Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

TITRE I : FRANCE TÉLÉCOM : LE CHANGEMENT COMME SEUL HORIZON, UN DÉFI NATIONAL À RELEVER

France Télécom est confrontée à une pluralité de défis. Tous peuvent pourtant se résumer d'un mot : changement.

Le secteur économique dans lequel l'entreprise intervient est entré dans une ère de mutations. La rapidité des progrès techniques commence même à rendre fugace la notion d'impossibilité.

Dans les dix jours qui ont précédé la publication du présent rapport, on a annoncé qu'il était désormais possible de transmettre, en une seconde, sur une fibre optique, et sous forme de codes informatiques, l'équivalent du fonds documentaire d'une bibliothèque riche de 250.000 livres. La moitié des possessions de la bibliothèque du Sénat, l'une des plus importantes de Paris, en une seconde ! Qu'annoncera-t-on au cours des dix prochains mois ?

Qui aurait dit il y a trois ans qu'un réseau de télécommunications mondial pouvait connaître une progression quasi géométrique du nombre de ses abonnés ? Pourtant, dans la seule année 1994, le clan des " branchés " d'Internet est passé de 12,2 à 26,1 millions de membres. 13,9 millions de personnes connectées supplémentaires ; plus de 110 % d'augmentation !

Les différents marchés nationaux sont tous aspirés dans le même tourbillon international. Les opérateurs multiplient alliances et stratégies mondiales.

Les frontières économiques établies deviennent vaporeuses. Les métiers hier distincts de l'audiovisuel, de l'informatique et des télécommunications tendent à se fondre dans une globalité encore informe : le " multimédia ".

Les règles de droit applicables sont en complet remodelage. Ce qui était prohibé, il y a peu, commence à être autorisé et ce qui était permis -des droits exclusifs sur le téléphone par exemple- tend à être interdit. Des cloisonnements juridiques rigoureux, tels ceux existant encore le mois dernier aux États-Unis entre marché local et marché interurbain ou entre câblo-opérateurs et compagnies téléphoniques, explosent. Qui, il y a deux mois, en France, aurait prédit que ce ne serait pas Deutsche Telekom qui serait retenu comme opérateur de télécommunications par le Bundestag ?

Dans cet environnement en voie de complète recomposition, France Télécom ne peut pas rester en retrait. Les mouvements de l'extérieur lui imposent des évolutions internes si elle veut rester " en phase " avec son milieu naturel.

Cette adaptation n'est pas nécessairement aisée. L'entreprise a hérité de son riche passé d'immenses atouts mais aussi de lourds handicaps. Néanmoins, elle n'a pas le droit à l'inertie. Dans cette affaire, elle engage au-delà d'elle-même et de la communauté humaine qui l'anime. Elle met en jeu le destin du pays qui l'a porté au premier plan et qui a besoin d'elle pour acquérir des positions fortes dans le monde de demain.

C'est donc non seulement pour elle-même mais aussi pour la Nation que France Télécom doit relever les défis que lui lance l'avenir.

Retour Sommaire Suite