Allez au contenu, Allez à la navigation



La coordination des politiques de l'emploi dans le contexte de l'euro

 

B. 5.2.2. DÉCOMPOSITION DES DIFFÉRENTES POLITIQUES ACTIVES

Tableau 6 : Orientation des dépenses consacrées aux politiques actives du marché du travail.

 

Dépenses SPE1

Formation2

Aides3

Création d'emplois4

Divers5

 

1990

1995

1990

1995

1990

1995

1990

1995

1990

1995

Allemagne

21

17

37

29

7

5

10

23

26

26

Autriche

35

35

32

32

6

5

10

4

2

19

Belgique

15

17

18

21

6

9

49

8

16

12

Danemark

7

5

21

43

3

2

16

42

13

30

Espagne

17

13

22

49

18

17

16

20

52

15

Finlande

11

10

25

28

4

7

40

7

26

21

France

16

14

43

38

4

4

1

11

36

33

Grèce

0

42

48

19

14

19

2

34

21

19

Irlande

9

nd

32

nd

1

nd

16

0

42

nd

Italie

12

nd

4

nd

0

nd

0

11

84

nd

Japon

30

27

30

27

40

45

0

0

0

0

Norvège

14

13

36

17

3

7

15

nd

33

53

Pays-Bas

9

16

20

15

3

1

2

10

66

59

Portugal

15

15

19

30

3

0

4

8

58

53

Royaume-Uni

29

40

34

25

0

0

0

2

37

34

Suède

12

9

31

26

1

9

7

18

49

38

Etats-Unis

33

35

33

20

0

5

4

5

29

35

1. Dépenses liées aux services publics de l'emploi et dépenses administratives.

2. Formation sur le marché du travail.

3. Aides à l'emploi dans le secteur privé.

4. Création directe d'emplois  publics ou sans but lucratif.

5. Divers :mesures en faveur des jeunes, aides aux chômeurs créant des entreprises, mesures en faveur des handicapés.

Source : OCDE.

Tout d'abord, on constate que la part affectée aux services publics de l'emploi est assez stable d'un pays à l'autre et dans le temps. Elle est particulièrement forte en Allemagne et en Suède. Dans ce dernier pays, cela s'explique par un suivi des dossiers personnalisé qui permet une meilleure prise en compte des désirs du chômeur ainsi qu'un contrôle plus strict de la recherche effective d'emploi (qui conditionne le versement des allocations chômage). D'autre part, dans la majorité des pays, la formation professionnelle est l'activité qui arrive au premier rang des dépenses actives. Enfin les dépenses affectées à la création directe d'emplois sont celles qui varient le plus selon les pays.