Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

2. Les OGM et l'alimentation

a) L'amélioration de la qualité des aliments

L'introduction d'un gène nouveau peut aussi viser à améliorer la qualité des aliments. Cet axe de développement concerne davantage le consommateur. Il est appelé à prendre une importance accrue à l'avenir.

La modification de la teneur en certains nutriments

Il est par exemple possible de modifier la composition des huiles en acides gras afin de diminuer le risque d'accidents cardio-vasculaires, ou d'inhiber l'expression du gène responsable, pour le riz, de l'expression d'une protéine provoquant des allergies alimentaires.

Mentionnons également, à titre d'exemple, les recherches visant à rendre le lait de vache plus proche du lait maternel, en vue de sa consommation par les nourrissons.

Une meilleure conservation des produits

Il s'agit du volet qui, s'agissant de l'amélioration de la qualité des aliments, en est au stade le plus avancé. En effet, des légumes transgéniques à maturation retardée ont déjà été commercialisés dans les pays anglo-saxons.

Il s'agit notamment de la célèbre tomate " flavr-savr " de la société Calgene, commercialisée depuis 1994 aux Etats-Unis, génétiquement modifiée pour exprimer en plus faible quantité une enzyme provoquant le ramollissement de la tomate au moment de la maturation, ce qui lui permet de conserver pendant une plus longue durée que la tomate conventionnelle une texture ferme. Depuis 1996, au Royaume-Uni, sont commercialisés des concentrés de tomates réalisés à partir de tomates transgéniques.

Ce contrôle de la maturation permet, certes, d'améliorer les conditions de transport et de stockage et, dans le cas du concentré de tomates, de faciliter le processus de production, mais il peut s'accompagner également, notamment pour les fruits frais, d'un accroissement de la saveur du fruit qui peut être récolté à un stade de maturation plus avancé, ce qui est le troisième objectif en matière de qualité des produits alimentaires.

L'amélioration des qualités organoleptiques des aliments (goût, odeur, aspect, couleur, consistance, ...)

La maturation des fruits29(*) correspond à un ensemble de modifications physiologiques, biochimiques et structurelles qui rendent le fruit agréable à consommer. Ces modifications sont dues à l'expression des gènes impliqués dans les changements de couleur, l'augmentation de la teneur en sucres, la diminution de l'acidité, la synthèse d'arômes et le ramollissement. Ces gènes constituent donc des voies potentielles d'amélioration de la saveur des fruits.

Lors des entretiens30(*) qu'a eus votre rapporteur, le cas de la tomate de Marmande a été cité à plusieurs reprises. La commercialisation de cette variété savoureuse se heurte actuellement à sa trop faible résistance aux conditions de distribution et de stockage. L'introduction d'une modification génétique en vue de retarder sa maturation permettrait au consommateur français, d'après certaines personnes entendues, de retrouver la saveur de ce produit de notre terroir dont les qualités organoleptiques sont sans conteste supérieures à la tomate de la société Calgene...

Le tableau suivant détaille quelques unes des applications orientées sur l'amélioration de la qualité, nutritionnelle ou gustative, des aliments :

L'AMÉLIORATION DES ALIMENTS : QUELQUES EXEMPLES

Blé

· Amélioration des caractéristiques requises pour la panification

Huiles végétales (colza, tournesol)

· Modification de la composition en acides gras pour répondre aux besoins nutritionnels (maladies cardio-vasculaires) et pour faciliter la fabrication de margarine à partir de certaines huiles

Pomme de terre

· Augmentation de la teneur en amidon pour des utilisations industrielles (purée, fécule, frites absorbant moins d'huile de friture), réduction du brunissement (frites), amélioration des propriétés organoleptiques

Laitue, épinard

· Réduction de la teneur en nitrates en augmentant l'expression de nitrate-réductase

Tomate, melon, brocoli

· Augmentation de la durée de conservation des fruits et légumes. En France, l'INRA développe des recherches pour tenter de réguler la production d'éthylène, substance qui participe à la maturation du fruit. Aux USA, une tomate transgénique a été commercialisée en 1994. Un procédé similaire a permis à une équipe de recherche Ensat-Inra d'obtenir un melon dont la conservation et la teneur en sucre sont augmentées, mais qui n'est pas encore commercialisé

Riz

· Diminution des propriétés allergisantes

Soja

· Enrichissement en acide aminé essentiel (méthionine)

In : " Le génie génétique appliquée à la production alimentaire ", CNERNA, CNRS, 1997.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli