Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Prestation de compensation du handicap

Dernière mise à jour le 6 novembre 2019
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mardi 5 novembre 2019, le Sénat a adopté la proposition de loi visant à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap, présentée par Alain MILON.

 

   

 

     

 

 Les étapes de la discussion

 

 Première lecture au Sénat (5 novembre 2019)

 

 

Mardi 5 novembre 2019, le Sénat a adopté la proposition de loi visant à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap, présentée par Alain MILON.

 

 

 Examen en commission au Sénat (30 octobre 2019)

 

Mercredi 30 octobre 2019, la commission des affaires sociales a examiné le rapport de Philippe MOUILLER et établi son texte sur la proposition de loi visant à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap, présentée par Alain MILON.

La commission a notamment adopté :

     - un amendement afin de permettre au bénéficiaire de la prestation qui souhaiterait s’opposer à cette action en récupération d’indu de le faire tout en assurant la perception de la prestation (COM-4 - art 3) ;

     - un amendement sécurisant le versement de la PCH lorsqu'une réclamation est émise contre une récupération d'indu, et un amendement élargissant le champ de compétence du comité stratégique prévu à l'article 4 (COM-3

 

Nomination d'un rapporteur (23 octobre 2019)

Mercredi 23 octobre 2019, la commission des affaires sociales a nommé Philippe MOUILLER, rapporteur sur la proposition de loi visant à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap, présentée par Alain MILON.

Dépôt du texte (3 octobre 2019)

Jeudi 3 octobre 2019, Alain MILON a déposé au Sénat la proposition de loi visant à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap.

 

 

 

 Comprendre les enjeux

 

La prestation de compensation du handicap (PCH) une aide financière pour la perte d’autonomie…

Créée par la loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005, la prestation de compensation du handicap (PCH) permet la prise en charge de certaines dépenses liées au handicap.

C'est une aide personnalisée, modulable en fonction des besoins, qui finance cinq types d’aides spécifiques :

- les aides humaines ;
- les aides techniques ;
- les aides à l'aménagement du cadre de vie ;
- les aides animalières ;
- et les aides exceptionnelles.

Selon Alain MILON, président de la commission des affaires sociales du Sénat, elle bénéficie actuellement à 350 000 personnes.

… à l’accès complexe
Alain MILON, estime que l’accès à la prestation de compensation du handicap (PCH) est "aujourd'hui fortement compliqué par la pluralité de ses objectifs, les conditions de son ouverture et les contraintes que subissent ses principaux financeurs, les conseils départementaux."

Une proposition de loi pour remédier à ces difficultés

S’appuyant sur le rapport du sénateur Philippe MOUILLER "Repenser le financement du handicap pour accompagner la société inclusive" (octobre 2018), sur les travaux du député Philippe BERTA, et travaillant en partenariat avec les différents acteurs institutionnels mobilisés sur ce sujet,  Alain MILON a déposé une proposition de loi au Sénat le 3 octobre 2019.

Le texte déposé comprend 4 articles qui visent à :

- permettre à toute personne handicapée de moins de 60 ans, ou de plus de 60 ans ayant présenté un handicap avant cet âge, de bénéficier de la prestation (art 1er) ;
- redéfinir la finalité des fonds départementaux de compensation du handicap afin de les rendre opérationnels (art 2) ;
- proposer plusieurs améliorations relatives à l'attribution de la PCH et aux contrôles que peut effectuer le président du conseil départemental (art 3) ;
- organiser la réflexion préalable à une prise en charge enfin intégrée des transports des personnes handicapées (art 4).

En savoir plus :

Photo © Pixabay / HolgersFotografie_CC0 Creative commons