Allez au contenu, Allez à la navigation

COMPTES RENDUS DE LA COMMISSION DES LOIS


Mardi 26 mai 2015

- Présidence de M. Philippe Bas, président -

La réunion est ouverte à 9 h 05

Accueil d'une nouvelle commissaire

M. Philippe Bas, président. - Je salue l'arrivée de Mme Lana Tetuanui, élue sénatrice de Polynésie française le 3 mai 2015. Notre nouvelle collègue est maire déléguée de Tehurui et représentante à l'Assemblée de la Polynésie Française. Je la remercie d'avoir rejoint notre commission.

Mme Lana Tetuanui. - Je vous remercie de votre accueil. J'espère vous le rendre à Téhurui : vous y serez les bienvenus.

Communication du Président sur l'application des lois au 31 mars 2014

La commission entend ensuite une communication du président Philippe Bas sur l'application des lois au 31 mars 2014.

M. Philippe Bas, président. - Trois données éclairent l'application des lois promulguées entre le 1er octobre 2013 et le 30 septembre 2014. En premier lieu, il convient de regretter que le taux d'application des lois suivies au fond par notre commission soit retombé cette année à 54 %, ce qui signifie que près d'une mesure réglementaire prévue sur deux manquait un an après la publication des lois. L'objectif annoncé depuis 2012 d'adopter 100 % des mesures réglementaires dans les six mois suivant la période de référence s'éloigne encore. Si la situation apparaissant meilleure l'an dernier, le taux de 92 % s'expliquait surtout par la chute en valeur absolue du nombre de mesures d'application. Le chiffre de cette année s'inscrit davantage dans la suite des taux constatés jusqu'en 2012.

Quoique guère satisfaisant, ce taux doit être nuancé. D'une part, il ne traduit pas l'aspect qualitatif des mesures prises ; d'autre part il arrive que la loi soit parfaitement appliquée sur le terrain malgré l'absence de mesures d'application secondaires. Reste que personne ne peut se satisfaire que près d'une mesure réglementaire sur deux ne soit pas adoptée six mois après la fin de la session.

En second lieu, la charge de travail de la commission des lois s'est encore amplifiée. Vingt-sept lois suivies au fond par notre commission ont été promulguées l'an dernier : nous avons examiné 41 % de l'ensemble des textes, exception faite des approbations de conventions internationales ! S'y ajoutent des textes examinés en fin de session, partant promulgués postérieurement. Nous avons finalement examiné 44 textes au fond au cours de la période, ainsi que 29 avis dont 21 budgétaires, 13 rapports d'information et 5 rapports relatifs à des propositions de résolution. C'est un niveau d'activité sans précédent.

Enfin, l'usage de la procédure accélérée, qui constituait indéniablement la donnée statistique la plus préoccupante lors des périodes précédentes, est devenu moins fréquent, ce dont on ne peut que se réjouir - il y a malheureusement des exceptions. Le recul statistique du recours à la procédure accélérée doit être nuancé, étant dû pour partie au nombre plus important de propositions de loi, qui font très rarement l'objet d'une procédure accélérée.

Ces évolutions sont très préoccupantes pour notre charge de travail.

M. Jean-Pierre Sueur. - Je vous félicite pour ce rapport qui traduit une activité si intense qu'on a quelque mal à suivre : le projet de loi NOTRe, par exemple, est très imposant. Les textes sur le renseignement, le droit d'asile sont aussi de gros sujets qui s'enchevêtrent.

Trop de propositions de lois ne viennent jamais en débat à l'Assemblée nationale. Quel gâchis... Puisque le Sénat unanime vient d'en adopter une qui émanait de notre commission, ne pourriez-vous, monsieur le Président, en parler à M. le Président du Sénat pour qu'il évoque ce sujet avec son homologue de l'Assemblée nationale ? Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas de retour sur des textes tels que ceux sur la Cour pénale internationale, sur les sondages, ou sur les normes, par exemple.

M. Philippe Bas, président. - Je vous remercie de cette suggestion. Je ne manquerai pas de saisir le Président du Sénat en Conférence des Présidents. Il existe, de la part de l'Assemblée nationale, et du Gouvernement sans doute, une certaine méconnaissance de la qualité du travail effectué ici. L'unanimité de nos collègues montre que ces textes pourraient fort bien s'inscrire à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, malgré le fait majoritaire.

Nouvelle organisation territoriale de la République - Examen des amendements au texte de la commission

Puis la commission procède à l'examen des amendements sur le texte n° 451 (2014-2015) sur le projet de loi n° 336 (2014-2015), modifié par l'Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, portant nouvelle organisation territoriale de la République.

M. Philippe Bas, président. - Nous avons pu, ces dernières semaines, trouver très insatisfaisant le rythme qui nous est imposé. Ce matin, nous avons encore 724 amendements à examiner. Que faisons-nous ? Je ne prends aucun plaisir à faire de l'abattage, mais si nous n'adoptons aucune méthode de travail adaptée, la commission ne pourra pas s'être prononcée sur l'ensemble des amendements. Nous devons faire confiance aux rapporteurs, ainsi qu'à nous-mêmes : dans le cas où nous avons déjà adopté ou rejeté un certain nombre d'amendements lors de l'établissement du texte de la commission, nos rapporteurs signaleront chaque amendement où la contradiction est forte entre ce que nous avons déjà fait et ce qui est proposé. Sauf si certains demandent un débat, je propose que nous suivions les recommandations des rapporteurs et n'ouvrions la discussion que sur les sujets nouveaux.

M. Pierre-Yves Collombat. - Je suis globalement d'accord. Le projet de loi a été débarrassé de ce qu'il avait de plus urticant. Reste quelques sujets techniques, dont les problèmes d'inondation, sur lesquels nous pourrions donner un avis circonstancié, mais il est inutile, sinon, de perdre du temps.

M. Philippe Bas, président. - Examinons d'abord les amendements des rapporteurs.

EXAMEN DES AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR

Article 2

L'amendement de coordination n° 759 est adopté.

L'amendement de précision n° 760 est adopté.

Article 6

L'amendement de coordination n° 761 est adopté.

Article 9

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les amendements nos 762, 763 et 764 rétablissent le texte de l'Assemblée nationale pour cet article qui portait initialement sur le transfert des routes départementales aux régions. Un vote conforme évitera à d'aucuns d'avoir de mauvaises idées de revenir sur le consensus enfin trouvé.

L'amendement n° 762 est adopté, ainsi que les amendements nos 763 et 764.

Article 13

L'amendement rédactionnel n° 765 est adopté.

Article 14

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 766 précise que les communes franciliennes qui ne sont pas incluses dans le schéma régional de coopération intercommunale (SRCI) de la région d'Ile-de-France font l'objet de schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI), selon les mêmes modalités et le même calendrier que dans les départements hors Ile-de-France et, d'autre part, donne de la cohérence au calendrier. Plus on attend, plus le calendrier initial du Gouvernement est retardé. L'amendement reporte du 1er septembre au 1er octobre 2015 le terme du délai fixé à la prise des arrêtés de projet de périmètre.

L'amendement n° 766 est adopté.

Article 17 septdecies

L'amendement de coordination n° 767 est adopté.

Article 20

L'amendement rédactionnel n° 768 est adopté.

Article 21

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 769 est une conséquence du texte établi par la commission des lois aux articles 18 et 20.

L'amendement n° 769 est adopté.

Article 24

L'amendement de coordination n° 770 est adopté.

Intitulé du chapitre IV

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 771 est de cohérence avec les dispositions de l'article 28 telles qu'adoptées par la commission des lois.

L'amendement n° 771 est adopté.

Article 35

L'amendement rédactionnel n° 772 est adopté.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 773 supprime des dispositions devenues inutiles.

L'amendement n° 773 est adopté.

Article 36 nonies

L'amendement n° 774 est adopté.

Article 37

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 775 fixe le plafond au-delà duquel un département ne pourra détenir d'actions au sein d'une société d'économie mixte locale. C'est la traduction de ce qu'on avait décidé la semaine dernière.

L'amendement n° 775 est adopté.

Article 40

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 776 comble une lacune : il faut déterminer qui expédie les affaires courantes pendant la période transitoire dans le cadre de la mise en place des nouvelles régions.

L'amendement n° 776 est adopté.

EXAMEN DES AUTRES AMENDEMENTS DE SÉANCE

Article 1er

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les amendements nos 258, 357, 259, 543 et 260 reviennent sur la suppression de la clause de compétence générale des régions. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 258, 357, 259, 543 et 260.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 120.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La maîtrise foncière est une compétence communale : avis défavorable à l'amendement n° 544. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 544.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La gestion des parcs naturels régionaux ne pouvant apparaître comme une vocation générale, je suis défavorable aux amendements nos 482 et 646.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 482 et 646.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 403 a déjà été rejeté par le Sénat en première lecture. Avis défavorable au rétablissement de la clause de compétence générale des régions dans les parties hyper-rurales de leur territoire.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 403.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 350, qui porte sur les schémas régionaux, est contraire à la position du Sénat en première lecture et de la commission des lois en deuxième lecture. Le pouvoir réglementaire des régions a été étendu de manière insensée par l'Assemblée nationale, mais le problème a été réglé puisque le pouvoir réglementaire des régions s'exprime désormais par la possibilité de faire des propositions. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 350.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 545 propose que les présidents des deux assemblées soient destinataires des résolutions votées par les conseils régionaux pour adapter une disposition législative. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 545.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 354.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 355 propose de rendre publiques les propositions d'adaptations du conseil régional. Or toutes les décisions des assemblées locales sont déjà publiées. Inutile de le répéter...

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 355.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Je suis favorable aux amendements identiques nos 487 rectifié et 547, qui proposent qu'en cas de refus de la part du Premier ministre, celui-ci notifie aux régions concernées les motifs de son refus dans les six mois suivant la réception de sa demande.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 487 rectifié et 547.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 546.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 261, portant sur la clause de compétence générale des régions d'outre-mer, est contraire à la position de la commission.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 261.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Le long amendement n° 8 a déjà été déposé dans le cadre de la loi du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions. Certains départements d'outre-mer ont pris position quant à leur évolution institutionnelle, d'autres pas. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 8.

Article additionnel après l'article 1er

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 548 est hors sujet. Une question nouvelle qui apparaît en deuxième lecture est irrecevable en raison de la règle de l'entonnoir.

L'amendement n° 548 est déclaré irrecevable.

Article 2

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 262 et 359, ainsi qu'à l'amendement n° 263.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 597 rectifié bis établit une responsabilité économique partagée entre la région et le département. Autant supprimer toute la première partie du texte... Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 597 rectifié bis.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 655 du Gouvernement vise à supprimer ce qui a été adopté par le Sénat en première lecture pour rassurer les EPCI à fiscalité propre que le renforcement de la compétence régionale en matière économique ne se ferait pas à leur détriment. Avis défavorable, car il faut faire attention aux équilibres.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 655.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 549 est curieux. Il propose que la région soit responsable de « l'absence de concurrence foncière entre les territoires ». Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 549.

M. Philippe Bas, président. - L'amendement n° 405 signe le retour des territoires « hyper-ruraux ».

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable. Nous saluerons néanmoins le rapport de M. Alain Bertrand sur le sujet.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 405.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - S'il renforce les compétences économiques de la région sous réserve de celles assumées par le bloc communal, le projet de loi n'écarte pas toute compétence de la région en matière d'immobilier d'entreprises. Le SRDEII apporte de la cohérence au bénéfice du territoire régional entre les diverses interventions locales. L'amendement n° 470, qui supprime les orientations du SRDEII en matière d'aides à l'investissement immobilier, n'est pas conforme à la position que nous avions prise. En supprimant petit à petit la compétence économique des régions, on peut faire disparaître tout le premier volet du texte. J'émets donc un avis défavorable.

M. Gérard Collomb. - Dans la répartition économique entre les communes, les communautés urbaines ou d'agglomération et la métropole de Lyon, nous avions donné l'investissement immobilier à ces collectivités-là. On supprimerait les mots « à l'investissement immobilier » de façon à montrer que cette compétence n'est pas exclusivement régionale.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Nous avons largement eu ce débat en première lecture. La compétence exclusive ne vaut que pour la définition des aides aux entreprises et la compétence est partagée en matière d'aide à l'implantation immobilière. Le Sénat avait répondu que pour sauvegarder la cohérence du SRDEII, on garantirait par une co-élaboration que l'ensemble de la politique économique conduite sur un territoire puisse être débattue. Si l'on veut clarifier ce qu'on entend par la stratégie de développement économique, il faut la laisser définir à la région. En matière d'immobilier, elle doit composer avec le co-titulaire de la compétence, c'est-à-dire l'EPCI.

M. Philippe Bas, président. - Nos rapporteurs s'appuient sur un texte assez clair. Le nouvel article L. 4251-12-1 du code général des collectivités territoriales prévoit, au deuxième alinéa, que le schéma définit des orientations, notamment en matière d'aide à l'investissement immobilier et à l'innovation des entreprises. Le paragraphe suivant ne parle plus d'orientation mais dit que ce schéma précise les actions que la région entend mener dans les matières mentionnées comme relevant de ces orientations, et organise leur complémentarité avec les actions menées sur le territoire de la région par les autres collectivités territoriales et leurs groupements. On n'attrait pas au niveau de la région la compétence en matière d'aide à l'investissement immobilier : il y a bien une compétence partagée et des actions conduites sur le territoire de la région par les autres collectivités territoriales. Ce débat a été tranché par notre assemblée de manière très nette en laissant sa place à chacun.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 470.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 384.

M. Pierre-Yves Collombat. - Pourquoi ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Le département n'a pas compétence dans le domaine de l'économie sociale et solidaire. Pour l'élaboration du SRDEII, le représentant de l'État, les EPCI, les chambres d'agriculture, de commerce et d'industrie, de métiers et d'artisanat, le conseil économique, social et environnemental régional, sont consultés et « le conseil régional peut consulter tout autre organisme ou personne en vue de l'élaboration du projet de schéma ». Rien n'interdit à un département de donner son avis.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 384 et 456.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 165 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 204 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 360 supprime une disposition introduite par le Sénat en première lecture à l'initiative de la commission des lois qui précise les objectifs poursuivis par le SRDEII. Cet amendement est contraire à la position du Sénat. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 360.

La commission demande le retrait de l'amendement n° 264 et, à défaut, y sera défavorable.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 153 prévoit l'adoption d'un volet spécifique consacré à la montagne au sein des futurs SRDEII. À l'initiative du Gouvernement, la commission a adopté, en deuxième lecture, une disposition, qui figure aujourd'hui à l'alinéa 15, selon laquelle les SRDEII peuvent prévoir un tel volet. Cet amendement est inutile. Retrait ou avis défavorable.

La commission demande le retrait de l'amendement n° 153 et, à défaut, y sera défavorable.

M. Jean-Pierre Sueur. - Il est écrit dans le projet que « les orientations du schéma favorisent un développement économique innovant, durable et équilibré du territoire de la région et ne contribuent pas aux délocalisations d'activités économiques au sein de la région ou d'une région limitrophe. » Je trouve la formulation étrange. Il est trop tard pour proposer un amendement, mais c'est un peu bizarre.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Le SRDEII n'a pas vocation à contenir des dispositions touristiques, comme le propose l'amendement n° 484 qui font l'objet du schéma de développement touristique prévu à l'article 4. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 484.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Dans l'amendement n° 651, le Gouvernement revient à sa procédure d'élaboration du SRDEII. Nous ne sommes pas d'accord. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 651.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avec l'amendement n° 488 rectifié, le SRDEII serait co-élaboré entre la région, les métropoles et les EPCI, et le préfet serait consulté. Aussi séduisant soit-il, cet amendement est inapplicable. Il ne définit pas les conditions de la co-élaboration et la participation de l'ensemble des EPCI à fiscalité propre dans de grandes régions. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 488 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 265 remet le département dans la boucle. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 265.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les amendements identiques nos 200 rectifié et 451 rétablissent l'association des métropoles à la procédure d'élaboration du SRDEII. Cette exclusion se justifie par les compétences spécifiques en matière de développement économique exercées par les métropoles. Nous ne revenons pas sur l'équilibre que nous avions trouvé. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 200 rectifié et 451.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il faut associer les réseaux consulaires à l'élaboration du SRDEII. Avis défavorable à l'amendement n° 585.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 585.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Comment un établissement public national pourrait-il être associé à l'élaboration de treize schémas régionaux dont les objectifs seront nécessairement différents ? Le SRDEII est avant tout un schéma régional qui doit permettre aux acteurs locaux de définir une stratégie économique commune sous l'égide du conseil régional, lequel pourra consulter tout organisme dont il jugera l'avais utile. Avis défavorable à l'amendement n° 68.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 68.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 385 et 497, ainsi qu'à l'amendement n° 166 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les amendements identiques nos 23 rectifié, 201 rectifié et 244 donnent un peu plus de temps aux EPCI pour formuler leur avis sur le projet de SRDEII. Avis favorable.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 23 rectifié, 201 et 244.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 202 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 654.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 653 prévoit la prise en compte du SRDEII de la région Ile-de-France par la métropole du Grand Paris. Il ne propose pas l'application de la procédure de co-élaboration applicable pour les autres métropoles. Avis favorable.

Mme Sophie Joissains. - L'avis est favorable lorsqu'il s'agit de Paris et défavorable pour la Métropole d'Aix-Marseille-Provence ...

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 653.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 573 est satisfait par le texte de la commission. Demande de retrait ou avis défavorable.

La commission demande le retrait de l'amendement n° 573 et, à défaut, y sera défavorable.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Par cohérence, j'émets un avis défavorable à l'amendement n° 656.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 656.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 348.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 266 suggère de supprimer la nécessaire approbation du SRDEII par le préfet de région. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 266.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 550 paraît satisfait. Le préfet sera tenu d'approuver le SRDEII au regard, d'une part, du respect de la procédure d'élaboration et, d'autre part, des informations prévues par le nouvel article L. 4251-13 du code général des collectivités territoriales. Si M. Dantec veut bien supprimer les mots « tout ou partie », on pourrait donner un avis favorable.

M. Michel Mercier. - N'est-ce pas en contradiction avec l'amendement des rapporteurs que nous avons voté en début de réunion ?

M. Philippe Bas, président. - L'amendement n° 760 dispose que le préfet s'assure de la prise en compte des intérêts nationaux dans les schémas régionaux, ce qui ne veut pas dire qu'il peut refuser en opportunité le schéma.

