Allez au contenu, Allez à la navigation

Les infrastructures et l'urbanisme : des projets structurants de l'aide publique française au développement

23 octobre 2012 : Les infrastructures et l'urbanisme : des projets structurants de l'aide publique française au développement ( rapport d'information )

ANNEXE VI : PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ TRANSTU

Ce document est consultable en format pdf.

ANNEXE VII : LES INTERVENTIONS DE L'AFD EN TUNISIE DANS LE SECTEUR DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

ELÉMENTS DE CONTEXTE

Principal bailleur de fonds du secteur de la formation professionnelle, l'AFD est impliquée pour soutenir le développement de la formation professionnelle en Tunisie depuis 1996, date à laquelle un vaste programme de mise à niveau de la formation professionnelle a été lancé. Baptisé MANFORME - Mise à Niveau de la Formation Professionnelle et de l'Emploi, ce programme visait à améliorer l'efficacité du système de formation de façon à le rendre plus adapté aux besoins des entreprises, avec pour objectif central l'amélioration de l'employabilité des nouveaux entrants sur le marché du travail.

Cet accompagnement s'articule autour de 3 principes, centrés sur l'idée d'une formation véritablement professionnalisante :


· systématiser l'approche par les compétences ;


· favoriser l'alternance afin d'optimiser l'utilisation du dispositif et l'insertion ;


· soutenir le partenariat avec les branches professionnelles, pour favoriser les synergies entre le monde de la formation et le secteur privé.

Démarche pionnière dans la région Méditerranée, ce mode opératoire a depuis été mis en oeuvre dans de nombreux pays d'intervention de l'AFD, au Maghreb et ailleurs (Maroc, Sénégal, Vietnam...).

RÉALISATIONS

Trois prêts successifs à taux d'intérêt bonifiés ont été mis en place entre 1997 et 2010, au profit du ministère en charge de la formation professionnelle, pour un montant de 73 millions d'euros. Ces financements ont ainsi contribué à la création ou la réhabilitation de 24 centres de formation, représentant un flux annuel de l'ordre de 13 000 apprenants, dans tous les secteurs d'activité (industrie, tourisme, agriculture...).

Deux projets de financement de création ou restructuration de quatre centres de formation professionnelle, pour un montant total de 17,8 millions d'euros en subvention, en application de l'accord de gestion concertée des migrations et du développement solidaire, sont par ailleurs en cours d'exécution.

Ces projets concernent :

(i) la réhabilitation du centre en soudure et construction métallique de Menzel Bourguiba (Bizerte) - travaux en cours d'achèvement, réalisation des programmes de formation en cours de finalisation, formation des formateurs à venir dans l'été, en vue d'une inauguration du centre à l'automne 2012. Financement français : 2,5 millions d'euros ;

(ii) la création d'un centre dans les métiers du bâtiment de Kabaria-Ibn Sina (grand Tunis) - même état d'avancement que Menzel Bourguiba. Financement français : 7,2 millions d'euros ;

(iii) la création du centre en soudure et construction métallique de Médenine - démarrage des travaux en février 2012, finalisation des infrastructures prévue en avril 2013, activités d'ingénierie de formation en cours. Financement français : 2,1 millions d'euros ;

(iv) la restructuration du centre de formation de Mghira (grand Tunis) dans les métiers de l'aéronautique, afin de faire de cet établissement un centre vitrine tête de réseau fédérant plusieurs centres. - Instruction du projet finalisée ; chronogramme de démarrage des activités en cours de finalisation en vue du lancement des 1ers appels d'offre. Financement français : 5,7 millions d'euros.

Deux subventions ont par ailleurs été successivement accordées à la Tunisie pour soutenir l'implication des professionnels dans la définition des orientations du secteur de la formation. Les branches professionnelles tunisiennes s'appuient pour cela sur leurs homologues françaises, avec qui elles établissement des partenariats favorisant le partage d'expériences.

LA COMPLÉMENTARITÉ AVEC LES INTERVENTIONS DE L'AFD SUR LES QUESTIONS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET D'EMPLOI

Dans le contexte post-14 janvier 2011, le futur politique et social de la Tunisie apparaît plus que jamais étroitement lié à la capacité qu'auront les pouvoirs publics à offrir des perspectives de formation et d'emploi à la hauteur des défis démographiques et économiques, notamment pour les moins de 29 ans, qui représentent plus de la moitié de la population. Présente auprès de ses partenaires pour contribuer au développement de meilleures synergies entre le monde de la formation et celui de l'entreprise, l'AFD, qui intervient aussi bien sur la formation professionnelle, dans l'enseignement supérieur professionnalisant, que sur l'emploi ou l'entreprenariat des jeunes, est aujourd'hui plus que jamais mobilisée pour accompagner les autorités tunisiennes sur les questions de formation pour l'emploi, notamment des jeunes.

C'est dans cet esprit qu'a été signé en juin 2011 un prêt de 15 millions d'euros qui vise à appuyer la création de l'Ecole Nationale des Ingénieurs de Bizerte (ENIB). A terme, 1 200 étudiants seront accueillis dans cette école dont la première promotion d'ingénieurs, disposant d'une solide formation scientifique et technique, sortira diplômée à l'été 2012.

Le Plan d'Appui à la Relance, pour lequel la France a souhaité mobiliser les financements de l'AFD à travers la mise à disposition du gouvernement tunisien d'un prêt de 185 millions d'euros, s'inscrit également dans cette démarche d'accompagnement des dynamiques d'emploi. En effet, sur les quatre axes d'intervention prioritaires retenus par les bailleurs de fonds impliqués sur ce plan d'appui (Banque mondiale, Banque africaine de développement, Union européenne, AFD), la France a choisi de concentrer son effort sur les mesures touchant à l'emploi et au secteur financier, en soutenant les réformes mises en oeuvre, autour des priorités suivantes :

- la préservation des emplois menacés, accompagnement à la recherche active d'emploi à travers le programme AMAL, et développement de l'entreprenariat et de la micro-entreprise ;

- l'appui aux réformes de l'environnement des affaires, notamment autour du capital investissement et de la micro-finance, afin de moderniser le secteur financier et à travers lui les entreprises pour, in fine, favoriser la création d'emplois.

LES PERSPECTIVES

La démarche pilote amorcée en Tunisie il y a une quinzaine d'années autour de l'idée d'une indispensable implication des professionnels dans la définition des besoins et des orientations du système de formation est aujourd'hui plus que jamais d'actualité, et mérite d'être encore renforcée, afin de permettre au secteur d'effectuer un saut qualitatif significatif.

La poursuite par la France des projets de soutien à la formation professionnalisante et à l'emploi permettra de contribuer à la modernisation du secteur et à son adaptation, à travers :

- un accompagnement à l'évolution du mode de gouvernance des dispositifs de formation, qui passe par une plus grande autonomisation des centres de formation ;

- un renforcement du rôle des acteurs privés et de véritables partenariats public-privé, y compris dans la gestion d'opérateurs de formation ;

- une amélioration du système de formation des formateurs, et un appui au développement de l'esprit d'entreprise, à travers des projets de soutien à l'entreprenariat des jeunes, pour qu'une véritable culture de l'entreprenariat puisse se développer ;

- un accompagnement global à la réflexion du ministère de la formation professionnelle et de l'emploi sur les perspectives d'évolution du dispositif de formation et sur les politiques actives d'emploi (financement d'études, d'ateliers de travail...).