Allez au contenu, Allez à la navigation



La coordination des politiques de l'emploi dans le contexte de l'euro

 

D. 2.1.4 LES RÉSULTATS DES ÉQUATIONS DE SALAIRES AVEC LE TAUX D'EMPLOI

La méthode d'estimation est la même que précédemment. Le régime de change n'apparaît pas significatif. Sous la contrainte d'ajustement complet des salaires nominaux aux prix, la dynamique d'ajustement n'est toujours pas significativement différente d'un pays à l'autre. C'est le cas également des coefficients des termes de l'échange et de la productivité à court terme.

Tableau 4 : Résultats de l'estimation des équations de salaires avec le taux d'emploi et le régime de change

Estimation

91T1 à 97T4

(trimestriel)

France

Allemagne

Italie

Royaume-Uni

Pays-Bas

Suède

Danemark

Finlande

constante

0,98

(3,3)

0,70

(1,5)

0,49

(2,0)

0,00

(0,4)

-0,00

(1,0)

1,95

(3,0)

0,46

(2,4)

0,46

(2,1)

SME

so

so

--

--

so

so

so

--

log(Wit-1)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

-0,41

(contraint)

log(Pit)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

0,74

(11,2)

log(Pit-1)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

0,67

(10,3)

log(Pcit-P it)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

0,27

(3,9)

log(Pcit-1-Pit-1)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

0,28

(4,5)

log(Qit/Nit)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

0,49

(15,3)

log(Qit-1/Nit-1)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

0,10

(2,6)

Force de rappel

0,17

(3,6)

0,14

(1,7)

0,10

(2,2)

--

--

0,30

(3,0)

0,09

(2,9)

0,07

(2,1)

TEMit-1

0,013

(2,5)

0,021

(2,3)

0,032

(3,9)

--

--

--

0,017

(1,9)

--

0,32

0,82

0,47

0,22

0,08

0,14

0,12

0,23

DW

1,8

2,2

1,5

1,7

1,6

1,4

2,2

2,1

Sauf indication contraire, les coefficients sont significatifs au seuil de 5%. Les T de Student sont présentés entre parenthèses.

--  variable non significative au seuil de 10%

so  variable sans objet.

La force de rappel de l'équation de long terme n'est pas statistiquement significative au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Le taux d'emploi n'est également pas significatif dans ces deux pays. Il ne l'est pas non plus en Suède et en Finlande (où le taux de chômage était significatif dans les estimations précédentes). En revanche, il est significatif en France, en Allemagne, en Italie et au Danemark. Dans les trois premiers pays, on retrouve la même hiérarchie qu'avec le taux de chômage ( Tableau 2), la sensibilité du salaire au taux d'emploi étant la plus élevée en Italie, devant l'Allemagne puis la France. Enfin, le taux d'emploi est significatif au Danemark au contraire du taux de chômage.

Lorsque l'on retient le taux d'emploi comme indicateur des tensions sur le marché du travail (au lieu du taux de chômage), les mesures de la rigidité salariale relative entre les pays étudiées ne sont guère modifiées, à l'interversion près du Danemark et de la Finlande. Dans la suite de l'étude nous retenons comme mesure de la rigidité salariale celle provenant des estimations avec le taux de chômage. Ce choix n'a pas de conséquence sur le reste de l'étude. Il est motivé par le souci de retenir l'indicateur le plus souvent utilisé afin de poursuivre la comparaison avec les autres études empiriques réalisées sur la rigidité salariale au niveau macro-économique.