M. Pierre-Yves Collombat. - Nous sommes en pleine contradiction.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Dans la pratique, le préfet portera à connaissance l'ensemble des données légales et réglementaires encadrant le schéma : c'est bien une compétence liée et non un avis d'opportunité.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'État peut avoir des projets qui s'imposent, comme un marché d'intérêt national, un grand aéroport ou un projet d'intérêt général en matière d'extraction de matériaux.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 550 sous réserve de rectification.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 469.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 267.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 489 rectifié a pour but de rassurer les EPCI. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 489.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La convention territorialisée entre région et EPCI évoquée par l'amendement n° 567 est déjà prévue à l'alinéa 32. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 567.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 154. Dans la mesure où les départements ne participeront pas à l'élaboration du SRDEII, rien ne justifie la signature de conventions pour les régions avec les départements comportant des zones de montagne sur leur territoire.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 154.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Le SRDEII sera élaboré en association étroite avec les EPCI exerçant des compétences économiques, ce qui ne sera plus le cas des départements. Est-il pertinent de s'interroger sur le dispositif d'aide aux entreprises ? Le département n'a pas et n'aura pas de compétence en la matière. Enfin, la possibilité de créer une agence départementale ne relève pas de l'article 2. Avis défavorable à l'amendement n° 167 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 167 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il convient de conserver le bilan établi par le conseil régional dans les six mois suivant son renouvellement, notamment en cas de changement de majorité dans l'assemblée délibérante. Avis défavorable à l'amendement n° 24 rectifié.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 24 rectifié, 203 et 245.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Je suis plutôt défavorable à l'amendement n° 652.

M. Gérard Collomb. - Le Gouvernement explique que le conseil régional, après son renouvellement, doit suivre la même méthode que celle que nous avons adoptée quelques alinéas plus haut.

M. Philippe Bas, président. - Les rapporteurs poursuivront la réflexion à la lumière de votre éclairage.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Le Gouvernement évoque la co-élaboration, et non l'avis.

M. Gérard Collomb. - Mon amendement était un peu plus restrictif.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Le parallélisme des formes, pour nous, allait de soi.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 652.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable sur l'amendement n° 17 rectifié, puisqu'il faut attendre l'ordonnance prévue à l'article 40 du présent projet de loi pour adapter le périmètre des établissements publics aux nouveaux périmètres régionaux. Les chambres consulaires seront notamment concernées.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 17 et 83.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La coopération entre métropoles et réseau consulaire ne nécessite pas de loi. Le bavardage est inutile. Avis défavorable sur l'amendement n° 58 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 58 rectifié bis, 429 rectifié et 572, ainsi qu'à l'amendement n° 569.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'on ne va pas ressusciter l'article 7 de la loi du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire. Avis défavorable à l'amendement n° 551.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 551.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 657 supprime la dérogation adoptée par la commission des lois pour l'adoption du premier SRDEII. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 657.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La question de l'avenir des structures économiques créées par les départements se pose. Avis favorable à l'amendement n° 490 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 490 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 650.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 387 et 499.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 1, 386, 498 et 749.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 18 rectifié.

Elle émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 429, 569 et 572.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 2 pour les motifs invoqués à l'amendement n° 1 des mêmes auteurs.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 2, 388, 500 et 750.

Article 3

La commission émet un avis défavorable à l'amendement de suppression n° 361.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 268.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 269.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 3.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 122.

La commission émet un avis favorable à l'amendement rédactionnel n° 658.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 491 rectifié a pour objectif de permettre aux régions l'octroi d'aides aux entreprises en phase de transmission, de reprise, de maintien et de développement d'activités. Avis favorable.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 491 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 476.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 156.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 493 rectifié renforce le rôle des régions dans l'accès au crédit pour les PME en prévoyant le versement de dotations à la constitution ou à l'abondement de fonds de prêts auprès d'organismes publics ou privés. Attention à ne rien oublier dans l'énumération... Avis favorable.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 493 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 157.

Article additionnel après l'article 3

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 123.

Article 3 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 270.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 659.

L'amendement n° 505 rectifié est déclaré irrecevable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 455.

Les amendements nos 496 rectifié et 552 sont déclarés irrecevables.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 480.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 391.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 494 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 457.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 390 et 465.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 389 et 481.

Elle émet également un avis défavorable aux amendements nos 30 rectifié et 218 rectifié, 31 rectifié et 219 rectifié, 32 rectifié et 220 rectifié, ainsi qu'à l'amendement n° 454.

Article 3 ter

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 725.

Article 4

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 485.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Nous avons suffisamment discuté de la notion de chef de filat au moment de la discussion de la loi Maptam : il n'est pas nécessaire d'y revenir. Avis défavorable à l'amendement n° 660.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 660.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 214 rectifié, 215 rectifié, et aux amendements identiques nos 216 rectifié et 271.

Elle émet également un avis défavorable à l'amendement n° 272, aux amendements identiques nos 273 et 217 rectifié, ainsi qu'à l'amendement n° 274.

Article 5

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 407, 363 et 754, 276 et 553 rectifié, 275 et 506 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable aux amendements identiques nos 28 rectifié et 210 rectifié.

M. Gérard Collomb. - N'est-il pas important de mentionner que le conseil départemental doit obtenir l'avis favorable de la moitié au moins des communes ou de leurs groupements et de la métropole de Lyon ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Le plan régional de prévention et de gestion des déchets n'a rien de restrictif, ce qui rend cette précision inutile.

M. Gérard Collomb. - La métropole de Lyon est pourtant le principal émetteur.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'on connaît déjà cette situation pour des schémas départementaux. Ce n'est pas la peine d'en rajouter.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 28 rectifié et 210 rectifié, ainsi qu'à l'amendement n° 246.

Elle émet également un avis défavorable aux amendements identiques nos 84, 195, 416 et 518.

Enfin, elle émet un avis défavorable à l'amendement n° 507 rectifié.

Article 5 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 277.

Elle émet également un avis défavorable aux amendements nos 483, 508 rectifié et 647.

Enfin, l'amendement n° 278 est déclaré irrecevable.

Article 6

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Nous avons déjà rejeté un amendement similaire au n° 205 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 205 rectifié ainsi qu'aux amendements nos 121 et 558 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable aux amendements identiques nos 29 rectifié, 211 rectifié et 247.

M. Gérard Collomb. - Si l'on étend le schéma à l'habitat et à la gestion économe de l'espace, les communes, EPCI et autres collectivités auront du mal à engager la moindre construction.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Les assises de la ruralité se sont tenues dans les Hautes-Pyrénées : eh bien, les terres agricoles disparues d'ici sept ans représenteront la superficie de ce département ! Des règles générales garanties dans un cadre régional contribueront à maîtriser l'ouverture à l'urbanisation, sans que cela porte atteinte au rôle que nous avons souhaité donner aux métropoles ou aux EPCI en matière d'habitat.

M. Gérard Collomb. - Demain, la région aura-t-elle la capacité d'engager ou d'empêcher une construction sur le territoire d'une métropole ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Elle ne l'aura pas. En revanche, elle pourra éviter que l'on continue de miter les territoires périurbains, comme on l'a fait en Ile-de-France depuis quarante ans.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - J'attends le débat en séance publique avec une réelle impatience. C'est au maire de donner le permis de construire. Au moment de la loi Maptam, nous nous sommes battus pour garantir à l'EPCI sa compétence en matière d'urbanisme. En revanche, il faut respecter les cohérences régionales. Des objectifs généraux doivent être maintenus en matière de préservation de la ruralité, vous le savez bien. Enfin, toutes les décisions font l'objet d'une co-élaboration.

M. Gérard Collomb. - Cela va être compliqué... On s'y fera.

M. Philippe Bas, président. - Le schéma ne fixe que des orientations stratégiques. Il ne se substitue pas au plan d'urbanisme, ni au Scot.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les schémas régionaux existent depuis 1983. Nous ne faisons que réaffirmer l'obligation de les élaborer, car en réalité, ils sont très peu nombreux à avoir vu le jour.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 29 rectifié, 211 rectifié et 247.

Elle émet également un avis défavorable aux amendements nos 675, 279, 280, 554, 555, 556, 158, 159, 281, 501, 666, 256, aux amendements identiques nos 25 rectifié et 206 rectifié, à l'amendement n° 164, aux amendements identiques nos 559 rectifié et 664, et à l'amendement n° 665.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 669.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 630.

Elle émet un avis défavorable aux amendements nos 436, 257, 670, et aux amendements identiques nos 26 rectifié et 207 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis favorable aux amendements identiques nos 152 et 592 sous réserve de la suppression des mots : « avec les règles générales du fascicule , puisque nous sommes défavorables à toute mention de la composition du schéma qui relève selon nous du domaine règlementaire.

M. Pierre-Yves Collombat. - Pourquoi donner une valeur réglementaire au fascicule ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Au contraire, nous le supprimons.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 152 et 592 sous réserve d'une rectification.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 208 rectifié, 519, 282, 477, aux amendements identiques nos 85, 196 et 450, et aux amendements nos 479 et 586.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Il est apparu légitime de prévoir expressément l'association des comités de massif, dans l'élaboration du schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET) plutôt que de la laisser à la libre appréciation de la région. Avis défavorable à l'amendement n° 674.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 674.

Elle émet également un avis défavorable aux amendements nos 364, 557 et 661.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 510 rectifié.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 667, 755, 668 et 663.

Elle émet un avis favorable à l'amendement n° 248.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis favorable à l'amendement n° 352 : le délai de dix-huit mois destiné à permettre l'élaboration des premiers SRADDET est équilibré et plein de réalisme.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 352.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 351 et 283, aux amendements identiques nos 27 rectifié, 209 rectifié et 249, ainsi qu'à l'amendement n° 662.

Article 6 bis AAA

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Il est surprenant de vouloir appliquer à un schéma qui vient d'être adopté des dispositions qui n'ont encore jamais été mises en oeuvre. Avis défavorable à l'amendement n° 169.

M. Philippe Kaltenbach. - Jusqu'à présent, des procédures particulières s'appliquaient en Ile-de-France, ce qui causait des blocages lourds et gênants. Il serait dommage de ne pas profiter du bon système élaboré pour le SRADDET pour que les élus locaux de cette région ne soient plus sous la coupe du Conseil d'État et du Gouvernement. Faisons rentrer l'Ile-de-France dans le cadre général.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Tout le monde a contribué au retard. Le Conseil d'Etat a obligé à recommencer la copie parce que le Grand Paris n'avait pas été intégré. Il y avait pourtant eu accord entre l'Etat et la région... Tous les schémas étant en cours d'élaboration, une telle mesure ne pourrait s'appliquer au prochain renouvellement des conseils régionaux : on a le temps...

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 169.

Article 6 bis AA

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable aux amendements identiques nos 571 et 746, car l'article 6 bis AA est sans portée juridique réelle.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 571 et 746.

Article 6 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 229 rectifié.

Article 7

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 435 et 600, ainsi qu'à l'amendement n° 671.

Elle émet un avis favorable à l'amendement n° 672.

Article additionnel après l'article 7

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 560 est irrecevable au regard de la règle de l'entonnoir.

L'amendement n° 560 est déclaré irrecevable.

Article 8

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 284 et 349.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 676 qui sera largement discuté en séance. Il est important, pour des raisons de proximité, que le département conserve la gestion des transports scolaires.

M. Pierre-Yves Collombat. - Cela vaut pour la totalité des transports scolaires ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Oui.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 676.

Elle émet également un avis défavorable aux amendements nos 365 et 511 rectifié.

Article additionnel après l'article 8

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 239 rectifié et 415.

Article 8 bis A

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 632 et 678.

Article 8 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 677 et aux amendements identiques nos 520 rectifié bis et 648.

Article 8 ter

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis favorable à l'amendement n° 745.

M. Gérard Collomb. - Dans la loi Maptam, nous avions étendu le périmètre du syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise (Sytral) au département du Rhône et élargi le périmètre des transports urbains (PTU) à la métropole de Lyon et à ses territoires proches. Si l'on adopte cet amendement, il y aura deux autorités organisatrices de la mobilité (AOM) sur le territoire du PTU et le versement transports de la plus petite AOM sera réduit à 0,55 %, autrement dit nous perdrons 5 millions d'euros.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - C'est un débat important. Je vous propose de donner un avis de sagesse pour que le Gouvernement prenne position.

M. Gérard Collomb. - Le débat a déjà été ouvert sans que le Gouvernement ne donne aucune réponse. L'élargissement du PTU date du 14 décembre dernier. Il est difficile de défaire au mois de mai ce que nous avions établi au mois de décembre.

M. Michel Mercier. - Lorsque la métropole de Lyon a été créée, nous avons veillé à ce que les transports soient organisés dans tout le département. L'aéroport se trouve dans la partie est du territoire lyonnais. Cela justifie qu'on y trouve des transports financés par les usagers. L'avis de sagesse nous convient.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Le Gouvernement sera obligé de se prononcer.

M. Michel Mercier. - On aura le même problème pour le Lyon Express.

La commission émet un avis de sagesse sur les amendements nos 745 et 753 rectifié bis.

Article 9

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 458, 460, 459 et 383.

Article additionnel après l'article 10

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 383.

M. Pierre-Yves Collombat. - Nous ne devrions pas passer aussi rapidement sur la question des petits aérodromes. Bien qu'ils fonctionnent difficilement grâce aux aides du département, ils sont parfois le seul moyen de désenclavement de certains territoires. À Aurillac, la lumière nous vient de Lyon, comme elle venait de la capitale des Gaules au temps de Romains. On a pourtant peine à croire que la situation se règlera facilement.

M. Philippe Bas, président. - Nous pourrons discuter de cet amendement en séance.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'objet de cet amendement est satisfait : les départements peuvent subventionner une ligne d'aménagement du territoire sans qu'il soit nécessaire de l'inscrire dans le code des transports. De plus, l'ensemble des lignes d'aménagement du territoire font l'objet d'une convention : c'est dans le cadre de ce contrat avec l'État qu'est défini le rôle de chaque collectivité concernée. Enfin, les départements gardent une compétence en matière de solidarité territoriale.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 383.

La réunion est levée à 10 h 30

Mercredi 27 mai 2015

- Présidence de M. Jean-Patrick Courtois, vice-président -

La réunion est ouverte à 8 h 35

Nomination de rapporteurs

M. Philippe Bas est nommé rapporteur sur le projet de loi organique n° 402 (2014-2015) relatif à la consultation sur l'accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté (procédure accélérée engagée).

M. Mathieu Darnaud est nommé rapporteur sur le projet de loi n° 422 (2014-2015) relatif à la modernisation du droit de l'outre-mer (procédure accélérée engagée).

Nouvelle organisation territoriale de la République - Suite de l'examen des amendements au texte de la commission

La commission poursuit l'examen des amendements sur le texte n° 451 (2014-2015) sur le projet de loi n° 336 (2014-2015), modifié par l'Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, portant nouvelle organisation territoriale de la République.

EXAMEN DES AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR

M. Jean-Patrick Courtois, président. - Nous examinons d'abord deux nouveaux amendements des rapporteurs.

Article 6

M. Jean-Jacques Hyest, co- rapporteur. - L'amendement n° 783 propose que le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet) prévoit les conditions de financement par les départements des lignes aériennes de transport de passagers, à la suite de la discussion que nous avons eue hier sur ce sujet.

L'amendement n° 783 est adopté.

Article 6 bis A

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 784 rétablit cet article inséré par le Sénat en première lecture pour que des chartes régionales d'aménagement précisent les modalités d'application, dans chaque région, des dispositions de la loi Littoral.

L'amendement n° 784 est adopté.

- Présidence de M. Philippe Bas, président -

Examen des autres amendements de séance

Article 11

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 521 rectifié prévoit le transfert des ports départementaux aux établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 521 rectifié, 649, 599 et 679.

Article additionnel après l'article 11

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 428.

Article 12

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 176, qui réaffirme le principe de la neutralité financière des transferts de compétences entre État et départements, n'a aucune portée normative. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 176, ainsi qu'à l'amendement n° 175 rectifié.

Article 12 bis AA

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 285.

Article 12 bis A

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 523 rectifié renforce la compétence de la région en matière d'enseignement supérieur et de recherche. Sagesse.

M. Jean-Pierre Sueur. - Excellente idée : qui peut s'y opposer ? L'amendement suivant s'inscrit dans la même logique.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Certes. Avis favorable aux deux !

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 523 rectifié, ainsi qu'à l'amendement n° 524 rectifié.

Elle émet un avis défavorable aux amendements nos 724 et 286.

Article 12 bis

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 212 rectifié, 681, 250 et 213 rectifié.

Article 12 ter

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 287.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 680 transpose aux CREPS les procédures relatives aux budgets, aux décisions modificatives du budget et aux comptes financiers applicables aux établissements publics locaux d'enseignement. Avis favorable.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 680.

Article 12 quater

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 288.

Article 13

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 682 rétablit l'institution d'une nouvelle collectivité territoriale à statut particulier en lieu et place de la région de Corse et des deux départements la composant - la Corse du Sud et la Haute-Corse - sous réserve de quelques modifications à la rédaction adoptée par l'Assemblée nationale. Il modifie l'actuelle conférence de coordination des collectivités territoriales (CCCT) de Corse et amende les contours de l'habilitation législative demandée en matière électorale, en modifiant directement le code électoral pour fixer le nombre de membres de l'Assemblée de Corse et la prime majoritaire à 11 et adapter les modalités de remplacement des conseillers au retour des membres du conseil exécutif en cas démission collective ou d'adoption d'une motion de défiance.

Nous ne saurions émettre un avis avant que le Gouvernement ne nous ait apporté la preuve que les élus de Corse approuvent unanimement ce projet.

M. Philippe Bas, président. - Il est vrai que le Gouvernement affirme de manière péremptoire que ceux-ci en sont tous d'accord, mais c'est ce qui n'est pas prouvé.

M. André Reichardt. - Je lui suggère de réfléchir à la possibilité de faire profiter l'Alsace du même traitement.

Mme Catherine Troendlé. - Absolument !

