Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite
b) La mobilisation stratégique du gouvernement allemand

La volonté d'être le premier en Europe en l'an 2000

D'un point de vue historique, l'Allemagne souffrait encore, dans les années 1970, d'un important retard dans le domaine des biotechnologies, conséquence de la fuite des cerveaux au temps du national-socialisme et de l'hostilité d'une partie de l'opinion publique à la génétique. Le renforcement de la législation sur les recherches sur les organismes vivants en 1990 avait quant à elle poussé certaines entreprises à délocaliser leurs activités de recherche outre-Atlantique.

Prenant conscience de l'enjeu économique que représentent les biotechnologies, le gouvernement allemand a fortement réagi. L'objectif actuel est clairement annoncé, notamment par la voix de son ministre chargé de la science et de la technologie : " devenir leader européen dans le secteur des biotechnologies en l'an 2000 ".

Le dispositif réglementaire mis en place en 1990 a ainsi été assoupli en 1993 ; un conseil de la recherche, de la technologie et de l'innovation a été mis en place auprès du chancelier fédéral ; des programmes fédéraux importants ont été financés pour développer le secteur.

Un document du ministère fédéral de la science, de l'éducation, de la recherche et de la technologie explique ainsi (à l'attention des investisseurs étrangers ?) le raisonnement du gouvernement allemand :

le marché des biotechnologies est en expansion

Le chiffre d'affaires est de 50 milliards de DM, la part du marché américain est de 50 %. La part de marché de l'Allemagne sur le marché européen est de 26,5 %.

le contexte réglementaire allemand a été assoupli

La loi de 1990 a été amendée, le gouvernement allemand entend simplifier la législation communautaire et envisage de simplifier davantage les procédures d'approbation de la dissémination des OGM (directive 90-220).

le secteur allemand des biotechnologies est en forte expansion

Le nombre de " start-up " de biotechnologies (entreprises innovantes en création) est passé de 40 en 1994 à 300 en 97 en Allemagne.

Le nombre d'employés de ce secteur devrait évoluer, d'après une étude menée en 1996, de la façon suivante :

1985 20.000 emplois privés

1996 20.000 emplois privés + 20.000 emplois du secteur public

2000 110.000 emplois dont 20.000 emplois publics

Conclusion : Les avantages du site allemand pour les biotechnologies (l'économie la plus productive d'Europe ; le premier pays européen pour le développement et la production des hautes technologies ; un secteur des biotechnologies en expansion ; des infrastructures scientifiques remarquables...) "


Force est de constater que les programmes publics sont à la hauteur des ambitions allemandes dans ce secteur.

Les programmes publics de soutien au développement des biotechnologies

Biotechnologies 2000


Ce programme fédéral, mis en place pour la période 1989-1994 et reconduit jusqu'en 1997, bénéficiait (en 1996) d'un montant annuel de financement de 335 millions de Deutsche Mark (1,1 milliards de francs), par le biais d'un soutien aux établissements de recherche extra-universitaire et d'un financement de projets de recherche.

Les axes de recherche prioritaires étaient les suivants en 1996 :

MONTANT DES FINANCEMENTS DU PROGRAMME BIOTECHNOLOGIES 2000
PAR SECTEURS

Le concours Biorégio

En octobre 1995, le gouvernement fédéral a lancé un concours appelé Biorégio, dont le but était d'accélérer le développement industriel des biotechnologies en Allemagne. Le gouvernement entendait ainsi encourager la coordination de toutes les sources de financement de recherche-développement et la mise en place de pôles de biotechnologies par création d'entreprises et développement de synergies régionales dans ce domaine.

Ce concours a été organisé de la façon suivante :

1- Appel à candidature et aide à la soumission de projet

Pour cette première étape, les régions devaient formuler leur stratégie et les objectifs de leurs recherches tout en faisant état du potentiel biotechnologique régional. Le gouvernement a soutenu financièrement les régions dans cette préparation de leur projet (50 % des dépenses plafonnées à 100.000 DM). A la date du 30 septembre 1996, date limite de dépôt des dossiers de candidature, 17 zones géographiques avaient déposé leur dossier.

2- Résultats

Trois dossiers ont été sélectionnés par le jury constitué de membres issus de l'industrie, de la recherche scientifique et de syndicats. Les efforts faits par les candidats pour mobiliser du capital-risque pour les biotechnologies ont constitué un des arguments décisifs dans le choix des lauréats. Le 20 novembre 1996, le ministère fédéral de la science et de la technologie a annoncé les résultats du concours. Les trois régions lauréates étaient :

- la " Bioregio " Rhénanie,

- la " Bioregio " triangle Rhin-Neckar,

- le " Cercle d'initiatives en biotechnologie " de Munich.

(plus un prix spécial du jury, attribué à la Bioregio Iena, nouveau Land).

Les trois vainqueurs constituent des régions modèles qui auront pendant 5 ans, à partir de 1997 un accès privilégié au budget du programme " Biotechnologie 2000 ". Une somme de 150 millions de DM au total leur est réservée durant cette période. Ces moyens doivent permettre de mobiliser le plus possible de financements privés (capital -risque notamment).

L'intérêt du concours a été surtout la mobilisation très forte qu'il a suscitée dans les 17 régions candidates, qui sont devenues autant de pôles régionaux coordonnés en matière de biotechnologies.

Une opinion publique qui reste partagée

Si le gouvernement allemand s'est donné les moyens de profiter pleinement des retombées économiques positives liées au développement des biotechnologies, l'opinion publique est, quant à elle, plutôt méfiante, voire carrément hostile (le parti Vert et des associations environnementales y sont farouchement opposés). Les Etats fédérés ne semblent pas non plus toujours, partager pleinement les objectifs du Gouvernement fédéral sur ce point.

La précision des règles européennes d'étiquetage est, comme en France, une revendication majeure des associations de consommateurs.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli