Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Enseignement supérieur

 

IV. DES INTERROGATIONS POUR L'AVENIR

Outre les incidences de la démocratisation universitaire, qui viennent d'être rappelées, plusieurs interrogations concernent le devenir de notre enseignement supérieur.

Votre commission s'attardera sur trois séries de remarques qui sont relatives au contenu des enseignements, à l'autonomie des universités et à son ouverture sur l'extérieur.

A. LA RÉORIENTATION DU CONTENU DE CERTAINES FORMATIONS

1. Une nécessaire revitalisation de la filière scientifique

Depuis plusieurs années, la commission souligne la gravité de la désaffection de nos étudiants pour les formations scientifiques supérieures, qui découle d'ailleurs largement de l'organisation de cet enseignement dans le premier et le second degré.

a) Une évolution préoccupante

A la rentrée universitaire de 1999, 106 800 étudiants se sont inscrits en DEUG de sciences et technologie, soit 6 700 étudiants de moins qu'en 1998 (-6 %) ; plus grave encore, la population des étudiants scientifiques (en stock) a perdu presque le quart de ses effectifs depuis cinq ans, soit 32 000 étudiants.

Cette baisse affecte plus particulièrement la filière " sciences de la matière " qui a perdu plus de la moitié de ses effectifs (-30 000 étudiants) et la filière " sciences de la vie " qui a enregistré une baisse de près de 20 % de ses étudiants (-8 700). Les seules formations en progression sont celles des " mathématiques et informatiques appliquées ", qui ont accueilli 8 000 étudiants supplémentaires, et des " sciences et techniques de l'ingénieur " qui enregistrent 5,5 % d'étudiants en plus.

Si l'on englobe la médecine et la pharmacie, dont les étudiants diminuent respectivement de 9,6 % et de 11,2 % à la rentrée 1999, les études scientifiques sont l'objet d'une évolution très préoccupante.

Votre commission tient à remarquer que cette situation n'est pas propre à la France, les pays anglo-saxons et l'Allemagne étant encore plus concernés.

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INSCRITS EN DEUG SCIENCES ET TECHNOLOGIES

 

1994-1995

1996-1997

1999-2000

Variation 99/94

Sciences de la matière

56 958

34 550

26 657

- 53,20

Sciences de la vie

45 663

45 522

36 958

- 19,06

Sciences de la terre et de l'univers

3 593

2 775

2 432

- 32,31

Sciences et technologie pour l'ingénieur

3 798

4 324

4 168

+ 9,74

Mathématiques appliquées aux sciences sociales

6 984

5 751

6 148

- 11,97

Mathématiques, informatique appliquées aux sciences

22 292

41 902

30 472

+ 36,69

Total

139 288

134 824

106 835

- 23,30

b) Les raisons d'une désaffection

Cette désaffection tient d'abord à la baisse du nombre des bacheliers scientifiques et de leur moindre propension à s'orienter vers l'université dans les DEUG scientifiques, alors que les CPGE, les STS, les IUT et les écoles d'ingénieurs sont privilégiés dans leur choix d'orientation.

En outre une enquête récente du ministère de l'éducation nationale montre que 64 % des jeunes considèrent que les diplômés scientifiques sont moins bien rémunérés que les autres et sont davantage " coupés du monde ", 43 % d'entre eux estimant en outre, de manière erronée, que ce secteur enregistre un chômage plus important.

Enfin, l'image de la science serait ternie auprès des jeunes, les nuisances engendrées par certaines technologies l'emportant sur l'idée traditionnelle de progrès.

c) Les remèdes envisagés

Afin de remédier à la baisse continue du flux des entrants et aux taux d'échec élevés dans les filières scientifiques, le ministère a initié en 1998 à titre expérimental dans six universités (Bordeaux I, Grenoble I, Littoral, Montpellier II et Paris XI) une rénovation de leurs DEUG scientifiques.