M. Philippe Bas, président. - Le vote du Sénat à cet égard, il y a quelques mois, a été sans appel.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La simplification proposée en Corse n'est pas extraordinaire, mais rappelons-nous que les Corses avaient rejeté par référendum une précédente proposition. Apparemment, la situation a évolué et les élus seraient dans leur grande majorité favorables à ce projet. Celui-ci aurait toutefois dû être présenté en première lecture au Sénat, vu son importance. La ministre nous a expliqué hier que cela n'était pas possible car les délibérations n'avaient pas eu lieu. Il serait gênant d'émettre un avis défavorable, car le Sénat s'était prononcé, pour l'Alsace, en faveur de la réunion des deux départements et de la région.

M. André Reichardt. - Merci de le rappeler !

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Ces innovations sont intéressantes. Mais une participation insuffisante avait empêché que la fusion s'y fasse. Prudence, donc. Pour ma part, je suis plutôt favorable à ces évolutions, quand elles sont possibles.

M. Hugues Portelli. - Je connais le dossier Corse, notamment pour avoir travaillé sur le projet proposé par M. Sarkozy. Les deux départements corses sont issus d'un unique département, ce qui n'est pas le cas en Alsace. Outre les modes de scrutin qui devaient prévaloir pour l'élection des conseillers généraux ou des membres de l'Assemblée de Corse, nous avions eu quelques difficultés avec le fonctionnement de l'administration des deux collectivités territoriales, et notamment sur la question des offices rattachés à la collectivité territoriale de Corse. Quelle que soit l'issue de notre débat, nous aurons à nous pencher sur ces questions.

Mme Catherine Troendlé. - Je m'associe aux propos d'André Reichardt et remercie le Sénat d'avoir clairement pris position en faveur d'une collectivité territoriale unique en Alsace. Hélas !, le Gouvernement n'a pas tenu ses engagements. Alors que M. Valls avait annoncé que la position du Sénat serait globalement respectée, il n'en a rien été. À présent, le Gouvernement propose pour la Corse un dispositif spécial, qui ressemble à ce qui était demandé pour l'Alsace. C'est un peu gênant : deux poids, deux mesures...

M. André Reichardt. - Absolument.

M. Alain Anziani. - Les Corses ont manifesté leur volonté d'arriver à une collectivité territoriale unique par un vote rassemblant une quarantaine de voix sur cinquante.

Mme Catherine Troendlé. - 90 % en Alsace !

M. Alain Anziani. - Le conseil général de Haute-Corse a approuvé le projet et celui de Corse du Sud devrait l'approuver.

M. Philippe Bas, président. - Pour l'heure, la commission suit l'avis de ses rapporteurs.

Mme Catherine Troendlé. - Pas moi !

La commission émet un avis de sagesse sur l'amendement n° 682.

Article 13 bis A

Les amendements nos 561 et 562 sont déclarés irrecevables.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 251.

Article 13 bis

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 353, 588 rectifié et 563.

Article 14

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 289.

M. Pierre-Yves Collombat. - Je suis d'accord pour ne pas rouvrir le débat sur l'opportunité de prévoir des intercommunalités plus grandes, mais quel bénéfice y a-t-il à augmenter la taille minimale des EPCI ? Quel est l'intérêt de rassembler 13 500 pauvres plutôt que 5 000 ? S'agit-il d'un simple effet d'affichage ? En tous cas, relancer la mécanique sera catastrophique puisque l'étape de la gestion des syndicats nous réserve bien des surprises... Je ne vois pas l'avantage d'une telle mesure, ni sur le plan politique ni en termes d'efficacité administrative.

M. Jean-Pierre Sueur. - Mon avis est un peu différent, car je suis fidèle à l'intuition première du Gouvernement, qui est de réorganiser la France dans le respect des communes, autour de communautés et de régions fortes.

M. Pierre-Yves Collombat. - À voir !

M. Jean-Pierre Sueur. - Dans ce cadre, le département, progressivement...

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - ...sera supprimé ! Ou, à tout le moins, effacé...

M. Jean-Pierre Sueur. - Il est certes de mauvaise méthode d'annoncer que le département aura disparu en 2021, comme l'a fait le Premier ministre...

M. Pierre-Yves Collombat. - Et le Président de la République !

M. Jean-Pierre Sueur. - Il faut imaginer une évolution plus lente et concertée. Quoi qu'il en soit, réformer autour de collectivités territoriales fortes et de régions fortes est une bonne idée.

Je salue le pragmatisme dont a fait preuve M. Delebarre avec son amendement n° 623, qui fixe le seuil à 15 000 plutôt que 20 000 et maintient les dérogations prévues par l'Assemblée nationale. Nous devons en effet penser à la commission mixte paritaire et y rendre possible une synthèse adaptée aux réalités de terrain.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Nous sommes réunis pour examiner les amendements au texte de notre commission. Nous devons faire preuve de cohérence, il y va de l'image du Sénat. En l'état, nous restons au seuil de 5 000.

M. Alain Marc. - Les dérogations prévues sont-elles de droit ou sont-elles soumises à l'appréciation du préfet ou de la commission départementale de la coopération intercommunale (CDCI) ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Elles sont de droit.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 693, ainsi qu'à l'amendement n° 35 rectifié bis, au sous-amendement n° 758 ainsi qu'à l'amendement n° 105, et aux amendements nos 587, 623, 356, 410, 478, 366, 437, 620 et 367.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis favorable à l'amendement n° 692, qui effectue des clarifications relatives à l'institution du schéma régional de coopération intercommunale (SRCI) d'Ile-de-France.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 692.

Elle émet un avis défavorable aux amendements nos 619 et 535.

Article 15

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 290, 726, 368, 291, 533 et 727.

Elle émet un avis favorable à l'amendement n° 694.

Elle émet un avis défavorable à l'amendement n° 67.

Article 15 ter A

La commission émet un avis favorable aux amendements nos 695 et 728.

Article 15 ter C

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 292 et un avis favorable à l'amendement n° 417.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 696 rétablit le texte adopté par l'Assemblée nationale en supprimant, d'une part, la modification de l'appartenance de la commune pour définir sa soumission au taux légal de logements sociaux et, d'autre part, le report du calendrier de réalisation de l'objectif de 2025 à 2034. Sur le premier point, il est satisfait par l'amendement n° 417 auquel nous avons donné un avis favorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 696, ainsi qu'à l'amendement n° 626.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 625 supprime le report de 2025 à 2034 de la réalisation, par les communes concernées, de l'objectif légal de logements sociaux en adaptant le calendrier des étapes intermédiaires. Avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n  625, ainsi qu'aux amendements nos 109 et 119.

Article 16

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 293, 729, 369, 294, 295, 534 et 730.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 697 apporte une clarification rédactionnelle et fixe à la dissolution du syndicat ou au retrait des communes du syndicat, selon le cas, la date butoir du délai d'un mois pour la conclusion de la convention de répartition des personnels en cas de dissolution d'un syndicat, d'une part, et de retrait de communes d'un syndicat, d'autre part,. Le Gouvernement observe que cette date est connue de tous et prévue dans les arrêtés préfectoraux. Avis favorable.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 697.

Elle émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 193 rectifié et 582.

Article 16 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 252.

Article 16 ter A

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il peut y avoir des personnes non élues dans les syndicats. Ce sont souvent d'anciens élus. L'amendement n° 37 rectifié ter reporte au prochain renouvellement des conseils municipaux l'entrée en vigueur de la disposition les excluant. Avis défavorable, mais pourquoi pas ?

Mme Cécile Cukierman. - J'y suis favorable au nom du principe de réalité. Je connais un parc naturel présidé par un non-élu - un ancien élu, justement... Il serait complexe de remettre en cause avant la fin des mandats les équilibres trouvés dans la gestion. Nous introduisons déjà assez de bouleversements territoriaux...

M. Pierre-Yves Collombat. - Même avis. Nous avons déjà appliqué cette méthode, d'ailleurs, par exemple aux dispositions interdisant le cumul des mandats : on pourra quasiment en effectuer deux avant de l'appliquer. Puis, la rationalisation de la carte syndicale prendra du temps ! La sagesse nous commande de laisser les choses en l'état.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Vous m'avez convaincu : avis favorable.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 37 rectifié ter ; elle émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 110 rectifié, 190, 395 et 578.

Article 16 quater

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 297. Elle demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 296, ainsi que sur l'amendement n° 88 rectifié ter.

Article 17

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 298.

Article 17 bis A

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 79 rectifié.

Article 17 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 685.

Article 17 ter

M. Philippe Kaltenbach. - J'ai déposé l'amendement n° 591 parce que des élus de mon département voient un détournement de la loi dans le fait qu'une grande agglomération, rassemblant plus de trois cent mille habitants dans huit communes, forme une commune nouvelle sans autre motif que la carotte financière que constitue le maintien de la DGF. Cette incitation, qui se monte en l'espèce à quinze ou vingt millions d'euros, devrait être réservée aux petites communes. Comme c'est un jeu à somme nulle, ces montants sont pris aux autres collectivités territoriales ! Des communes comme Boulogne, Issy-les-Moulineaux ou Marne-la-Coquette ne sont pas celles qui en ont le plus besoin.

Mme Cécile Cukierman. - Dans mon département, de petites communes s'organisent en fonction de ce dispositif sans autre motif que la carotte financière... Je n'ai rien contre votre amendement, si ce n'est qu'il participe d'une tendance, que nous avons trop, à prévoir, après le vote d'un texte, des exceptions inspirées par les situations particulières dont nous avons connaissance chez nous.

M. François Grosdidier. - Deux maximes : les riches aussi se saisissent des carottes offertes, et les pauvres associés demeurent pauvres...

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 591.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 629 propose que les pôles d'équilibre territoriaux et ruraux (PETR) puissent assurer, à la demande des EPCI à fiscalité propre figurant dans son périmètre l'élaboration, la mise en place et la coordination des Scot concernés. Environ 20 % de notre territoire sont couverts par un Scot. Un peu de souplesse sera donc bienvenue. Avis favorable.

Mme Jacqueline Gourault. - Les Scot correspondent-ils au périmètre des EPCI ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Non. Il peut y avoir plusieurs EPCI.

Mme Jacqueline Gourault. - Les EPCI peuvent-ils être scindés ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - La compétence d'un PETR est limitée à la coordination des Scot concernés à la demande des EPCI à fiscalité propre qui le composent et pour son seul périmètre. Cet amendement propose que le PETR assure en plus l'élaboration et la mise en place des Scot sur l'ensemble de leurs périmètres. Le périmètre d'un Scot ne correspond pas nécessairement à celui d'un PETR. L'auteur de l'amendement invoque d'ailleurs un souci de simplification.

Mme Jacqueline Gourault. - Les Scot sont-ils pris dans leur globalité lorsqu'ils sont gérés par un PETR ?

M. Philippe Bas, président. - Oui.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Oui.

M. Philippe Bas, président. - Simplification encore quand nous avons deux structures, les unes ouvertes auxquelles participent les départements, les autres fermées.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les EPCI ayant nécessairement la compétence d'aménagement du territoire, ils préparent tout le Scot.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 629.

Article 17 quater

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 686.

Elle émet un avis défavorable à l'amendement n° 299.

Articles additionnels avant l'article 17 terdecies

Mme Sophie Joissains. - Mon amendement n° 103 dénonce notre tendance à créer sans cesse des exceptions au droit, alors que nous devrions plutôt le simplifier : l'adage selon lequel nul n'est censé ignorer la loi n'a plus de sens. Les deux structures que nous créons, trop rigides, s'intègreront mal. Les conseils territoires devraient avoir la personnalité juridique.

Les amendements identiques nos 103 et 187 sont déclarés irrecevables, de même que les amendements identiques nos 104 et 150.

Article 17 quaterdecies

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 76 rectifié prévoit le rattachement des offices publics de l'habitat à un département et à un ou plusieurs EPCI constitués en syndicat mixte. J'ai vu M. Marseille et consulté le Gouvernement, à qui j'ai demandé qu'il fasse une proposition. Peut-être sera-t-elle faite en séance. Sagesse.

La commission émet un avis de sagesse sur les amendements identiques nos 76 rectifié, 242 et 430.

Article 17 quindecies

La commission émet un avis défavorable sur les amendements identiques nos 75 rectifié, 243, 431 et 537.

Article 17 septdecies AA

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 38 rectifié précise le montant de la dotation de solidarité communautaire pour les EPCI à fiscalité propre signataires de contrats de villes et n'ayant pas mis en place un pacte financier et fiscal de solidarité. Pour son calcul, seraient pris en compte les potentiels financiers agrégés par habitant. Avis favorable.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 38 rectifié et 621.

Elle émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 225 rectifié et 253.

Article 17 septdecies

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 168 proposant une nouvelle rédaction de l'article, je propose que nous en demandions la disjonction de la discussion commune.

Il en est ainsi décidé.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Nous avons longuement débattu de la métropole du Grand Paris lors de la loi MAPTAM. Voilà qu'un amendement du Gouvernement revoit la composition du conseil de la métropole pour en réduire l'effectif. Pourquoi pas mais je suis opposé à un coup ad mulierem...

M. Philippe Kaltenbach. - Il ne s'agit que de l'intérêt général.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Un tel déni de démocratie ne grandirait pas le Gouvernement. La question du périmètre n'est quant à elle toujours pas tranchée. Certaines communes voulaient rentrer dans la métropole. Si elles en ont délibéré quelques jours trop tard, ce ne sera pas possible. Un peu de souplesse !

M. Philippe Kaltenbach. - Le Gouvernement a réduit le nombre de membres du conseil de la métropole, qui sinon aurait approché l'effectif pléthorique de quatre cents ... Pour cela, il a respecté la loi : le résultat est un conseil d'un peu plus de deux cent membres. Du coup, les communes de moins de mille habitants auront un représentant, tout comme celles de moins de 75 000 habitants. Cette inégalité est supportable parce que transitoire : en 2020, l'élection se fera au suffrage universel direct. Paris aura soixante représentants. Pour qu'ils soient proches de leurs électeurs, le Gouvernement a proposé qu'ils soient désignés par les arrondissements.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les conseillers de Paris ne sont pas proches du peuple ? On le leur dira !

M. Philippe Kaltenbach. - Si les listes sont faites pour tout Paris, certains arrondissements seront moins bien représentés que d'autres. Comment répartir les conseillers de Paris ? Débattons-en.

Les conseils de territoires reprendront ce qui est géré par les conseils communautaires, et qui représente entre 20 % et 30 % de l'activité des communes. Actuellement, seules les majorités municipales y siègent. J'ai convaincu le Gouvernement de revenir au droit commun pour que les conseils de territoires soient assez nombreux pour que l'opposition municipale y soit représentée, ce qui serait un progrès démocratique.

Les amendements relatifs aux offices HLM ne peuvent non plus être évacués de la discussion. Enfin, le groupe socialiste est favorable à ce que nous revenions à l'accord passé au Sénat sur les PLUi.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Nous connaissons la position de M. Dominati, qui n'est pas celle de la commission...

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 168.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 137 rectifié.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 438 et 468.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 13, déposé à l'initiative de M. Karoutchi, entend résoudre le problème posé par les communes qui souhaitent rejoindre la métropole du Grand Paris après les délais légaux. Le préfet s'est montré trop rigide à l'égard de certaines de ces communes, dont Chelles. À titre personnel, j'émettrais un avis favorable.

M. Philippe Kaltenbach. - Il faut quand même tenir compte du cas des villes importantes qui se trouvent entre le territoire de la métropole et celui de la grande couronne. La loi dispose que les agglomérations qui touchent au Grand Paris doivent compter au moins 200 000 habitants. Le département de la Seine-et-Marne avait intégré dans sa réflexion la ville de Chelles, qui regroupe 60 000 habitants. Celle-ci a ensuite formulé une demande d'intégration à la métropole du Grand Paris après l'expiration du délai légal.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Trois jours après !

M. Philippe Kaltenbach. - Que Chelles sorte du dispositif de Seine-et-Marne déséquilibrerait l'agglomération en cours de création. Une délibération de la CDCI de Seine-et-Marne a d'ailleurs contesté le rattachement de communes à des EPCI d'autres départements. En rouvrant la porte du Grand Paris, nous risquons de provoquer un véritable bazar.

M. Pierre-Yves Collombat. - Je me croirais en CDCI du Grand Paris, si toutefois celle-ci existait ! Ce n'est pas le lieu approprié pour une discussion sur ce sujet. Puisse M. Kaltenbach traiter les petites collectivités avec la même délicatesse, lui qui veut les regrouper à toute force !

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 13 et 74 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 744.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - M. Kaltenbach propose, dans l'amendement n° 170 rectifié, de transférer les compétences des départements de la petite couronne à la métropole du Grand Paris. C'est une vision intéressante, mais j'émets un avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 170 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - J'émets un avis défavorable à l'amendement n° 590, qui ouvre la possibilité de placer hors de Paris le siège de la métropole.

M. Philippe Kaltenbach. - Laissons les élus en décider. La possibilité d'un transfert du siège de la région Île-de-France en proche couronne a été ouverte. La situation du Grand Paris est analogue. Le siège sera probablement fixé à Paris, mais si les élus décident, par exemple dans un souci d'économie, de le placer juste de l'autre côté du périphérique, je ne vois pas pourquoi la loi les en empêcherait.

M. Philippe Bas, président. - Cet amendement ne semble pas s'inspirer de la solution retenue pour les chefs-lieux de région.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les sièges des métropoles de Lyon et Marseille sont fixés par la loi sur le territoire de ces villes.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 590, ainsi qu'aux amendements n°s 51 rectifié bis et 33 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 743 transfère à la métropole des compétences en matière de gestion du gaz, des réseaux de chaleur et de froid. La commission s'est déjà prononcée contre cette disposition, pour revenir au texte adopté par le Sénat en première lecture.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 743, ainsi qu'à l'amendement n° 129 rectifié bis.

La commission émet un avis favorable à l'amendement rédactionnel n° 741.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 50 rectifié bis, 52 rectifié bis, 42 rectifié, 301, 442, 443, 139, 127 rectifié, 12, 300, 171, 172 , 444 et 601.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 742, ainsi qu'à l'amendement n° 739.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 602, 108, 603 et 424.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 302.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 72 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable aux amendements nos 604 et 605.

