Allez au contenu, Allez à la navigation

Drones d'observation et drones armés : un enjeu de souveraineté

23 mai 2017 : Drones d'observation et drones armés : un enjeu de souveraineté ( rapport d'information )

C. RENFORCER TOUTES LES CAPACITÉS EN DRONES

1. Minidrones et nanodrones : innovation et flexibilité

Si la montée en puissance des minidrones et nanodrones au sein des forces françaises est déjà largement amorcée, leurs perspectives d'emploi et l'offre technologique disponible ne cessent d'évoluer. L'adaptation des capacités nécessite donc une certaine souplesse dans les procédures d'achat.

S'agissant des forces spéciales, la couverture des besoins n'est qu'en partie réalisée, compte tenu d'un taux d'engagement important et du développement tardif de certaines capacités.

Sous réserve de coordination, une certaine flexibilité doit être maintenue pour pouvoir faire évoluer rapidement les équipements, en trouvant un équilibre entre :

- le développement ou l'acquisition de produits innovants, de coût élevé (à l'image par exemple du nanodrone Black Hornet de la société norvégienne Prox Dynamics) ;

- l'ouverture vers des drones commerciaux qui peuvent également se révéler utiles à très faible coût.

2. Drones tactiques : des capacités à consolider
a) La poursuite du programme de système de drone tactique

La prochaine LPM devra lancer l'étape 2 du système de drones tactiques (SDT), en procédant éventuellement à une réévaluation des besoins sur les théâtres d'opération ainsi que pour l'entraînement et la formation.

b) Les drones tactiques de la marine : des opportunités à saisir

Le déport de capteurs à distance des bâtiments de la marine permet une extension à moindre coût des capacités de surveillance. Il peut servir en OPEX, ou à des missions de police des pêches, de lutte contre la piraterie ou contre les trafics.

L'acquisition de drones tactiques pour la marine, dans le cadre du programme SDAM, serait complémentaire du programme de frégates de taille intermédiaire (FTI), dont la mise en oeuvre a été accélérée par l'actualisation de la LPM en 2015. Récemment notifié à l'entreprise DCNS, le marché de développement et de réalisation des cinq premières FTI devrait aboutir à la livraison du premier bâtiment en 2023.

L'offre industrielle de drones tactiques pour la marine reste à ce jour peu structurée. La France et l'Europe possèdent toutes les technologies et compétences nécessaires à l'émergence de leaders industriels pour ces drones de type VTOL (drones hélicoptères). Un leadership industriel français ou européen est donc encore envisageable, à condition d'en saisir l'opportunité, en calant le rythme de réalisation du programme SDAM sur celui du programme FTI.