Les campagnes d'habilitation 1999 et 2000 ont permis d'examiner les maquettes des DEUG scientifiques et de constater que l'organisation des formations présentées a été le plus souvent rénovée dans une optique d'amélioration des méthodes d'enseignement et des pratiques pédagogiques et de diversification des moyens d'enseignement, prenant en compte l'hétérogénéité des étudiants. L'accent est mis sur le travail en " petits groupes " et sur le recours aux technologies multimédia.

Un soutien financier spécifique a été apporté aux établissements volontaires (Angers, Besançon, Chambéry, Dijon, Saint-Etienne, Caen, Toulouse III).

D'après les informations communiquées à votre rapporteur, le mouvement de rénovation des DEUG scientifiques engagé depuis deux ans sera amplifié, notamment dans le cadre de la politique contractuelle. De même, la mise en place dans chaque académie d'un schéma de formation post-baccalauréat doit contribuer à améliorer l'orientation des étudiants dans les différentes formations qui leur sont offertes : le développement des DEUG scientifiques est désormais une priorité que les académies doivent impérativement intégrer dans les axes de leurs schémas respectifs.

d) Le salut par les filles ?

Alors que les étudiantes ne représentent que 23 % des effectifs des écoles d'ingénieurs (60 % dans les écoles d'agronomie et 29 % dans les sections scientifiques des CPGE), elles sont également très minoritaires dans les DEUG scientifiques (25 % ont choisi à la rentrée 1999 les filières sciences de santé).

La faiblesse de ces chiffres doit être appréciée au regard des quelque 20 % de lycéennes qui choisissent la série scientifique du baccalauréat.

Encore plus touchée que notre pays par cette désaffection à l'égard des études scientifiques, l'Allemagne a mis en place des cours de sciences à destination exclusive des étudiantes en les complétant par des enseignements de sociologie et de philosophie, tandis que le Royaume-Uni a créé des bourses spécifiques pour celles qui se destinent aux études d'ingénieurs.

Le ministre de la recherche a plaidé pour sa part en faveur d'une plus grande mixité dans les filières scientifiques, étant rappelé que 14 % seulement des femmes sont professeurs des universités, et 34 % maîtres de conférences et que leur présence dans l'enseignement scientifique, si l'on se réfère à nos voisins européens, est d'autant plus faible que les sciences ont un statut prestigieux. Il ne saurait être question d'offrir aux filles des métiers scientifiques dont les garçons ne voudraient plus.

Votre commission considère que le timide effort engagé depuis deux ans pour rendre les filières scientifiques plus attractives doit être poursuivi et développé, sauf à réduire encore le vivier des chercheurs indispensables à tout pays développé.

2. L'enseignement supérieur de l'économie : une remise en cause de l'hégémonie des mathématiques ?

L'enseignement de l'économie dans l'enseignement supérieur est aujourd'hui vivement contesté : à la suite d'un appel lancé par les élèves de l'École normale de la rue d'Ulm, relayé par les étudiants de Dauphine et aujourd'hui par de nombreux enseignants de plusieurs universités, ses détracteurs dénoncent le manque de pluralisme d'un enseignement qui privilégie le courant de pensée néoclassique " en servant les intérêts d'une classe sociale ", qui fait de l'usage incontrôlé des mathématiques une fin en soi et qui réduit la recherche et l'enseignement de l'économie à un jeu sur des variables au sein de modèles de plus en plus sophistiqués.

Bref, la question porte sur la capacité de la théorie économique à rendre compte du réel.

Sans avoir la prétention d'arbitrer un débat aussi théorique que savant, votre commission se demande si celui-ci ne recouvre pas la défense d'intérêts quelque peu corporatistes, par exemple celui des mathématiciens qui " tiennent cette filière ", et rappelle que l'économie doit sans doute être une discipline académique rigoureuse mais aussi un outil de compréhension pour le citoyen.

Elle ne peut donc que se féliciter que M. Jean-Paul Fitoussi, président de l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui a été président du jury de l'agrégation d'économie, ait été chargé par M. Jack Lang d'une mission d'enquête et de réflexion sur l'enseignement supérieur de l'économie, et d'établir " les conditions d'un enseignement qui, sans rien perdre de sa rigueur et sa fécondité scientifique, soit à même de contribuer à l'amélioration du débat public ".