M. Philippe Kaltenbach. - Certes, nous avons 750 amendements à traiter, mais ne sacrifions pas la discussion à la rapidité. En région parisienne, l'intégralité du patrimoine immobilier d'un grand nombre d'offices publics de l'habitat (OPH) municipaux, constitués au lendemain de la deuxième guerre mondiale, est située sur le territoire de leur commune de rattachement. C'est le cas par exemple à Meudon et à Bobigny. Ce patrimoine peut représenter jusqu'à 25 % de l'ensemble des logements du territoire. La création des métropoles s'accompagne d'une remontée de leur gestion vers les conseils territoriaux. Ce transfert éloigne la prise de décision de la commune concernée, d'où les deux solutions envisagées : ou bien donner aux communes la possibilité de sortir du dispositif dès lors que leur OPH gère un nombre de logements supérieur à un seuil déterminé, ou bien lui assurer une majorité au sein du conseil d'administration. L'on éviterait ainsi toute manoeuvre politicienne dans les cas où la majorité du conseil territorial n'est pas du même bord que celle de la commune.

M. Jean-Patrick Courtois. - À Mâcon, l'OPH gère 6 500 logements dont 6 300 sont situés sur le territoire de la commune. C'est une véritable spoliation. Toutes les subventions versées, tous les avantages iront à l'agglomération et des élus gèreront un OPH qui ne compte pas un seul logement dans leur commune.

M. Pierre-Yves Collombat. - Découvrez-vous les joies de l'intercommunalité, qui serait surtout bonne pour les autres ? Vous voulez l'intercommunalité à tout crin. En somme, plus c'est gros, plus c'est bon...

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - C'est une situation très différente de celle du Grand Paris. Le Gouvernement a, semble-t-il, promis de rechercher un compromis. Pourquoi retenir le seuil de 5 000 logements proposé par l'amendement n° 425, plutôt que de 10 000 ? De plus, le rôle des commissions d'attribution est tout aussi important que celui des conseils d'administration des OPH. Enfin, il se produit de nombreuses fusions d'offices sur lesquelles nous n'avons aucun regard.

Mme Sophie Joissains. - L'amendement du Gouvernement s'appliquera-t-il à l'ensemble des métropoles ?

M. Philippe Bas, président. - Nous le saurons quand nous l'aurons...

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 604 et 605.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Je propose que nous rendions, dans l'immédiat, un avis défavorable sur les amendements nos 11, 425, 77 rectifié, 426, 432, 241, 427, 125 rectifié et 433.

M. Philippe Bas, président. - Nous donnerons mandat aux rapporteurs pour revenir en séance sur cet avis en fonction des propositions du Gouvernement.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 11 et 425, 77 rectifié, 426 et 432, 241, 427, 125 rectifié et 433.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 615 et 616.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 684 et défavorable aux amendements nos 439 et 440.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les amendements nos 10 et 606 proposent un autre mode de calcul de la dotation de soutien à l'investissement territorial.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur les amendements nos 10 et 606.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 126 rectifié et 138 rectifié.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 618.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 135 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Je ne suis pas favorable à la représentation des arrondissements parisiens au sein du conseil métropolitain. En l'espèce, Paris devrait relever du droit commun.

M. Philippe Bas, président. - Je comprends cette position.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - La position de vos rapporteurs est simple : le droit commun, rien que le droit commun et tout le droit commun.

M. Jacques Mézard. - Très bien. Estimez-vous néanmoins que les conseillers métropolitains pourront également être conseillers municipaux et conseillers départementaux, en cumulant les indemnités ? Cela ne pose-t-il pas de problème à vos yeux ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Aucun.

M. Philippe Kaltenbach. - Je prends acte de l'accord qui existe autour de la nécessité de faire passer le nombre de conseillers métropolitains de 400 à 200. Quant à la désignation des 60 membres qui représentent Paris, il nous a semblé opportun d'assurer une représentation des arrondissements afin de favoriser la proximité et d'assurer un certain équilibre géographique. Je propose que la question soit tranchée en séance, une fois exprimés l'avis du Gouvernement et des groupes politiques.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 608, 611, 612, 607, 610, 448 et 441.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 747.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 613 semble satisfait par le II de l'article L. 5219-12.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 613.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 614.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 687.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les amendements identiques nos 9 et 303 sont satisfaits par l'amendement n° 687 du Gouvernement.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 9 et 303.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 467.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 740, ainsi qu'à l'amendement n° 737.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 128 rectifié.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 449.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 53 rectifié bis, 54 rectifié bis et 55 rectifié bis.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 736.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 130 rectifié, 617, 131 rectifié, 132 rectifié, 133 rectifié, 134 rectifié et 136 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 683.

Articles additionnels après l'article 17 septdecies

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 73 rectifié quinquies, 445, 446 et 447.

Article 17 novodecies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 304.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 731.

Article 18 A

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 564 de M. Dantec revient sur la proposition de rétablissement de la redevance de mouillage, contre laquelle la commission s'était prononcée.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 564.

Article 18

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 305.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement du Gouvernement n° 698 est crucial, puisqu'il fait des compétences tourisme, eau et assainissement des compétences obligatoires des communautés de communes. C'est une position contraire à celle de la commission.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 698.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 86 et 583.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 370.

Article 19

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 306.et 345.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 699 revient à l'économie du texte adopté par l'Assemblée nationale.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 699.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 471 supprimerait l'exigence de respect du schéma régional de développement économique de l'exercice des compétences des communautés de commune. Nous avons déjà débattu de cette disposition en première lecture, et la commission y est défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 471.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 371.

M. Pierre-Yves Collombat. - L'amendement n° 372 fait de l'eau et de l'assainissement des compétences optionnelles pour les communautés de communes éligibles à une majoration de la DGF, comme nous l'avons décidé pour les communautés d'agglomération.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 372.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 19 propose de joindre l'eau et l'assainissement à la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI) au sein des compétences obligatoires. C'est contraire à la position de la commission.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 19.

Article 20

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 307.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La commission a estimé que les compétences eau, tourisme et assainissement devaient être optionnelles pour les communautés d'agglomération. L'amendement n° 700 est contraire à cette position.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 700.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Similaire au n° 471, l'amendement est contraire à la position de la commission. Une fois le schéma régional de développement économique élaboré, son application par les intercommunalités n'est pas optionnelle.

M. Philippe Bas, président. - C'était l'un des enjeux cruciaux de la discussion tenue en janvier.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 472.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 87 et 584, ainsi qu'à l'amendement n° 22.

Article 20 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 473 rectifié.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n° 112 rectifié bis étend une dérogation concernant la compétence des syndicats départementaux d'eau et d'assainissement introduite par l'article 20 bis à l'ensemble des syndicats exerçant cette compétence. Cette extension n'est pas justifiée, au regard de l'objectif de rationalisation poursuivi par l'article.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 112 rectifié bis, 192 rectifié, 397 rectifié et 580 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 512 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 113 rectifié bis, 398 rectifié et 581 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 513 rectifié bis, ainsi qu'à l'amendement n° 514 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 515 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 39 rectifié quater.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 111 rectifié bis, 191 rectifié, 396 rectifié et 579 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 516 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 517 rectifié bis.

Article 21

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 308.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Après quelques hésitations, je suis plutôt favorable à l'amendement n° 40 rectifié bis, qui reporte du 30 juin au 31 décembre la date limite de conformité des compétences exercées par les communautés de communes et d'agglomération. Rien n'interdit à une communauté d'anticiper la prise de compétence au 1er janvier précédent, et, si elle ne s'est pas conformée à ce délai, elle exercera l'intégralité des compétences visées et le préfet procèdera aux modifications statutaires correspondantes avant le 31 décembre 2016.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 40 rectifié bis.

M. Jean-Pierre Sueur. - L'amendement 624 reporte le délai de mise en conformité des communautés de communes et d'agglomération avec la compétence eau au 30 juin 2018. Les communes ont raison de demander ce report ; elles pourraient même en demander un plus long parce qu'il est irréaliste de penser que les compétences eau et assainissement pourront être transférées dans un délai aussi serré.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'amendement n'a pas d'objet au regard de la position de la commission, qui a maintenu ces compétences parmi les compétences optionnelles des communautés de communes et d'agglomération. Elle s'est opposée en cela à l'Assemblée nationale, au Gouvernement et à l'administration qui cherche avant tout à supprimer des structures, même celles qui fonctionnent bien.

M. Jean-Pierre Sueur. - C'est un sujet très important. Je propose que l'on repousse la date limite à 2020 si le Gouvernement et l'Assemblée nationale restent sur leurs positions. Le transfert est un processus extrêmement complexe.

M. Philippe Bas, président. - L'avis du rapporteur est défavorable car la commission choisit justement de ne pas entrer dans ce processus.

M. Pierre-Yves Collombat. - Si le transfert des compétences eau et assainissement reste optionnel, la question ne se posera pas. Tout cela montre le côté bancal du projet de loi. Je m'étais fait à l'idée d'un report pour la compétence de gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI). Il n'y en pas moins des inondations tous les ans...

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 624.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 701.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Nous avons déjà délibéré du tourisme en première lecture. On ne peut pourtant pas dire que le tourisme ne fonctionne pas en France ! Laissons les communes et les départements s'occuper de l'opérationnel, et arrêtons de réglementer. Avis défavorable à l'amendement n° 688.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 688.

Article 21 bis AA

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 309.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Je suis favorable à l'amendement du Gouvernement n° 732, qui donne aux communes membres d'un syndicat mixte un droit de retrait - sans avis de la CDCI ni autorisation du préfet - en cas de perte de la compétence ou de l'objet fondant l'adhésion. Cet avis est sous réserve de l'insertion, au cinquième alinéa de l'amendement, des mots : « les groupements de collectivités territoriales » avant les mots : « et les établissements publics membres ».

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 732 sous réserve de rectification.

Article 21 bis A

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 21 rectifié.

Article 21 bis B

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 532.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 522 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 66 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 118 supprime l'inapplicabilité des régimes des communautés urbaines et des métropoles dans les départements de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de La Réunion. Lors de l'examen de la loi Maptam, le rapporteur notait : « Au surplus, l'unité urbaine la plus importante d'outre-mer, celle de Pointe-à-Pitre-Les Abymes (Guadeloupe), comptait moins de 260 000 habitants en 2010 selon l'INSEE », mais la condition démographique exigée des communautés urbaines a été ramenée en cours de débat de 450 000 à 250 000 habitants.

M. Jean-Pierre Sueur. - Cet amendement va dans le sens de l'égalité républicaine en offrant aux communes d'outre-mer la possibilité de créer des communautés urbaines.

M. Félix Desplan. - La communauté d'agglomération du Sud Grande-Terre, qui réunit les communes de Pointe-à-Pitre, Les Abymes et Baie-Mahault, n'atteint pas le seuil des 250 000 habitants. Sera-t-elle dissoute ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il n'existe aucune raison que la loi prive les communautés d'agglomération d'outre-mer de la possibilité de devenir des communautés urbaines, dès lors que le seuil des 250 000 habitants est atteint. Laissons le droit commun s'appliquer.

M. Hugues Portelli. - La taille des communautés urbaines n'a cessé de changer. Il existe actuellement des communautés urbaines de moins de 100 000 habitants, comme celles du Creusot-Montceau, de Cherbourg ou d'Alençon.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 118.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Nous devons ensuite examiner deux amendements qui remettent en cause, pour l'accès au statut de communauté d'agglomération, le calcul du seuil de 15 000 habitants appliqué aux communes classées stations de tourisme.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 155.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'article 21 bis B, tel que propose de le rétablir l'amendement n° 66 rectifié du sénateur Mercier, devrait satisfaire l'auteur de l'amendement n° 408 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 408 rectifié bis.

Article 21 bis

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 226 rectifié et 310.

Article 21 ter

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 230 rectifié et 255.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 400, 114 rectifié et 254.

Article 22

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 565 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 421, ainsi qu'à l'amendement n° 419.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 570.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 227 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 60 rectifié ouvre la possibilité de créer un service unifié entre plusieurs EPCI à fiscalité propre pour instruire des décisions prises au nom de la commune ou de l'État par les maires des communes membres. Il est partiellement couvert par l'article L. 5111-1 du code général des collectivités territoriales, qu'il conviendrait de compléter. En effet, le maire conventionne avec l'EPCI pour lui attribuer l'instruction des décisions qu'il prend. Peut-être faut-il poursuivre la réflexion pour garantir la sécurité juridique du dispositif. En l'état, mon avis est défavorable.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Lorsque l'instruction est conduite au nom d'une commune, le responsable reste le maire. Quand elle est conduite au nom de l'État, celui-ci est responsable. Il est indispensable de conserver une souplesse. L'article L. 5111-1-1 du code général des collectivités territoriales me paraît suffisant.

La commission demande le retrait de l'amendement n° 60 rectifié et, à défaut, y sera défavorable.

La commission demande le retrait de l'amendement n° 418 et, à défaut, y sera défavorable.

Article 22 bis AAA

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 238 rectifié.

La commission demandera l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 237 rectifié.

Article 22 bis B

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 594 rectifié bis et 595 rectifié bis, ainsi qu'aux amendements identiques nos 20 rectifié ter et 540 rectifié.

Article 22 ter

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 312.

Article additionnel après l'article 22 ter

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 409.

Article 22 quater A

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 313, 530 et 373.

Article 22 quater C

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 633.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 702.

Article 22 quater

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 538 rectifié.

Article 22 quinquies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 528.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis plutôt favorable à l'amendement n° 579.

M. Michel Delebarre. - Pourquoi mettre cela dans la loi ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - C'était une erreur d'inclure dans la loi certaines dispositions relatives au fonctionnement des assemblées territoriales. Toutefois, dès lors que l'on a commencé à le faire, il faut être logique et prévoir la mise en ligne des comptes rendus des séances de conseils régionaux et départementaux. C'est une mesure de prudence. Voilà pourquoi je suis favorable à l'amendement n° 529.

M. Jacques Bigot. - Le compte rendu doit-il être mis en ligne après son adoption ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Par définition, un compte rendu de réunion a été adopté.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 529.

Articles additionnels après l'article 22 septies

L'amendement n° 636 est déclaré irrecevable, ainsi que les amendements nos 639 et 635.

Article 22 octies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 634, ainsi qu'à l'amendement n° 757 rectifié.

Article 22 nonies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 637, ainsi qu'aux amendements nos 638 et 756.

Article 22 decies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 314.

Article 23 A

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 315 et 705.

Article 23

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 316, 317, 689, 461, 374 rectifié, 536, 462 et 48.

Article 23 bis A

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 188.

Article 24

La commission demande le retrait et, à défaut, émettra un avis défavorable aux amendements identiques nos 318 et 375 rectifié.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 240 rectifié.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 466 et 319.

La commission demande le retrait, et à défaut, émettra un avis défavorable à l'amendement n° 320.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 706.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 690 et 404 rectifié.

La commission demande le retrait, et à défaut, émettra un avis défavorable aux amendements identiques nos 90 rectifié ter et 463.

La commission demande l'avis du Gouvernement sur l'amendement n° 566 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 541 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Demande de retrait et, à défaut, avis défavorable à l'amendement n° 174 rectifié.

Mme Catherine Troendlé. - Pourquoi, s'il vous plaît ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Le I prévoit que le département puisse déléguer ses missions d'assistance technique à un établissement public qu'il aurait créé. Or il ne le peut pas. Le II rétablit l'article L. 3233-1 du code général des collectivités territoriales pour préciser les modalités d'apport en ingénierie publique des départements au bloc communal, mais les missions des départements en la matière seront définies à l'article L. 3232-1-1, et il n'apparaît pas opportun de prévoir deux dispositions en concurrence sur le même sujet.

La commission émet une demande de retrait à l'amendement n° 174 rectifié et, à défaut, émettra un avis défavorable.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 486 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 89 rectifié, 504 et 751, ainsi qu'aux amendements nos 321, 62 rectifié ter et 124 rectifié ter.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 343.

M. François Zocchetto. - Pourquoi l'amendement n° 82 rectifié serait-il irrecevable ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Il a été rejeté par les deux assemblées en première lecture et ne présente plus de lien direct avec une disposition restant en discussion.

L'amendement n° 82 rectifié est déclaré irrecevable.

Article additionnel après l'article 24

L'amendement n° 63 rectifié bis est déclaré irrecevable.

Article 24 bis AA

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 91 rectifié bis, 502 et 733.

Article additionnel après l'article 24 bis BA

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 64 rectifié ter a été déposé en première lecture et non soutenu. Il sécurise l'approvisionnement en médicaments et en oxygène des SDIS dépourvus de pharmacie à usage intérieur. Cette disposition est sans lien direct avec une disposition restant en discussion et, partant, est irrecevable.

La commission déclare les amendements identiques nos 64 rectifié ter et 43 rectifié ter irrecevables.

Article 24 bis C

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 323 et 748.

M. André Reichardt. - La possibilité pour la région de présenter au Gouvernement des modifications ou des adaptations à la loi et au règlement en matière de droit local, qui fait l'objet du deuxième alinéa de l'amendement n° 748, est-elle déjà réglée ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - C'est inscrit à l'article 1er du projet de loi ; a priori rien ne l'empêche.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'article 1er a été voté hier. La demande d'un pouvoir réglementaire des régions était une bizarrerie. Elles peuvent émettre des propositions.

M. Jacques Mézard. - C'est déjà beaucoup.

M. Philippe Bas, président. - Il est intéressant de connaître la position du Gouvernement.

M. Jacques Bigot. - L'article 1er, extrêmement général, porte sur les compétences. Ce n'est pas le cas ici.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Selon nous, l'article 1er tel qu'il a été voté couvre la possibilité au conseil régional de faire des propositions en matière de droit local.

M. André Reichardt. - Il s'agit de savoir si cet aspect est couvert par l'article 1er.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Le débat sur l'amendement sera une occasion supplémentaire pour le Gouvernement de vous le dire.

Article 24 bis

La commission demande le retrait, et, à défaut, émettra un avis défavorable à l'amendement n° 322.

Article additionnel avant l'article 25

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 413 rectifié.

Article 25

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 324, 414 rectifié et 325.

Article 26

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 326, 411 rectifié, 327, 328 et 329.

Article additionnel après l'article 26

La commission déclare l'amendement n° 412 rectifié irrecevable.

Article 26 bis

M. Pierre-Yves Collombat. - L'amendement n° 376 rectifié corrige une discordance de rédaction entre le code de l'environnement et le code des impôts sur les actions finançables par la taxe pour la GEMAPI, en s'appuyant sur le texte le plus extensif, soit le code de l'environnement. Je ne comprends franchement pas le refus d'aligner ces deux textes. Les querelles de boutiquiers sur le financement vont finir par tout bloquer. Ce petit aménagement l'éviterait.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il est évident qu'il y a une ambiguïté. Je propose qu'on demande au Gouvernement son interprétation.

