Cette augmentation de la consommation de concentrés, de l'ordre de 40 % ces quinze dernières années, contribue à une perte d'autonomie alimentaire des exploitations.

2. Aller vers le « juste prix » de la viande bovine
a) Le salut des éleveurs passe par les prix

Au delà des divergences d'analyse, l'ensemble des acteurs de la filière s'accorde sur un constat simple : l'élevage ne survivra que s'il sait répondre à la problématique du prix.

Les aides viennent en effet compenser des handicaps, rémunérer un surcoût de production généré par les contraintes qui sont imposées aux éleveurs, mais n'ont pas vocation à constituer la composante principale de la rémunération de l'agriculteur.

Au demeurant, la réforme de la PAC pour la période 2014-2020, actuellement en négociation entre États membres de l'Union européenne, conduira au mieux à la stabilisation des aides publiques allouées et en aucun cas à leur augmentation.

b) Organiser la transparence des prix et des marges

Le conflit entre éleveurs et abatteurs à l'automne 2010 a mis en lumière les difficultés à s'entendre dans la filière et la méfiance réciproque qui existe dans le processus conduisant à la détermination du prix, à travers la question du classement des carcasses et celle de la transparence des cotations.

Les machines à classer les carcasses constituent un outil permettant de déterminer, en fonction de la conformation de la carcasse et de l'état d'engraissement, le prix final qui sera payé à l'éleveur. Il s'agit d'un correctif à l'application brute du seul poids de carcasse. La volonté de mettre fin aux conflits d'interprétation entre éleveurs et abatteurs, sur lesquels pèse la responsabilité juridique du classement, a conduit à l'accord interprofessionnel du 30 juin 2010, dans le cadre d'Interbev, qui rend obligatoire l'installation d'une machine à classer dans tous les abattoirs de plus de 3 000 tonnes de gros bovins avant le 30 juin 2012. Lors des auditions, il a été indiqué à votre rapporteur que le plan d'équipement des abattoirs en machines à classer était en cours.

La question de la transparence des cotations trouve également sa source dans la méfiance des éleveurs à l'égard d'un système qui ne valorise pas suffisamment leurs efforts. Les professionnels ont ainsi préparé une réforme du système des cotations, afin de passer de dix à quatre zones de cotation et de mieux différencier les animaux présentés à la cotation en fonction du type racial (races à viande, races laitières, races mixtes). L'objectif de cette réforme, qui entrera en vigueur dès la fin 2011, est de restaurer la confiance entre acteurs du marché et de mieux valoriser les bêtes issues de races à viande par rapport à la vache laitière de réforme.

Enfin, la transparence passe par l'analyse des prix et des marges effectuée par l'observatoire, mis en place par la LMAP et dont la présidence a été confiée à M. Philippe Chalmin.


* 26 Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes, regroupant les filières bovine, ovine et équine.

* 27 Source : Jacques Agabriel, présentation des éléments de contexte général lors du déplacement effectué le 7 juin 2011 au Centre Clermont-Ferrand Theix.