Allez au contenu, Allez à la navigation

Les nouvelles technologies au service de la modernisation des territoires

19 avril 2017 : Les nouvelles technologies au service de la modernisation des territoires ( rapport d'information )

IV. LA VILLE DE CHARTRES : DES NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE LA GESTION INTELLIGENTE DE L'ÉCLAIRAGE PUBLIC

A. LES OBJECTIFS

L'éclairage public revêt un enjeu particulier à Chartres, dont l'attractivité touristique est fortement liée à son riche patrimoine historique. L'objectif de la ville était d'abaisser les consommations électriques de l'éclairage public. Les études initiales réalisées par la collectivité ont identifié un potentiel de réduction de l'ordre de 65 %.

Pour vérifier la viabilité de cette initiative, une expérimentation préalable a été menée par la municipalité en 2012 sur l'éclairage d'une petite voie piétonne qui a été équipée d'une technologie à diodes électroluminescentes (LED) et de modules communicants, mais sans gestion décentralisée. Jugée satisfaisante, les élus ont décidé de développer cette action innovante dans une zone d'essai plus large.

Un dispositif d'éclairage intelligent (LED et télégestion) a donc été déployé, dans le cadre d'une zone expérimentale19(*) baptisée « smart city », au sein d'un secteur touristique situé à proximité de la gare et de la cathédrale.

B. LES MOYENS

Le dispositif a été mis en oeuvre dans le cadre d'un partenariat de gestion globale de l'éclairage public avec un prestataire privé20(*). Les partenaires concernés sont : la ville de Chartres, Chartres Métropole, l'agglomération de Chartres, la société Citéos et la société Sysplug, start-up chartraine qui a développé les modules communicants.

Le principe technique retenu dans la zone expérimentale consiste à utiliser le réseau d'éclairage public sous tension permanente et à transmettre des informations avec des modules communicants. Les appareils d'éclairage sont équipés d'une solution intelligente (« Smart Lighting ») : luminaires LED, capteurs à rayon infrarouge de présence des piétons sur les trottoirs, abaissement significatif des niveaux lumineux en l'absence de piétons, télégestion, etc. Ces appareils sont actuellement positionnés devant une école maternelle publique. La zone expérimentale a fait l'objet d'une rénovation en 2006, lors du projet local « Coeur de ville ». La mise en place en 2015 du dispositif d'éclairage intelligent21(*) a nécessité le remplacement des luminaires par des LED et la mise en place de modules communicants.

C. LES RÉSULTATS

L'analyse des consommations montre que le dispositif d'éclairage intelligent a généré des économies de l'ordre de 71 % dans la zone concernée, un résultat supérieur aux hypothèses de départ. Cette action a permis de générer à elle-seule 40 % des économies énergétiques de la collectivité.

Forts de ce succès (aucune réclamation des visiteurs et des riverains sur les abaissements de puissance et d'intensité lumineuse, pas d'obstacles techniques rencontrés dans la mise en oeuvre du dispositif, zone d'essai visitée à de nombreuses reprises par d'autres collectivités et des entreprises qui souhaitent s'en inspirer), Chartres Métropole et la ville de Chartres ont décidé de s'orienter vers une politique globale de gestion intelligente de leurs services22(*).

La gestion de l'éclairage public est d'ailleurs, depuis le 1er janvier 2016, une compétence de Chartres Métropole. Si le contrat de gestion globale confié à la société Citéos arrivera à son terme le 31 décembre 2017, la collectivité a d'ores et déjà engagé une procédure pour désigner le futur gestionnaire de l'éclairage public qui devra s'engager dans une politique globale de « Smart Lighting ».

Pour approfondir : http://www.chartres.fr/uploads/tx_egestiondoc/VV143_01.pdf


* 19 Cette zone, comprenant les rues Georges Fessard et Charles Brune ainsi que la place Châtelet, comporte en plus de la gestion intelligente de l'éclairage public, plusieurs applications innovantes : gestion du stationnement, borne de recharge des véhicules électriques, traitement d'un passage piéton pour les personnes à mobilité réduire, gestion de conteneurs de collecte de déchets ménagers, station météorologique couplée avec un système d'arrosage automatique, mise en place d'un écran interactif, borne wi-fi, informations sur smartphone.

* 20 La société Citéos, partie prenante à la convention quadripartie élaborée par la mise en oeuvre de la zone d'essai.

* 21 C'est la société GI Smartware qui assure actuellement le pilotage de l'outil de gestion « Smart GEO ».

* 22 Concernant notamment l'énergie, la mobilité, le développement économique, l'environnement, l'urbanisme, etc.