M. Philippe Bas, président. - Il faut lever cette difficulté juridique.

Mme Jacqueline Gourault. - Ce sera l'occasion d'interroger le Gouvernement sur un décret d'application pris le jeudi de l'Ascension sur une partie des compétences de GEMAPI, indiquant une application en 2016.

M. Pierre-Yves Collombat. - En première lecture, nous étions d'accord pour voter cet amendement. Pourquoi la commission n'émet-elle pas une analyse favorable ? Une offensive est actuellement menée contre l'application de GEMAPI, passée de 2016 à 2018 - et bientôt 2022 ! Des chausse-trappes s'ouvrent en permanence parce que beaucoup de grandes collectivités n'en veulent pas, et l'Association des maires de France mène la croisade. Il faut savoir si nous voulons une politique de prévention des inondations.

M. Philippe Bas, président. - Je propose que la question soit posée au Gouvernement et que les rapporteurs transforment leur avis selon la réponse.

La commission émet une demande d'avis du Gouvernement sur les amendements nos 80 rectifié et 376 rectifié.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 474 rectifié.

Article 27

La commission demande le retrait, et à défaut, émettra un avis défavorable à l'amendement n° 15 rectifié bis.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 434, ainsi qu'aux amendements identiques nos 57 rectifié bis et 173 rectifié bis.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 116 rectifié, 189 et 402.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 709, ainsi qu'aux amendements identiques nos 115 rectifié et 401 rectifié et à l'amendement n° 691.

Article 27 bis

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 711.

Intitulé du chapitre IV

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 107 rectifié.

Article 28 A

La commission demande le retrait et, à défaut, émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 7 et 163.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 330 et 362.

Article 28

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 5, aux amendements identiques nos 151 et 593, à l'amendement n° 713 et aux amendements identiques nos 332 et 377.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 61 rectifié, 71 rectifié, 492, 542 et 577 rectifié ter.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 106 rectifié, 331, 378 rectifié, 716 et 4.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Certains amendements confondent objectifs et compétences. L'égalité entre les hommes et les femmes est un objectif, pas une compétence des collectivités.

Article 28 bis

La commission demande le retrait et, à défaut, émettra un avis défavorable aux amendements nos 69 et 162.

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 346 rectifié et 347 rectifié.

Article 29

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 718.

Article 29 bis

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 333.

Article 30 A

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 622, 643 et 717.

Article 30

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 379 rectifié, 380 rectifié, 221 rectifié, 381 rectifié, 644 et 596.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 596, déjà rejeté en première lecture, organise la transmission à l'assemblée délibérante d'une collectivité territoriale des rapports sur sa situation financière établis par la direction générale des finances publiques. Néanmoins, il est difficile de placer cette administration publique de l'État dans la même position que la Cour des comptes et les chambres régionales des comptes, juridictions financières indépendantes. Avis défavorable.

Article 32

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 334.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 719.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 423 rectifié.

Article 32 bis

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 194 et 558 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avec l'amendement n° 558 rectifié, déjà rejeté en première lecture, certaines collectivités disposant dans leur stock de dette d'emprunts libellés dans une autre monnaie que l'euro et frappées de plein fouet par l'envolée de la monnaie helvétique seraient éligibles au fonds. Or tous les emprunts sont éligibles au fonds. Cette précision n'apparaît pas utile, sauf explication contraire du Gouvernement.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 720.

Article 33

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 721.

Article 34

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 382 rectifié.

Articles additionnels après l'article 34

L'amendement n° 640 est déclaré irrecevable, de même que les amendements nos 641 et 642.

Article 35

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 734, 723, ainsi qu'à l'amendement n° 16 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis favorable à l'amendement n° 525 rectifié bis sous réserve de réduire le délai à cinq ans.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Le besoin d'harmonisation est une conséquence de la fusion des régions. Imaginez des agents qui attendraient dix ans pour obtenir un régime équivalent à celui de leurs collègues... Dans cette hypothèse, je plains les directeurs des ressources humaines.

M. Pierre-Yves Collombat. - Je voterai cet amendement. Une remarque perfide, néanmoins : est-ce ainsi qu'on fait des économies ?

Mme Cécile Cukierman- Cet amendement obéit au principe de réalité. Dans certaines régions, l'harmonisation entre les régimes indemnitaires des agents techniques, ouvriers et de service (TOS) et des agents dits du siège ne s'est achevée qu'il y a quelques mois, alors que les finances locales étaient moins contraintes qu'elles ne le seront demain. Je ne suis pas sûre que cinq ans suffisent, surtout quand trois régions fusionnent, tant les niveaux de recrutement dans l'échelle indiciaire diffèrent selon les régions. Je suis favorable au délai de cinq ans, voire moins, mais si aucun moyen supplémentaire n'est alloué, les recours seront certains, et sérieux.

M. Alain Anziani. - Cinq ans, c'est un maximum. Si l'on veut que les choses fonctionnent, il est important de prévoir un temps de discussion avec les organisations syndicales, afin de rapprocher les points de vue.

M. Jacques Mézard. - Cet amendement de sagesse illustre parfaitement les conséquences de cette fusion et les conditions dans lesquelles elle est menée. Les traitements vont coûter beaucoup plus cher, car on sait bien qu'il n'y a jamais d'alignement vers le bas.

M. Pierre-Yves Collombat. - Heureusement !

M. Jacques Mézard. - Vous verrez la réaction, quand il faudra dire aux agents de la région Auvergne qu'ils continueront pendant des années à ne pas bénéficier du même régime indemnitaire que leurs collègues de Rhône-Alpes !

M. Christophe Béchu. - Un article de la Lettre du cadre territorial nous apprend que les directeurs généraux des administrations régionales touchent le gros lot. Preuve de l'exceptionnelle bienveillance du Gouvernement à leur égard, ils ont en effet obtenu, à l'occasion des fusions, une indemnité exceptionnelle qui leur garantit le maintien de leur ancienne rémunération s'ils cessent d'exercer leurs responsabilités. Et l'on prétend faire des économies... Comment expliquer que ce qui est accordé aux directeurs généraux et généraux adjoints ne l'est pas à tous les étages ?

M. Philippe Bas, président. - Le Gouvernement fait preuve d'une particulière sollicitude pour des catégories dont on mesure la précarité.

M. Philippe Kaltenbach. - Le Gouvernement précédent avait fait de même !

Mme Cécile Cukierman. - Une réelle réflexion doit être menée sur la rapidité de l'harmonisation. Pour la pallier, on démultiplie les directeurs de services, les sous-directeurs, ce qui alourdit le système au lieu de le fluidifier. Le délai doit être de cinq ans ou moins, sinon la parade sera de donner des primes de direction supplémentaires, jusqu'à aboutir à des situations aberrantes. Cela alourdit le travail et la réactivité des collectivités territoriales. Mais les DGS pèsent peu. Personne n'est dupe : les économies se feront, ou pas, sur le dos des personnels des régions.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - J'ai demandé à la direction générale des collectivités locales (DGCL) et à la Cour des comptes un rapport sur les disparités existantes en matière de régime indemnitaire. La position de M. Hyest sur ce problème connu depuis longtemps est cohérente : on sait qu'il faut un temps de convergence, il est démocratiquement plus sain que le délai corresponde à un mandat, c'est-à-dire cinq ans.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il s'agit de tous les personnels. Les directeurs généraux des services sont seulement vingt. Ce sont des emplois fonctionnels, ils peuvent être licenciés. 

M. Philippe Kaltenbach. - Ils sont très bien protégés.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Ils l'ont toujours été : les administrateurs territoriaux qu'on écarte se retrouvent au CNFPT, à suivre quelques formations en étant payés tout autant qu'avant. Ils ne sont pas à plaindre !

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 525 rectifié ter.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis favorable à l'amendement n° 722 du Gouvernement.

M. Jacques Mézard. - Le Gouvernement prévoit qu'en cas de fusion d'intercommunalités, le directeur général des services de l'EPCI qui regroupe le plus grand nombre d'habitants est maintenu dans ses fonctions au sein du nouvel EPCI ; les DGS des autres EPCI sont maintenus en qualité d'adjoints. Les élus devraient avoir le droit de dire qu'ils préfèrent tel ou tel directeur, y compris celui d'une plus petite intercommunalité, parce qu'il est plus compétent !

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Il s'agit de modalités transitoires, particulières aux emplois fonctionnels dans la mise en oeuvre du schéma régional de coopération intercommunale (SRCI) d'Ile-de-France, jusqu'à la date de la délibération créant les emplois fonctionnels de l'EPCI issu de la fusion, et au plus tard six mois après la fusion. Les directeurs généraux des services des autres EPCI seraient maintenus comme DGS adjoints dans les mêmes conditions et délais, et les DGS adjoints seraient maintenus temporairement dans leurs fonctions et aux mêmes conditions.

M. Philippe Bas, président. - Ne pourrait-on pas écrire que cette règle s'applique « à défaut d'accord sur la nomination d'un DGS chargé de l'intérim choisi parmi les DGS des services des intercommunalités adhérentes au nouvel EPCI » ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - On ne peut pas ramener du contractuel dans un statut légal et réglementaire.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. -La règle générale s'applique. Les emplois fonctionnels peuvent être supprimés. La cessation de fonction est coûteuse, certes, mais cette réforme l'est de toute façon. Certains optimistes espèrent des économies « dans un second temps »... À voir!

Nous maintenons notre avis favorable.

M. Hugues Portelli. - Dans ma région, on se retrouve avec une communauté d'agglomération de 270 000 habitants. Le directeur général des services de l'agglomération principale a débuté comme secrétaire de mairie dans un village. Je demande un vote.

M. Christophe Béchu. - Cet amendement est un copié-collé du n° 525 rectifié bis. Prolongeons la réflexion. Que fait-on, demain, lors de fusions de communes dont les tailles sont très différentes ? Le même dispositif transitoire doit-il s'appliquer, avec les difficultés financières et de statut qu'il implique ? C'est une question d'équité. Nous posons des règles pour les grades les plus élevés sans souci de la déclinaison sur le territoire.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 722.

Article 35 bis A

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 631.

M. Jean-Pierre Sueur. - Saint-Pierre-et-Miquelon est une collectivité très particulière. Cet amendement a été rejeté en première lecture mais les arguments demeurent.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - À quoi rime un emploi fonctionnel pour si peu d'habitants ?

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'auteur de l'amendement a eu satisfaction à l'Assemblée nationale et aura satisfaction en commission mixte paritaire. Mais la beauté du Sénat est d'appliquer le droit.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 631.

Article 36 ter

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 336.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Nous sommes favorables à l'amendement n° 337 de M. Favier qui supprime l'inapplicabilité de la disposition interdisant aux collectivités volontairement affiliées à un centre de gestion de se désaffilier avant un délai de six ans. Dans ces conditions, nous sommes favorables au I de l'amendement n° 34 et défavorables à son II.

Mme Catherine di Folco. - Le II offrait aux collectivités une petite souplesse supplémentaire en leur permettant de créer une commission administrative paritaire (CAP) à n'importe quel moment. L'essentiel est de préserver l'avenir des centres de gestion. On peut mutualiser sans désaffilier. Une désaffiliation des collectivités territoriales à tout moment serait dangereuse pour les centres de gestion, qui ont besoin de visibilité.

M. Philippe Bas, président. -Nous laissons les rapporteurs trouver le meilleur ajustement dans la discussion en séance.

La commission émet un avis favorable au I de l'amendement n° 34 ainsi qu'à l'amendement n° 337.

La commission émet un avis défavorable au II de l'amendement n° 3 et aux amendements nos 574 et 228 rectifié.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 95.

Mme Sophie Joissains. - Pourquoi ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Les CAP sont créées par la collectivité employeur.

Mme Sophie Joissains. - Les fonctionnaires de la future métropole d'Aix-Marseille-Provence continueront à travailler dans le cadre des conseils de territoire. Ils doivent pouvoir dépendre de leur hiérarchie au sein des conseils de territoire.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'employeur est la métropole.

Mme Sophie Joissains. - La CAP serait présidée par le président de la métropole, mais la gestion des personnels pourrait être déléguée.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - On ne va pas créer une CAP par territoire.

Mme Sophie Joissains. - La future métropole Aix-Marseille-Provence gèrera 8 000 fonctionnaires ! Il va falloir harmoniser six statuts différents !

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Certains départements en gèrent 10 000.

Mme Sophie Joissains. - Pas de manière aussi déconcentrée.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'avis est défavorable.

Mme Sophie Joissains. - Je défendrai mon amendement en séance.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 95, 143 et 179.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - La variante proposée aux amendements n°96 et 180 est habilement rédigée mais notre avis reste défavorable.

Mme Sophie Joissains. - Il est tout de même nécessaire que les conseils de territoire aient des avis avertis sur ce qui se passe dans les services pour faire remonter les informations utiles à la CAP.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La CAP traite essentiellement de discipline...

Mme Sophie Joissains. - Pas seulement. Vous savez comme moi que le syndicat Force ouvrière cogère la ville de Marseille, et que cela peut poser des problèmes !

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 96, 144 et 180, ainsi qu'aux amendements identiques nos 99, 146 et 183.

Article 36 quater

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 59 rectifié.

Article 36 sexies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 338.

Article 36 septies

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 526 rectifié.

Article 36 octies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 703.

Article 36 duodecies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 531.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 527 rectifié.

Article 36 quaterdecies

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 339.

Article 37

La commission émet un avis défavorable aux amendements nos 44, 222 rectifié et 340.

La commission demande le retrait et, à défaut, émettra un avis défavorable aux amendements nos 65 rectifié bis, 45, 46 et 47.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - L'amendement n° 712 renvoie à une loi de finances les modalités de compensation des charges transférées entre les départements et les autres collectivités. On peut se demander pourquoi le Gouvernement a attendu la deuxième lecture au Sénat pour proposer un tel amendement, mais l'avis est favorable.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 712.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 223 rectifié, 452 rectifié et 576, ainsi qu'à l'amendement n° 645, aux amendements identiques nos 224 rectifié, 453 rectifié et 575 et à l'amendement n° 539 rectifié.

La commission émet un avis favorable aux amendements identiques nos 78 rectifié bis, 81 rectifié bis, 117 rectifié bis et 394 rectifié, ainsi qu'aux amendements nos 735, 704, 710 et 714.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 49.

L'amendement n° 181 est déclaré irrecevable.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Avis défavorable à l'amendement n° 93.

Mme Sophie Joissains. - Il s'agit de permettre aux conseils de territoire de passer les marchés nécessaires à l'exercice des délégations. C'est indispensable si l'on veut éviter une lourdeur procédurale préjudiciable pour un territoire qui n'est pas préparé à la métropole.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Cela a été rejeté lors de la loi Maptam.

La commission demande le retrait, et à défaut, émettra un avis défavorable aux amendements identiques nos 93, 141 et 177.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 94, 142 et 178.

La commission émet un avis de sagesse sur les amendements identiques nos 6, 92 rectifié bis, 752 rectifié bis, 392 rectifié et 503.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 98, 145 et 182.

Les amendements identiques nos 102, 149 et 186 sont déclarés irrecevables.

La commission émet un avis défavorable aux amendements identiques nos 101, 148 et 185.

M. René Vandierendonck, co-rapporteur. - Les amendements nos 100, 147 et 184 sont irrecevables.

Mme Sophie Joissains. - Pourquoi ?

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - C'est la règle de l'entonnoir. On ne peut pas débattre indéfiniment des mêmes choses !

Mme Sophie Joissains. - M. Gaudin réfléchissait aux mêmes amendements.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Ses amendements auraient connu le même sort.

M. Philippe Bas, président. - Le Sénat et la commission ne peuvent se déjuger. Le Sénat qui s'est prononcé sur ces amendements en janvier est le même qu'aujourd'hui, il n'a pas changé d'avis. Nous postulons que ce vote est acquis. Il est normal que la règle de l'entonnoir s'applique, non pour brimer les auteurs des amendements, mais par souci de cohérence. L'Assemblée nationale ayant validé ces choix, difficile d'y revenir de notre propre initiative.

Les amendements nos 100, 147 et 184 sont déclarés irrecevables.

La commission émet un avis favorable aux amendements nos 707 et 708.

La commission émet un avis défavorable à l'amendement n° 341.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 715 rectifié bis.

M. Jean-Pierre Sueur. - Nous avons passé deux séances de commission à tourner des centaines de pages d'amendements, ce qui demande une certaine dextérité. Ne pourrait-on faire l'économie de cet exercice lorsque l'avis du rapporteur est défavorable ? Pourquoi ne pas avoir sur table, en début de séance, la liasse des amendements contraires à la position que la commission a définie lors de l'établissement de son texte ? Ces amendements ne seraient pas examinés, sauf à ce qu'un membre de la commission en fasse la demande expresse. Nous pourrions alors nous concentrer sur les amendements nouveaux, qui présentent un intérêt complémentaire, comme le font d'ailleurs certaines commissions à l'Assemblée nationale.

M. Alain Richard. - Ce n'est pas un bon argument, vu le corporatisme de nos deux maisons !

M. Philippe Bas, président. - Vous enrichissez notre réflexion, monsieur Sueur. Nous appliquons déjà quelques idées directrices : l'application de la règle de l'entonnoir, un avis défavorable sans débat pour les amendements remettant en cause la position de la commission. Néanmoins, le droit au remord de la commission doit pouvoir s'exercer, avec l'acceptation de tel ou tel amendement.

M. Sueur nous propose de présenter, en début de réunion, une liste des amendements sur lesquels l'avis du rapporteur est défavorable, ce qui nous faciliterait effectivement la tâche - à condition que cela soit matériellement possible. Je compte réunir prochainement le bureau de la commission pour délibérer de ces méthodes de travail qui permettraient de trier les amendements dont nous sommes saisis.

M. Jean-Pierre Sueur. - La réunion du bureau est une excellente idée. Pour éviter tout malentendu, je précise qu'il conviendrait de disposer de la liste de tous les amendements contraires à la position de la commission mais que chaque membre de la commission pourrait demander à ce qu'il y ait un débat sur un amendement précis, le but étant d'éviter de tourner 400 pages en pure perte, quand le débat a déjà eu lieu huit jours avant.