3. La professionnalisation des formations supérieures

a) La finalité de la licence professionnelle

L'objectif de professionnalisation des formations supérieures s'est traduit notamment par la mise en place de la licence professionnelle, selon un plan de développement de trois ans.

Créé par l'arrêté du 17 novembre 1999, ce diplôme institue une formation intermédiaire entre les techniciens supérieurs et les ingénieurs ou cadres supérieurs.

Depuis sa création, les universités ont proposé plus de 500 projets sur la base d'un cahier des charges fondé sur des partenariats avec les professions et ayant pour objet d'accueillir des publics diversifiés en formation initiale et continue selon des formules pédagogiques innovantes.

Sur la base de ces propositions, et après consultation du CNESER le 15 juin 2000, près de 200 projets ont été retenus.

b) Les licences professionnelles ouvertes à la rentrée 2000

Les licences professionnelles ouvertes à la rentrée 2000 devraient accueillir entre 4 à 5 000 étudiants.

(1) Les secteurs professionnels concernés

Ces licences couvrent des secteurs professionnels étendus du domaine de la production agricole ou industrielle, du secteur tertiaire (gestion, commerce), du " tiers secteur " (carrières sanitaires et sociales, métiers culturels, animation sportive et de loisirs, hôtellerie, tourisme...) ou des métiers dits " émergents " (commerce électronique et télé-services, multimédia, métiers de la ville, sécurité alimentaire, sauvegarde du patrimoine...). Elles visent particulièrement des secteurs qui connaissent actuellement des difficultés de recrutement, tels la grande distribution, l'informatique, les métiers de la banque et de l'assurance, la logistique et les transports.

(2) Des cursus spécifiques

Ces licences se situent souvent à l'interface de plusieurs domaines de qualification associant divers types de savoirs, de compétences dans les domaines techniques et des sciences humaines. Un accent particulier est mis sur la gestion des ressources humaines, les techniques d'animation et de communication, les langues vivantes. Les partenariats avec les milieux professionnels sont diversifiés : branches professionnelles, chambres de commerce, grandes entreprises, réseau des PME-PMI.

La moitié des licences professionnelles s'appuient sur les formations de premier cycle professionnalisées (80 en IUT et 25 en STS).

Des accords ont été également conclus entre universités et écoles ou instituts d'enseignement supérieur. Au sein des universités, les composantes scientifiques et les IUT sont largement représentés (60 %), le secteur droit-économie-gestion et le secteur des disciplines littéraires, des sciences humaines ou sociales représentant 40 %.

Les licences professionnelles d'ores et déjà ouvertes couvrent l'ensemble des académies, y compris ultramarines. En métropole, le nombre d'ouvertures par académie est compris entre 2 et 12, et de 1 à 6 par établissement.

(3) Le suivi du dispositif

Le comité de suivi prévu par l'arrêté créant les licences professionnelles sera installé au cours du premier semestre 2000-2001. Sa composition sera tripartite : organisations d'employeurs, organisations syndicales de salariés, organisations syndicales des personnels et d'étudiants membres du CNESER, représentation des établissements d'enseignement et personnalités qualifiées. Il sera chargé d'établir un bilan de la mise en place des licences professionnelles et de proposer toute mesure visant à renforcer l'efficacité du dispositif.

Pour 2001, l'appel de dossiers d'habilitation pour les établissements en contrat a été lancé, à la suite de la publication de la circulaire du 27 juillet 2000, les projets des universités étant attendus à la fin du mois d'octobre. Pour les établissements hors contrat, une circulaire devrait être publiée au début du mois de décembre 2000, avant examen par la commission d'expertise.

Votre commission ne peut que se féliciter du développement de la licence professionnelle qui lui paraît particulièrement adaptée aux nouvelles populations étudiantes, et notamment aux bacheliers technologiques.