M. Pierre-Yves Collombat. - Notre commission hérite de 60 % des multiples textes déposés sur le bureau du Sénat.

M. Alain Richard. - Seulement 40 % !

M. Pierre-Yves Collombat. - Je crains qu'il n'y ait pas de réelle solution face à ce flux de textes dont le Parlement est accablé. L'essentiel est que les sénateurs puissent s'exprimer, en commission et en séance publique, sur les éléments qui leur paraissent importants. Des améliorations de forme ne changeront pas grand-chose au fait qu'il faille tourner des pages.

M. Jacques Mézard. - Il faut surtout tourner la page !

Mme Catherine Tasca. - N'est-ce pas une charge de travail supplémentaire pour les services de notre commission ? Ne pourrait-on se contenter de l'avis défavorable du rapporteur, compte tenu de la volubilité des parlementaires et de la production législative ?

M. Philippe Bas, président. - Sage préoccupation.

M. Philippe Kaltenbach. - Pourquoi ne pas prévoir deux liasses d'amendements : l'une contiendrait les amendements nouveaux et l'autre, de couleur, les amendements que notre rapporteur rejette. Cette liasse ne serait pas examinée, sauf à ce qu'un commissaire demande un débat sur tel amendement.

M. Jacques Mézard. - Séparer le bon grain de l'ivraie, en quelque sorte...

Mme Catherine Troendlé. - Le Sénat doit se moderniser. Lors de nos travaux sur le futur Règlement du Sénat, j'avais prôné la généralisation des tablettes, pour des raisons financières mais aussi pratiques. Ne serait-ce pas une réponse à vos préoccupations ?

M. Philippe Kaltenbach. - Très bien.

Mme Cécile Cukierman. - D'après le dérouleur, 711 amendements ont été déposés sur ce texte. Même si certains ne seront pas défendus et d'autre déclarés irrecevables, il nous faudra travailler vendredi et lundi, pratique qui se généralise et qui favorise l'absentéisme ou nous empêche d'assurer nos permanences dans nos circonscriptions. La Conférence des Présidents serait bien inspirée de se pencher sur ce problème.

En outre, si je suis favorable aux votes solennels le mardi après-midi, faut-il vraiment suspendre la séance publique une heure pour attendre la proclamation des résultats ? Pourquoi ne pas examiner le texte suivant dès que les sénateurs ont voté ? La proclamation pourrait avoir lieu avant la pause du dîner.

M. Philippe Bas, président. - Merci pour ces réflexions constructives.

Nous venons d'être saisis du sous-amendement n° 782 de M. Marseille à l'amendement n° 738 du Gouvernement, dont nous avons longuement débattu avec M. Kaltenbach.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Il s'agit de l'élection des représentants de la ville de Paris au conseil métropolitain : M. Marseille propose que les maires d'arrondissement soient membres de droit et que les autres membres soient désignés à la proportionnelle par les conseillers de Paris.

M. Jean-Pierre Sueur. - J'y suis favorable.

M. Philippe Kaltenbach. - Pas moi.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Vous ne voulez pas que l'opposition soit représentée au conseil métropolitain ? Même M. Contassot trouve cela scandaleux !

Je suis favorable à ce sous-amendement.

M. Philippe Bas, président. - Avec son amendement n° 738, le Gouvernement souhaite que les conseillers de Paris désignent à la proportionnelle les délégués de la ville de Paris au conseil métropolitain par arrondissement. Le sous-amendement n° 782 vise à ce que les maires d'arrondissement soient de plein droit membres de ce conseil et que les conseillers de Paris désignent à la proportionnelle les autres représentants amenés à siéger dans cette instance.

M. Philippe Kaltenbach. - En fléchant vingt élus sur soixante, on défavorise les petits partis politiques qui n'ont pas de maires d'arrondissement, comme le parti communiste ou les écologistes.

Mme Cécile Cukierman. - Si, il y a un maire vert.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Pourquoi le conseil de Paris ne désignerait-il pas tous les représentants ?

M. Philippe Kaltenbach. - La solution du Gouvernement n'est peut-être pas totalement satisfaisante mais, à n'en pas douter, la difficulté sera levée en séance. On ne peut régler cette question au détour d'un sous-amendement.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La commission doit néanmoins donner son avis.

M. Alain Richard. - Le code électoral et le code général des collectivités territoriales ne connaissent pas la proportionnelle intégrale, mais la proportionnelle à la plus forte moyenne.

M. Philippe Bas, président. - Exact. Il faudra que le sous-amendement soit rectifié.

M. François Grosdidier. - Le droit électoral à Paris est une science à part. Dans le droit commun, qui correspond aux principes de la République, les élus des métropoles, des communautés urbaines et des communautés d'agglomération sont élus au suffrage universel direct dans le cadre de l'élection municipale. Les élus à la métropole de Paris devraient être élus par fléchage mais au suffrage universel direct. Si les conseillers de Paris siégeaient à la métropole, le problème serait réglé. J'imagine mal qu'on fasse siéger les élus au deuxième degré que sont les maires d'arrondissement.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - La ville de Paris jouit d'un statut particulier : dans les arrondissements, les maires sont élus.

M. François Grosdidier. - Au deuxième degré, par le conseil d'arrondissement.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - Comme tous les maires !

M. François Grosdidier. - Les élus du conseil de Paris sont élus au suffrage universel direct.

M. Jean-Jacques Hyest, co-rapporteur. - L'existence de maires d'arrondissement est une spécificité parisienne. Je serais d'accord pour l'élection des conseillers métropolitains par le conseil de Paris à la proportionnelle à la plus forte moyenne et la désignation des maires d'arrondissement, même si la proportionnalité globale s'en trouverait très légèrement réduite.

Avis favorable à ce sous-amendement, et à l'amendement du Gouvernement ainsi sous-amendé.

M. François Zocchetto. - Ce sous-amendement s'impose, même s'il convient de s'interroger sur la désignation automatique des maires d'arrondissement. La désignation au conseil de la métropole doit procéder du conseil de Paris, qui représente les Parisiens. Il serait inimaginable de procéder autrement.

M. Alain Richard. - Depuis la réforme électorale de 2013, le fléchage est la règle de base pour l'intercommunalité. Entre deux renouvellements de conseils municipaux, la loi de 2013 prévoit une élection subsidiaire par le conseil municipal, à la proportionnelle du conseil, lorsque le nombre de conseillers communautaires évolue, à la hausse comme à la baisse. C'était un apport de l'Assemblée nationale.

Pour le cas qui nous concerne, faut-il privilégier les 163 conseillers de Paris, dont les charges sont multiples, ou laisser le conseil de Paris choisir parmi les 527 conseillers d'arrondissement, qui sont relativement plus disponibles ? La décision ne modifiera pas la répartition politique mais permettra d'élire des personnes qui pourront mieux s'investir.

M. Philippe Bas, président. - Cet intéressant débat se poursuivra en séance. Nous allons passer au vote.

La commission émet un avis favorable au sous-amendement n° 782.

La commission émet un avis favorable à l'amendement n° 738, ainsi sous-amendé.

La réunion est levée à 11 h 55

La commission adopte les avis suivants :

AMENDEMENTS DES RAPPORTEURS

Auteur

Avis de la commission

Article 2
Compétence de la région en matière de développement économique
et schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

759

Adopté

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

760

Adopté

Article 6
Schéma régional d'aménagement, de développement durable
et d'égalité des territoires

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

783

Adopté

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

761

Adopté

Article 6 bis A
Chartes régionales d'aménagement

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

784

Adopté

Article 9
Financement par la région des voies et axes routiers d'intérêt régional

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

762

Adopté

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

763

Adopté

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

764

Adopté

Article 13 bis A
Inscription dans le règlement intérieur des conseils régionaux
des droits des groupes d'élus et reconnaissance de droits spécifiques
aux groupes d'opposition et minoritaires

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

765

Adopté

Article 14
Relèvement du seuil démographique de constitution des EPCI à fiscalité propre
et révision des schémas départementaux de coopération intercommunale

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

766

Adopté

Article 17 septdecies
Modifications du statut de la métropole du Grand Paris

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

767

Adopté

Article 20
Élargissement du champ des compétences des communautés d'agglomération

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

768

Adopté

Article 21
Délai de mise en conformité des compétences exercées
par les communautés de communes et d'agglomération

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

769

Adopté

Article 24
Suppression de la clause de compétence générale des départements
et compétences départementales en matière de solidarités territoriales

 

770

Adopté

Chapitre IV
Compétences partagées dans le domaine de la culture, du sport,
de la vie associative, du tourisme et de la promotion des langues régionales
et regroupement de l'instruction et de l'octroi d'aides ou de subventions

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

771

Adopté

Article 35
Modalités de mise à disposition ou de transfert des services
et garanties offertes aux personnels

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

772

Adopté

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

773

Adopté

Article 36 nonies
Transmission par le directeur départemental ou régional
des finances publiques du compte de gestion au préfet

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

774

Adopté

Article 37
Compensation financière des transferts
de compétences entre collectivités territoriales

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

775

Adopté

Article 40
Dispositions transitoires et habilitation
pour la prise en compte de la nouvelle carte régionale

MM. HYEST et VANDIERENDONCK

776

Adopté

AUTRES AMENDEMENTS DE SÉANCE

Auteur

Avis de la commission

Article 1er
Suppression de la clause de compétence générale des régions
et attribution d'un pouvoir réglementaire

M. FAVIER

258

Défavorable

M. COLLOMBAT

357

Défavorable

M. FAVIER

259

Défavorable

M. DANTEC

543

Défavorable

M. FAVIER

260

Défavorable

M. COURTEAU

120

Défavorable

M. DANTEC

544

Défavorable

M. ANZIANI

482 rect. bis

Défavorable

M. DANTEC

646

Défavorable

M. BERTRAND

403

Défavorable

M. MÉZARD

350

Défavorable

M. DANTEC

545

Défavorable

M. MÉZARD

354

Défavorable

M. MÉZARD

355

Défavorable

M. ANZIANI

487 rect.

Favorable

M. DANTEC

547

Favorable

M. DANTEC

546

Défavorable

M. FAVIER

261

Défavorable

M. VERGÈS

8

Défavorable

Article additionnel après l'article 1er

M. DANTEC

548

Irrecevable

Article 2
Compétence de la région en matière de développement économique
et schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation

M. FAVIER

262

Défavorable

M. COLLOMBAT

359

Défavorable

M. FAVIER

263

Défavorable

M. FOUCHÉ

597 rect. bis

Défavorable

Le Gouvernement

655

Défavorable

M. DANTEC

549

Défavorable

M. BERTRAND

405

Défavorable

Mme LÉTARD

470

Défavorable

M. MÉZARD

384

Défavorable

M. SIDO

456

Défavorable

M. CHASSEING

165 rect. ter

Défavorable

M. NÈGRE

204 rect.

Favorable

M. COLLOMBAT

360

Défavorable

M. FAVIER

264

Défavorable

M. BOUVARD

153

Défavorable

M. RAISON

484 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

651

Défavorable

M. ANZIANI

488 rect.

Défavorable

M. FAVIER

265

Défavorable

M. NÈGRE

200 rect.

Défavorable

M. HUSSON

451

Défavorable

M. GABOUTY

585

Défavorable

M. CHATILLON

68 rect. bis

Défavorable

M. MÉZARD

385

Défavorable

M. SIDO

497

Défavorable

M. CHASSEING

166 rect. ter

Défavorable

Mme MICOULEAU

23 rect. ter

Favorable

M. NÈGRE

201 rect.

Favorable

M. COLLOMB

244 rect. bis

Favorable

M. NÈGRE

202 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

654

Défavorable

Le Gouvernement

653

Favorable

M. GRAND

573 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

656

Défavorable

M. MÉZARD

348

Défavorable

M. FAVIER

266

Défavorable

M. DANTEC

550

Favorable si rectifié

Mme LÉTARD

469

Défavorable

M. FAVIER

267

Défavorable

M. ANZIANI

489 rect.

Défavorable

Mme LÉTARD

567

Défavorable

M. BOUVARD

154

Défavorable

M. CHASSEING

167 rect. ter

Défavorable

Mme MICOULEAU

24 rect. ter

Défavorable

M. NÈGRE

203 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

245 rect. bis

Défavorable

M. F. MARC

17 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

652

Défavorable

M. PINTAT

83

Défavorable

M. F. MARC

58 rect. bis

Défavorable

Mme ESTROSI SASSONE

429 rect.

Défavorable

M. GRAND

572 rect.

Défavorable

M. PINTAT

569

Défavorable

M. DANTEC

551

Défavorable

Le Gouvernement

657

Défavorable

M. ANZIANI

490 rect. bis

Favorable

Le Gouvernement

650

Défavorable

M. MÉZARD

387

Défavorable

M. SIDO

499

Défavorable

M. MASSON

1

Défavorable

M. MÉZARD

386

Défavorable

M. SIDO

498

Défavorable

Mme MALHERBE

749

Défavorable

M. F. MARC

18 rect.

Défavorable

M. MASSON

2

Défavorable

M. MÉZARD

388

Défavorable

M. SIDO

500

Défavorable

Mme MALHERBE

750

Défavorable

Article 3
Compétence de la région en matière de développement économique
et conditions d'attribution des aides aux entreprises

M. COLLOMBAT

361

Défavorable

M. FAVIER

268

Défavorable

M. FAVIER

269

Défavorable

M. MASSON

3

Défavorable

M. ALLIZARD

122

Défavorable

Le Gouvernement

658

Favorable

M. ANZIANI

491 rect.

Favorable

Mme LÉTARD

476

Défavorable

M. BOUVARD

156

Défavorable

M. ANZIANI

493 rect. bis

Favorable

M. BOUVARD

157

Défavorable

Article additionnel après l'article 3

M. ALLIZARD

123

Défavorable

Article 3 bis
Participation de la région à la coordination des acteurs du service public de l'emploi

M. FAVIER

270

Défavorable

Le Gouvernement

659

Défavorable

M. HUSSON

455

Défavorable

M. SIDO

480

Défavorable

M. MÉZARD

391

Défavorable

M. ANZIANI

494 rect. bis

Favorable

M. SIDO

457

Défavorable

M. MÉZARD

390

Défavorable

M. SIDO

465

Défavorable

M. MÉZARD

389

Défavorable

M. SIDO

481

Défavorable

Mme MICOULEAU

30 rect. ter

Défavorable

M. NÈGRE

218 rect.

Défavorable

Mme MICOULEAU

31 rect. bis

Défavorable

M. NÈGRE

219 rect.

Défavorable

Mme MICOULEAU

32 rect.

Défavorable

M. NÈGRE

220 rect.

Défavorable

M. HUSSON

454

Défavorable

Article 3 ter
Possibilité pour les régions de recevoir par délégation de l'État la mission
de coordonner l'action des intervenants du service public de l'emploi
et transfert aux régions des actions d'accompagnement à la création
et à la reprise d'entreprises

Le Gouvernement

725 rect.

Défavorable

Article 4
Attribution à la région du rôle de chef de file en matière de tourisme
et schéma de développement touristique

M. RAISON

485 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

660

Défavorable

M. NÈGRE

214 rect.

Défavorable

M. NÈGRE

215 rect.

Défavorable

M. NÈGRE

216 rect.

Défavorable

M. FAVIER

271

Défavorable

M. FAVIER

272

Défavorable

M. FAVIER

273

Défavorable

M. NÈGRE

217 rect.

Défavorable

M. FAVIER

274

Défavorable

Article 5
Simplification de la planification régionale en matière de déchets

M. BERTRAND

407

Défavorable

M. COLLOMBAT

363

Défavorable

M. DANTEC

754

Défavorable

Mme DIDIER

276

Défavorable

M. DANTEC

553 rect.

Défavorable

M. FAVIER

275

Favorable

M. ANZIANI

506 rect. bis

Favorable

Mme MICOULEAU

28 rect. ter

Défavorable

M. NÈGRE

210 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

246 rect.

Défavorable

M. COMMEINHES

84 rect.

Défavorable

M. DÉTRAIGNE

195

Défavorable

M. GREMILLET

416

Défavorable

M. MIQUEL

518

Défavorable

M. ANZIANI

507 rect. bis

Défavorable

Article 5 bis
Obligation de transmission des informations sur les quantités de déchets

Mme DIDIER

277

Défavorable

M. DANTEC

647 rect.

Défavorable

M. MIQUEL

483

Défavorable

M. ANZIANI

508 rect. bis

Défavorable

Mme DIDIER

278

Irrecevable

Article 6
Schéma régional d'aménagement, de développement durable
et d'égalité des territoires

M. NÈGRE

205 rect.

Défavorable

M. COURTEAU

121

Défavorable

M. DANTEC

558 rect.

Défavorable

Mme MICOULEAU

29 rect. bis

Défavorable

M. NÈGRE

211 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

247 rect. bis

Défavorable

Le Gouvernement

675

Défavorable

M. FAVIER

279

Défavorable

M. FAVIER

280

Défavorable

M. DANTEC

554

Défavorable

M. DANTEC

555

Défavorable

M. DANTEC

556

Défavorable

M. BOUVARD

158

Défavorable

M. BOUVARD

159

Défavorable

M. FAVIER

281

Défavorable

M. SIDO

501

Défavorable

Le Gouvernement

666

Défavorable

M. COLLOMB

256 rect. bis

Défavorable

Mme MICOULEAU

25 rect. ter

Défavorable

M. NÈGRE

206 rect.

Défavorable

M. L. HERVÉ

164 rect.

Défavorable

M. DANTEC

559 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

664

Défavorable

Le Gouvernement

665

Défavorable

Le Gouvernement

669

Favorable

Mme CLAIREAUX

630

Favorable

M. POINTEREAU

436

Défavorable

M. COLLOMB

257 rect. bis

Défavorable

Le Gouvernement

670

Défavorable

Mme MICOULEAU

26 rect. bis

Défavorable

M. NÈGRE

207 rect.

Défavorable

Mme E. GIRAUD

152

Favorable si rectifié

M. LABBÉ

592

Favorable si rectifié

M. NÈGRE

208 rect.

Défavorable

M. MIQUEL

519

Défavorable

M. FAVIER

282

Défavorable

Mme LÉTARD

477

Défavorable

M. COMMEINHES

85 rect.

Défavorable

M. DÉTRAIGNE

196

Défavorable

M. HUSSON

450

Défavorable

M. GREMILLET

479

Défavorable

M. GABOUTY

586

Défavorable

Le Gouvernement

674

Défavorable

M. COLLOMBAT

364

Défavorable

M. DANTEC

557

Défavorable

Le Gouvernement

661

Défavorable

M. ANZIANI

510 rect.

Favorable

Le Gouvernement

667

Défavorable

M. DANTEC

755

Défavorable

Le Gouvernement

668

Défavorable

Le Gouvernement

663

Défavorable

M. COLLOMB

248 rect.

Favorable

M. MÉZARD

352

Favorable

M. MÉZARD

351

Défavorable

M. FAVIER

283

Défavorable

Mme MICOULEAU

27 rect. bis

Défavorable

M. NÈGRE

209 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

249 rect. bis

Défavorable

Le Gouvernement

662

Défavorable

Article 6 bis AAA (Supprimé)
Application des procédures d'élaboration, de révision et de modification
du SRADDET au schéma directeur de la région Île-de-France

M. KALTENBACH

169

Défavorable

Article 6 bis AA (Supprimé)
Compétence de la région pour l'animation et la concertation
dans le domaine de la gestion et de la protection de la ressource en eau

Mme HERVIAUX

571

Défavorable

Le Gouvernement

746

Défavorable

Article 6 bis (Suppression maintenue)
Suppression de la transposition dans les schémas de cohérence territoriale
des dispositions pertinentes des chartes des parcs naturels régionaux

M. NÈGRE

229 rect.

Défavorable

Article 7
Dispositions transitoires pour l'élaboration et la révision des anciens schémas régionaux d'aménagement et de développement du territoire

M. POINTEREAU

435

Défavorable

M. FAVIER

600

Défavorable

Le Gouvernement

671

Défavorable

Le Gouvernement

672

Favorable

Article additionnel après l'article 7

M. DANTEC

560

Irrecevable

Article 8
Transfert de la compétence des transports routiers non urbains
des départements aux régions

M. FAVIER

284

Défavorable

M. COLLOMBAT

349

Défavorable

Le Gouvernement

676

Défavorable

M. COLLOMBAT

365

Défavorable

M. ANZIANI

511 rect.

Défavorable

Article additionnel après l'article 8

M. NÈGRE

239 rect.

Défavorable

M. BERTRAND

415

Défavorable

Article 8 bis A (Supprimé)
Possibilité de transfert de propriété des lignes capillaires fret
aux régions et aux intercommunalités

M. DANTEC

632

Défavorable

Le Gouvernement

678

Défavorable

Article 8 bis (Supprimé)
Transfert à la région des transports ferroviaires d'intérêt local gérés par le département

Le Gouvernement

677

Défavorable

M. ANZIANI

520 rect. bis

Défavorable

M. DANTEC

648

Défavorable

Article 8 ter (Supprimé)
Évolution des périmètres de transports urbains et ses conséquences

Le Gouvernement

745

Sagesse

M. MÉZARD

753 rect. bis

Sagesse

Article 9
Financement par la région des voies et axes routiers d'intérêt régional

M. SIDO

458

Défavorable

M. SIDO

460

Défavorable

M. SIDO

459

Défavorable

M. MÉZARD

393

Défavorable

Article additionnel après l'article 10

M. MÉZARD

383

Défavorable

Article 11 (Supprimé)
Procédure de transfert de la propriété, de l'aménagement, de l'entretien
et de la gestion des ports relevant du département
aux autres collectivités territoriales

M. ANZIANI

521 rect.

Défavorable

M. DANTEC

649

Défavorable

Mme HERVIAUX

599

Défavorable

Le Gouvernement

679

Défavorable

Article additionnel après l'article 11 (Supprimé)

M. RETAILLEAU

428 rect.

Défavorable

Article 12
Convention de mutualisation des services entre collèges et lycées

M. CIGOLOTTI

176 rect.

Défavorable

M. CIGOLOTTI

175 rect. bis

Défavorable

Article 12 bis AA
Définition conjointe de la sectorisation des lycées
par le recteur et le conseil régional

M. FAVIER

285

Défavorable

Article 12 bis A
Approbation par la région de la carte des formations supérieures
et schéma régional de l'enseignement supérieur,
de la recherche et de l'innovation

M. ANZIANI

523 rect. bis

Favorable

M. ANZIANI

524 rect.

Favorable

Le Gouvernement

724

Défavorable

M. FAVIER

286

Défavorable

Article 12 bis
Schéma régional des crématoriums

M. NÈGRE

212 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

681

Défavorable

M. COLLOMB

250 rect. bis

Défavorable

M. NÈGRE

213 rect.

Défavorable

Article 12 ter
Transfert de l'État aux régions
des centres de ressources, d'expertise et de performance sportive

M. FAVIER

287

Défavorable

Le Gouvernement

680

Favorable

Article 12 quater
Transfert à certaines collectivités territoriales d'équipements affectés
au service public du sport et faculté pour les établissements publics de formation
dans le domaine sportif de recruter des assistants d'éducation

M. FAVIER

288

Défavorable

Article 13
Dispositions spécifiques à la collectivité territoriale de Corse -
Collectivité territoriale unique de Corse - Habilitation législative

Le Gouvernement

682

Sagesse

Article 13 bis A
Inscription dans le règlement intérieur des conseils régionaux
des droits des groupes d'élus et reconnaissance de droits spécifiques
aux groupes d'opposition et minoritaires

M. DANTEC

561

Irrecevable

M. DANTEC

562

Irrecevable

M. COLLOMB

251 rect. bis

Défavorable

Article 13 bis (Supprimé)
Extension des missions des conseils économiques, sociaux
et environnementaux régionaux

M. MÉZARD

353 rect.

Défavorable

M. GABOUTY

588 rect. bis

Défavorable

M. DANTEC

563

Défavorable

Article 14
Relèvement du seuil démographique de constitution des EPCI
à fiscalité propre et révision des schémas départementaux
de coopération intercommunale

M. FAVIER

289

Défavorable

Le Gouvernement

693

Défavorable

M. BOTREL

35 rect. quater

Défavorable

M. MERCIER

105 rect. quinquies

Défavorable

M. GABOUTY

758

Défavorable

M. DELEBARRE

623 rect.

Défavorable

M. MÉZARD

356 rect.

Défavorable

M. BERTRAND

410 rect.

Défavorable

M. POINTEREAU

478 rect. bis

Défavorable

M. COLLOMBAT

366 rect.

Défavorable

M. POINTEREAU

437 rect. bis

Défavorable

M. BOTREL

620 rect.

Défavorable

M. COLLOMBAT

367 rect.

Défavorable

M. CORNANO

344 rect. bis

Défavorable

Le Gouvernement

692

Favorable

M. FAVIER

619

Défavorable

M. GRAND

535

Défavorable

Article 15
Dispositif temporaire de refonte de la carte des EPCI à fiscalité propre

M. FAVIER

290

Défavorable

Le Gouvernement

726

Défavorable

M. COLLOMBAT

368 rect.

Défavorable

M. FAVIER

291

Défavorable

M. GRAND

533

Défavorable

Le Gouvernement

727

Défavorable

Le Gouvernement

694

Favorable

M. PERRIN

67 rect. ter

Défavorable

Article 15 ter A
Simplification des procédures d'élaboration, de révision, de modification
ou de mise en compatibilité des documents d'urbanisme en cas de fusion
d'établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre

Le Gouvernement

695

Favorable

Le Gouvernement

728

Favorable

Article 15 ter C
Exonération transitoire du prélèvement dû en cas de non-respect
du taux légal de logements sociaux pour les communes
qui y seraient soumises par l'effet d'une modification du périmètre
de l'EPCI dont elle est membre

M. FAVIER

292

Défavorable

Mme TROENDLÉ

417 rect.

Favorable

Le Gouvernement

696

Défavorable

M. DELEBARRE

626

Satisfait ou sans objet

M. DELEBARRE

625 rect.

Défavorable

M. SAVIN

109

Défavorable

M. SAVIN

119

Défavorable

Article 16
Dispositif temporaire de révision de la carte des syndicats

M. FAVIER

293

Défavorable

Le Gouvernement

729

Défavorable

M. COLLOMBAT

369 rect.

Défavorable

M. FAVIER

294

Défavorable

M. FAVIER

295

Défavorable

M. GRAND

534

Défavorable

Le Gouvernement

730

Défavorable

Le Gouvernement

697

Favorable

M. ADNOT

193 rect. bis

Défavorable

M. KERN

582 rect.

Défavorable

Article 16 bis
Prise en compte de la population dans la répartition des sièges
de délégué des collectivités au sein
des comités des syndicats de communes et mixtes

M. COLLOMB

252 rect.

Favorable

Article 16 ter A
Limitation des membres des comités syndicaux aux seuls élus
issus des organes délibérants des membres du syndicat

M. BOTREL

37 rect. quinquies

Favorable

M. PINTAT

110 rect. bis

Satisfait ou sans objet

M. ADNOT

190 rect.

Satisfait ou sans objet

M. REQUIER

395 rect.

Satisfait ou sans objet

M. KERN

578 rect.

Satisfait ou sans objet

Article 16 quater
Suppression, à compter du 1er janvier 2016,
de la catégorie des syndicats d'agglomération nouvelle

M. FAVIER

297

Défavorable

M. FAVIER

296

Avis du Gouvernement

Mme PRIMAS

88 rect. ter

Avis du Gouvernement

Article 17
Nouveau dispositif de suppression des communes isolées,
des enclaves et des discontinuités territoriales

M. FAVIER

298

Défavorable

Article 17 bis A (Suppression maintenue)
Dispositif dérogatoire de retrait d'une commune
d'une communauté de communes ou d'agglomération

Mme TROENDLÉ

79 rect.

Défavorable

Article 17 bis
Report du calendrier d'élaboration du schéma régional
de la coopération intercommunale de la grande couronne francilienne

Le Gouvernement

685

Défavorable

Article 17 ter
Adhésion temporaire à un pôle d'équilibre territorial et rural
d'une commune nouvelle créée par fusion des communes membres
d'un EPCI à fiscalité propre

M. KALTENBACH

591

Défavorable

M. GORCE

629

Favorable

Article 17 quater
Compétences des EPCI issus de la mise en oeuvre du SRCI d'Île-de-France
et sort des personnels affectés

Le Gouvernement

686

Favorable

M. FAVIER

299

Défavorable

Article additionnel avant l'article 17 terdecies (Suppression maintenue)

Mme JOISSAINS

103

Irrecevable

M. AMIEL

187

Irrecevable

Mme JOISSAINS

104

Irrecevable

Mme GHALI

150

Irrecevable

Article 17 quaterdecies (Suppression maintenue)
Rattachement d'un office public de l'habitat à un syndicat mixte constitué par plusieurs établissements publics de coopération intercommunale

M. MARSEILLE

76 rect. quater

Sagesse

M. MARIE

242

Sagesse

Mme ESTROSI SASSONE

430 rect. bis

Sagesse

Article 17 quindecies (Suppression maintenue)
Rattachement d'un office public de l'habitat à un syndicat mixte constitué par plusieurs établissements publics de coopération intercommunale

M. MARSEILLE

75 rect. quater

Défavorable

M. MARIE

243

Défavorable

Mme ESTROSI SASSONE

431 rect. bis

Défavorable

M. GRAND

537

Défavorable

Article 17 septdecies AA
Modalités de calcul de la dotation de solidarité communautaire
pour les intercommunalités signataires d'un contrat de ville

M. BOTREL

38 rect.

Favorable

M. BOTREL

621

Favorable

M. NÈGRE

225 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

253 rect. bis

Défavorable

Article 17 septdecies
Modifications du statut de la métropole du Grand Paris

M. P. DOMINATI

168

Défavorable

M. MARSEILLE

137 rect. quater

Défavorable

M. DALLIER

438

Défavorable

M. MARSEILLE

468 rect. bis

Défavorable

M. KAROUTCHI

13 rect.

Favorable

M. MARSEILLE

74 rect. quater

Favorable

Le Gouvernement

744

Favorable

M. KALTENBACH

170 rect.

Défavorable

M. KALTENBACH

590

Défavorable

M. CAFFET

51 rect. bis

Défavorable

Mme DEBRÉ

33 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

743

Défavorable

M. MARSEILLE

129 rect. quinquies

Défavorable

Le Gouvernement

741

Favorable

M. CAFFET

50 rect. bis

Défavorable

M. CAFFET

52 rect. bis

Défavorable

Mme DEBRÉ

42 rect.

Défavorable

M. FAVIER

301

Défavorable

M. DALLIER

442

Défavorable

M. DALLIER

443

Défavorable

M. MARSEILLE

139 rect. ter

Défavorable

M. MARSEILLE

127 rect. quater

Défavorable

M. KAROUTCHI

12 rect.

Défavorable

M. FAVIER

300

Défavorable

M. KALTENBACH

171

Défavorable

M. KALTENBACH

172

Défavorable

M. DALLIER

444

Défavorable

M. FAVIER

601

Défavorable

Le Gouvernement

742

Favorable

Le Gouvernement

739

Favorable

M. FAVIER

602

Défavorable

Mme JOISSAINS

108

Défavorable

M. FAVIER

603

Défavorable

M. CARVOUNAS

424

Défavorable

M. FAVIER

302

Favorable

M. MARSEILLE

72 rect. quater

Défavorable

M. FAVIER

604

Défavorable

M. FAVIER

605

Défavorable

M. KAROUTCHI

11 rect.

Défavorable

M. CARVOUNAS

425

Défavorable

M. MARSEILLE

77 rect. quater

Défavorable

M. CARVOUNAS

426

Défavorable

Mme ESTROSI SASSONE

432 rect. bis

Défavorable

M. MARIE

241

Défavorable

M. CARVOUNAS

427

Défavorable

M. MARSEILLE

125 rect. quater

Défavorable

Mme ESTROSI SASSONE

433 rect. bis

Défavorable

M. FAVIER

615

Défavorable

M. FAVIER

616

Défavorable

Le Gouvernement

684

Favorable

M. DALLIER

439

Défavorable

M. DALLIER

440

Défavorable

M. KAROUTCHI

10 rect.

Avis du Gouvernement

M. FAVIER

606

Avis du Gouvernement

M. MARSEILLE

126 rect. quater

Défavorable

M. MARSEILLE

138 rect. quater

Défavorable

M. FAVIER

618

Avis du Gouvernement

M. MARSEILLE

135 rect. quater

Défavorable

Le Gouvernement

738

Favorable

M. CHARON

781 rect.

Favorable

M. MARSEILLE

782 rect.

Favorable

M. FAVIER

608

Défavorable

M. FAVIER

611

Défavorable

M. FAVIER

612

Défavorable

M. FAVIER

607

Défavorable

M. FAVIER

610

Défavorable

M. DALLIER

448

Défavorable

M. DALLIER

441

Défavorable

Le Gouvernement

747

Favorable

M. FAVIER

613

Défavorable

M. FAVIER

614

Favorable

Le Gouvernement

687

Favorable

M. KAROUTCHI

9 rect.

Défavorable

M. FAVIER

303

Défavorable

M. MARSEILLE

467 rect. ter

Favorable

Le Gouvernement

740

Favorable

Le Gouvernement

737

Favorable

M. MARSEILLE

128 rect. quater

Défavorable

M. DALLIER

449

Avis du Gouvernement

M. CAFFET

53 rect. bis

Défavorable

M. CAFFET

54 rect. bis

Défavorable

M. CAFFET

55 rect. bis

Défavorable

Le Gouvernement

736

Favorable

M. MARSEILLE

130 rect. quater

Défavorable

M. FAVIER

617

Défavorable

M. MARSEILLE

131 rect. quater

Défavorable

M. MARSEILLE

132 rect. quater

Défavorable

M. MARSEILLE

133 rect. quater

Défavorable

M. MARSEILLE

134 rect. quater

Défavorable

M. MARSEILLE

136 rect. quater

Défavorable

Le Gouvernement

683

Favorable

Article additionnel après l'article 17 septdecies

M. MARSEILLE

73 rect. quinquies

Défavorable

M. DALLIER

445

Défavorable

M. DALLIER

446

Défavorable

M. DALLIER

447

Défavorable

Article 17 novodecies
Création d'une société d'économie mixte d'aménagement
à opération unique

M. FAVIER

304

Défavorable

Le Gouvernement

731

Favorable

Article 18 A (Supprimé)
Redevance de mouillage dans les aires marines protégées

M. DANTEC

564

Défavorable

Article 18
Renforcement des blocs de compétences obligatoires
des communautés de communes et élargissement
du champ des compétences optionnelles

M. FAVIER

305

Défavorable

Le Gouvernement

698

Défavorable

M. COMMEINHES

86 rect. bis

Défavorable

M. KERN

583 rect. bis

Défavorable

M. COLLOMBAT

370 rect.

Avis du Gouvernement

Article 19
Élargissement du champ des compétences nécessaires aux communautés
de communes pour être éligibles à une bonification de la DGF

M. FAVIER

306

Défavorable

M. CORNANO

345 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

699

Défavorable

Mme LÉTARD

471 rect.

Défavorable

M. COLLOMBAT

371 rect.

Avis du Gouvernement

M. COLLOMBAT

372 rect.

Avis du Gouvernement

M. COMMEINHES

19 rect. bis

Défavorable

Article 20
Élargissement du champ des compétences
des communautés d'agglomération

M. FAVIER

307

Défavorable

Le Gouvernement

700

Défavorable

Mme LÉTARD

472 rect.

Défavorable

M. COMMEINHES

87 rect. bis

Défavorable

M. KERN

584 rect. bis

Défavorable

M. COMMEINHES

22 rect. bis

Défavorable

Article 20 bis
Représentation-substitution adaptée des membres d'un syndicat d'assainissement
ou d'eau potable rejoignant une communauté d'agglomération, une communauté urbaine ou une métropole

Mme LÉTARD

473 rect.

Défavorable

M. PINTAT

112 rect. bis

Défavorable

M. ADNOT

192 rect.

Défavorable

M. REQUIER

397 rect.

Défavorable

M. KERN

580 rect.

Défavorable

M. CAMBON

512 rect. bis

Défavorable

M. PINTAT

113 rect. bis

Défavorable

M. REQUIER

398 rect.

Défavorable

M. KERN

581 rect.

Défavorable

M. CAMBON

513 rect. bis

Défavorable

M. CAMBON

514 rect. bis

Défavorable

M. CAMBON

515 rect. bis

Défavorable

M. BOTREL

39 rect. quater

Défavorable

M. PINTAT

111 rect. bis

Défavorable

M. ADNOT

191 rect.

Défavorable

M. REQUIER

396 rect.

Défavorable

M. KERN

579 rect.

Défavorable

M. CAMBON

516 rect. bis

Défavorable

M. CAMBON

517 rect. bis

Défavorable

Article 21
Délai de mise en conformité des compétences exercées
par les communautés de communes et d'agglomération

M. FAVIER

308

Défavorable

M. BOTREL

40 rect. ter

Favorable

M. DELEBARRE

624

Défavorable

Le Gouvernement

701

Défavorable

Le Gouvernement

688

Défavorable

Article 21 bis AA
Faculté de retrait des membres d'un syndicat mixte ouvert en cas de perte de la compétence ou de l'objet fondant l'adhésion

M. FAVIER

309

Défavorable

Le Gouvernement

732

Favorable si rectifié

Article 21 bis A (Suppression maintenue)
Représentation-substitution des membres d'un syndicat d'assainissement rejoignant une communauté d'agglomération

M. COMMEINHES

21 rect.

Défavorable

Article 21 bis B
Dérogations aux seuils de population nécessaires
à la mise en place d'une communauté urbaine ou d'agglomération

M. GRAND

532

Défavorable

M. BOUVARD

522 rect.

Défavorable

M. MERCIER

66 rect.

Favorable

M. FONTAINE

118 rect. bis

Favorable

M. VAUGRENARD

155

Défavorable

M. BERTRAND

408 rect. bis

Défavorable

Article 21 bis
Élargissement des compétences des communautés urbaines et des métropoles
aux maisons de services au public

M. NÈGRE

226 rect.

Défavorable

M. FAVIER

310

Défavorable

Article 21 ter
Mécanisme de représentation-substitution d'une communauté urbaine
ou d'une métropole à ses communes membres au sein
d'un syndicat de distribution d'électricité

M. NÈGRE

230 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

255 rect. bis

Défavorable

M. REQUIER

400 rect.

Défavorable

M. PINTAT

114 rect.

Défavorable

M. COLLOMB

254 rect.

Défavorable

Article 22
Situation des personnels en cas de transfert ou de restitution
d'une compétence entre communes et EPCI

M. DANTEC

565 rect.

Défavorable

M. KAROUTCHI

421 rect.

Favorable

M. KAROUTCHI

419 rect.

Favorable

M. KAROUTCHI

570 rect.

Favorable

M. NÈGRE

227 rect.

Défavorable

Mme GOURAULT

60 rect.

Défavorable

M. KAROUTCHI

418 rect.

Demande de retrait

Article 22 bis AAA
Répartition entre collectivités des recettes issues des forfaits
de post-stationnement hors Île-de-France

M. NÈGRE

238 rect.

Défavorable

M. NÈGRE

237 rect.

Avis du Gouvernement

Article 22 bis B
Compétence de gestion des milieux aquatiques
et de prévention des inondations

M. CAMBON

594 rect. bis

Défavorable

M. CAMBON

595 rect. bis

Défavorable

M. COMMEINHES

20 rect. ter

Défavorable

M. DANESI

540 rect.

Défavorable

Article 22 ter
Assouplissement de la législation relative
aux centres communaux d'action sociale

M. FAVIER

312

Défavorable

Article additionnel après l'article 22 ter

M. BERTRAND

409 rect.

Défavorable

Article 22 quater A
Recours à la majorité qualifiée pour l'unification
des impôts directs communaux au sein des EPCI à fiscalité propre

M. FAVIER

313

Défavorable

M. GRAND

530

Défavorable

M. COLLOMBAT

373 rect.

Défavorable

Article 22 quater C
Élargissement aux communes de 1 000 habitants et plus
de certaines règles de fonctionnement du conseil municipal applicables
dans les communes de 3 500 habitants et plus

M. DANTEC

633

Défavorable

Le Gouvernement

702

Favorable

Article 22 quater
Abaissement du seuil démographique requis pour l'exercice du droit
de l'opposition municipale à disposer d'une tribune dans le bulletin
municipal ou dans les moyens d'informations municipales

M. GRAND

538 rect.

Défavorable

Article 22 quinquies
Modernisation des moyens d'information
au sein des communes et des EPCI à fiscalité propre

M. GRAND

528

Défavorable

M. GRAND

529

Favorable

Article additionnel après l'article 22 septies

M. DANTEC

636

Irrecevable

M. DANTEC

639

Irrecevable

M. DANTEC

635

Irrecevable

Article 22 octies (Supprimé)
Modalités de l'élection au suffrage universel direct
des organes délibérants des EPCI à fiscalité propre

M. DANTEC

634

Défavorable

M. NÈGRE

757 rect.

Défavorable

Article 22 nonies (Supprimé)
Composition, rôle et fonctionnement des conseils de développement
créés par les communes et leurs groupements
ou constitués auprès des métropoles et des pôles d'équilibre
territoriaux et ruraux

M. DANTEC

637

Défavorable

M. DANTEC

638

Défavorable

M. DANTEC

756

Défavorable

Article 22 decies (Supprimé)
Extension aux communes et aux EPCI à fiscalité propre de 10 000 habitants et plus de la possibilité de créer une mission d'information et d'évaluation

M. FAVIER

314

Défavorable

Article 23 A
Modalités d'exercice des compétences
de la métropole d'Aix-Marseille-Provence

M. FAVIER

315

Défavorable

Le Gouvernement

705

Défavorable

Article 23
Mécanisme de transfert automatique
des compétences départementales à la métropole

M. FAVIER

316

Défavorable

M. FAVIER

317

Défavorable

Le Gouvernement

689

Défavorable

M. SIDO

461

Défavorable

M. COLLOMBAT

374 rect.

Défavorable

M. GRAND

536

Défavorable

M. SIDO

462

Défavorable

M. TOURENNE

48

Défavorable

Article 23 bis A (Supprimé)
Augmentation de la part de financement assurée
par les fonds de concours intercommunaux

M. AMIEL

188

Défavorable

Article 24
Suppression de la clause de compétence générale des départements
et compétences départementales en matière de solidarités territoriales

M. FAVIER

318

Retrait sinon défavorable

M. COLLOMBAT

375 rect.

Retrait sinon défavorable

M. RETAILLEAU

240 rect.

Favorable

M. SIDO

466

Défavorable

M. FAVIER

319

Défavorable

M. FAVIER

320

Retrait sinon défavorable

Le Gouvernement

706

Favorable

Le Gouvernement

690

Défavorable

M. BERTRAND

404 rect.

Défavorable

M. KENNEL

90 rect. ter

Retrait sinon défavorable

M. SIDO

463

Retrait sinon défavorable

M. DANESI

566 rect.

Avis du Gouvernement

M. DANESI

541 rect.

Défavorable

Mme TROENDLÉ

174 rect.

Retrait sinon défavorable

M. RAISON

486 rect. ter

Défavorable

M. KENNEL

89 rect. ter

Retrait sinon défavorable

M. SIDO

504

Retrait sinon défavorable

Mme MALHERBE

751 rect.

Retrait sinon défavorable

M. FAVIER

321

Retrait sinon défavorable

M. PINTON

62 rect. ter

Retrait sinon défavorable

M. ALLIZARD

124 rect. ter

Retrait sinon défavorable

M. CORNANO

343 rect.

Défavorable

M. BOUVARD

82 rect.

Irrecevable

Article additionnel après l'article 24

M. PINTON

63 rect. bis

Irrecevable

Article 24 bis AA
Missions des laboratoires départementaux

M. KENNEL

91 rect. bis

Défavorable

M. SIDO

502

Défavorable

Le Gouvernement

733

Défavorable

Article additionnel après l'article 24 bis BA (Supprimé)

M. PINTON

64 rect. ter

Irrecevable

M. ADNOT

43 rect. ter

Irrecevable

Article 24 bis C
Octroi de subventions par les départements et les régions d'Alsace-Moselle pour la promotion du droit alsacien-mosellan

M. FAVIER

323

Défavorable

M. REICHARDT

748

Défavorable

Article 24 bis (Suppression maintenue)
Financement de la prise en charge des mineurs isolés étrangers

M. FAVIER

322

Retrait sinon défavorable

Article additionnel avant l'article 25

M. BERTRAND

413 rect.

Défavorable

Article 25
Création d'un schéma d'amélioration de l'accessibilité des services
au public sur le territoire départemental

M. FAVIER

324

Défavorable

M. BERTRAND

414 rect.

Défavorable

M. FAVIER

325

Défavorable

Article 26
Création de maisons de services au public

M. FAVIER

326

Défavorable

M. BERTRAND

411 rect.

Défavorable

M. FAVIER

327

Défavorable

M. FAVIER

328

Défavorable

M. FAVIER

329

Défavorable

Article additionnel après l'article 26

M. BERTRAND

412 rect.

Irrecevable

Article 26 bis (Suppression maintenue)
Taxe pour la gestion des milieux aquatiques

Mme TROENDLÉ

80 rect.

Avis du Gouvernement

M. COLLOMBAT

376 rect.

Avis du Gouvernement

Mme LÉTARD

474 rect.

Défavorable

Article 27
Principe de cohérence entre les différentes interventions
des collectivités territoriales et de leurs groupements
en matière de lutte contre la fracture numérique

M. PINTON

15 rect. ter

Retrait sinon défavorable

M. POINTEREAU

434 rect. bis

Défavorable

M. CHAIZE

57 rect. quater

Défavorable

M. ROME

173 rect. bis

Défavorable

M. PINTAT

116 rect.

Favorable

Mme FÉRAT

189 rect.

Favorable

M. REQUIER

402 rect.

Favorable

Le Gouvernement

709

Défavorable

M. PINTAT

115 rect.

Défavorable

M. REQUIER

401 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

691

Défavorable

Article 27 bis
Obligation de couverture
des zones « blanches » et « grises » de téléphonie mobile

Le Gouvernement

711

Favorable

Chapitre IV
Compétences partagées dans le domaine de la culture, du sport, de la vie associative,
du tourisme et de la promotion des langues régionales et regroupement de l'instruction
et de l'octroi d'aides ou de subventions)

Mme BLONDIN

107 rect.

Défavorable

Article 28 A (Suppression maintenue)
Exercice conjoint par l'État et les collectivités territoriales
des droits culturels des citoyens

Mme BLANDIN

7

Retrait sinon défavorable

Mme MORIN-DESAILLY

163

Retrait sinon défavorable

M. FAVIER

330

Défavorable

Mme LABORDE

362

Défavorable

Mme S. ROBERT

70

Défavorable

Article 28
Reconnaissance d'une compétence partagée dans les domaines
de la culture, du sport, du tourisme et de l'éducation populaire

M. MASSON

5

Défavorable

Mme E. GIRAUD

151

Défavorable

M. LABBÉ

593

Défavorable

Le Gouvernement

713

Défavorable

M. FAVIER

332

Défavorable

M. COLLOMBAT

377 rect.

Défavorable

M. DÉTRAIGNE

61 rect.

Favorable

M. D. LAURENT

71 rect.

Favorable

M. EBLÉ

492

Favorable

M. COURTEAU

542

Favorable

M. GRAND

577 rect. ter

Favorable

Mme BLONDIN

106 rect.

Défavorable

M. FAVIER

331

Défavorable

M. COLLOMBAT

378 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

716

Défavorable

M. MASSON

4

Défavorable

Article 28 bis (Suppression maintenue)
Continuité des politiques publiques en matière de culture,
de sport et de tourisme

Mme S. ROBERT

69

Retrait sinon défavorable

Mme MORIN-DESAILLY

162

Retrait sinon défavorable

M. MÉZARD

346 rect.

Défavorable

M. MÉZARD

347 rect.

Défavorable

Article 29
Création de guichets uniques pour l'octroi d'aides et de subventions

Le Gouvernement

718

Favorable

Article 29 bis (Supprimé)
Consécration législative du conseil national des collectivités territoriales
pour le développement culturel

M. FAVIER

333

Défavorable

Article 30 A
Mise à disposition des données publiques
des collectivités territoriales sur Internet

M. BOTREL

622

Défavorable

M. DANTEC

643

Défavorable

Le Gouvernement

717

Favorable

Article 30
Obligation de présentation des actions correctrices prises
suite à un rapport d'observations définitives de la chambre régionale
des comptes et diverses dispositions visant à renforcer l'information
financière des élus et du citoyen

M. COLLOMBAT

379 rect.

Défavorable

M. COLLOMBAT

380 rect.

Défavorable

M. NÈGRE

221 rect.

Défavorable

M. COLLOMBAT

381 rect.

Défavorable

M. DANTEC

644

Défavorable

M. BOUVARD

596

Défavorable

Article 32
Expérimentation de dispositifs de certification des comptes
des collectivités territoriales

M. FAVIER

334

Défavorable

Le Gouvernement

719

Favorable

M. KAROUTCHI

423 rect.

Défavorable

Article 32 bis
Relèvement du plafond de prise en charge des indemnités
de remboursement anticipé par le fonds de soutien aux collectivités
territoriales ayant contracté des produits structurés

M. BOUVARD

194

Défavorable

M. VINCENT

568 rect.

Défavorable

Le Gouvernement

720

Favorable

Article 33 (Supprimé)
Possibilité d'action récursoire de l'État contre les collectivités territoriales
en cas de condamnation par la Cour de justice de l'Union européenne

Le Gouvernement

721

Défavorable

Article 34
Observatoire des finances et de la gestion publique locale

M. COLLOMBAT

382 rect.

Défavorable

Article additionnel après l'article 34

M. DANTEC

640

Irrecevable

M. DANTEC

641

Irrecevable

M. DANTEC

642

Irrecevable

Article 35
Modalités de mise à disposition ou de transfert
des services et garanties offertes aux personnels

Le Gouvernement

734

Défavorable

Le Gouvernement

723

Défavorable

M. DOLIGÉ

16 rect. bis

Défavorable

M. ANZIANI

525 rect. ter

Favorable

Le Gouvernement

722

Favorable

Article 35 bis A (Supprimé)
Emplois fonctionnels de directeur et de directeur général
des services techniques dans la commune de Saint-Pierre

Mme CLAIREAUX

631

Défavorable

Article 36 ter
Extension de la faculté reconnue aux collectivités territoriales
et à leurs établissements publics de créer
une commission administrative paritaire commune

M. FAVIER

336

Défavorable

Mme DI FOLCO

34

Favorable sur I ; défavorable sur II.

M. FAVIER

337

Favorable

M. GRAND

574

Défavorable

M. NÈGRE

228 rect.

Défavorable

Mme JOISSAINS

95

Défavorable

Mme GHALI

143

Défavorable

M. AMIEL

179

Défavorable

Mme JOISSAINS

96

Défavorable

Mme GHALI

144

Défavorable

M. AMIEL

180

Défavorable

Mme JOISSAINS

99

Défavorable

Mme GHALI

146

Défavorable

M. AMIEL

183

Défavorable

Article 36 quater
Extension de la faculté reconnue aux collectivités territoriales
et à leurs établissements publics de créer un comité technique commun

Mme GOURAULT

59 rect.

Favorable

Article 36 sexies
Mise à disposition des documents relatifs
aux délégations de service public

M. FAVIER

338

Défavorable

Article 36 septies
Règlement intérieur des assemblées délibérantes locales

M. ANZIANI

526 rect.

Favorable

Article 36 octies
Dématérialisation du recueil des actes administratifs
des collectivités territoriales

Le Gouvernement

703

Défavorable

Article 36 duodecies
Extension du champ de la délégation des pouvoirs aux exécutifs locaux

M. GRAND

531

Défavorable

M. ANZIANI

527 rect.

Favorable

Article 36 quaterdecies
Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'eau potable
et des services d'assainissement municipaux, des services municipaux
de collecte, d'évacuation ou de traitement des ordures ménagères

M. FAVIER

339

Défavorable

Article 37
Compensation financière des transferts de compétences
entre collectivités territoriales

M. TOURENNE

44

Défavorable

M. NÈGRE

222 rect.

Défavorable

M. FAVIER

340

Défavorable

M. PINTON

65 rect. bis

Retrait sinon défavorable

M. TOURENNE

45

Retrait sinon défavorable

M. TOURENNE

46

Retrait sinon défavorable

M. TOURENNE

47

Retrait sinon défavorable

Le Gouvernement

712

Favorable

M. NÈGRE

223 rect. bis

Défavorable

M. HUSSON

452 rect.

Défavorable

M. GRAND

576

Défavorable

M. DANTEC

645

Défavorable

M. NÈGRE

224 rect. bis

Défavorable

M. HUSSON

453 rect.

Défavorable

M. GRAND

575

Défavorable

M. ANZIANI

539 rect.

Défavorable

M. CHIRON

78 rect. bis

Favorable

M. LEFÈVRE

81 rect. bis

Favorable

M. J.L. DUPONT

117 rect. bis

Favorable

M. MÉZARD

394 rect.

Favorable

Le Gouvernement

735

Favorable

Le Gouvernement

704

Favorable

Le Gouvernement

710

Favorable

Le Gouvernement

714

Favorable

M. TOURENNE

49

Défavorable

M. AMIEL

181

Irrecevable

Mme JOISSAINS

93

Retrait sinon défavorable

Mme GHALI

141

Retrait sinon défavorable

M. AMIEL

177

Retrait sinon défavorable

Mme JOISSAINS

94

Défavorable

Mme GHALI

142

Défavorable

M. AMIEL

178

Défavorable

M. MASSON

6

Sagesse

M. KENNEL

92 rect. bis

Sagesse

Mme MALHERBE

752 rect. bis

Sagesse

M. MÉZARD

392 rect.

Sagesse

M. SIDO

503

Sagesse

Mme JOISSAINS

98

Défavorable

Mme GHALI

145

Défavorable

M. AMIEL

182

Défavorable

Mme JOISSAINS

102

Irrecevable

Mme GHALI

149

Irrecevable

M. AMIEL

186

Irrecevable

Mme JOISSAINS

101

Défavorable

Mme GHALI

148

Défavorable

M. AMIEL

185

Défavorable

Mme JOISSAINS

100

Irrecevable

Mme GHALI

147

Irrecevable

M. AMIEL

184

Irrecevable

Le Gouvernement

707

Favorable

Le Gouvernement

708

Favorable

Article 40
Dispositions transitoires et habilitation
pour la prise en compte de la nouvelle carte régionale

M. FAVIER

341

Défavorable

Le Gouvernement

715 rect. bis

Favorable