Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : PME - Commerce et artisanat

 

3. Le renouvellement du tissu des entreprises

Il convient toutefois de rappeler que les disparitions d'entreprises ne résultent que marginalement de défaillances : globalement, le « stock » des entreprises françaises n'évolue guère (il est de l'ordre de 2,4 millions), le nombre des entreprises nouvellement créées compensant presque exactement celui des entreprises qui disparaissent, pour l'essentiel de « mort naturelle ».

Ces mouvements opposés permettent ainsi chaque année le renouvellement d'environ 11 % du tissu productif, avec des inégalités très importantes selon les secteurs : le rythme de renouvellement est fort dans les services et le commerce, plus faible dans l'artisanat et l'industrie.

RENOUVELLEMENT DES ENTREPRISES EN 2001

Secteur

Entreprises de moins de cinq ans

Taux de créations

Industries hors IAA

29,1 %

7,4 %

Education, santé, action sociale

30,1 %

6,4 %

Transports

30,9 %

7,4 %

Industries agroalimentaires

31,4 %

9,1 %

Commerce

34,8 %

11,3 %

Construction

35,4 %

11,9 %

Services aux particuliers

38,1 %

13,3 %

Immobilier

38,6 %

12,5 %

Services aux entreprises

42,6 %

12,8 %

Source : INSEE - répertoire SIRENE

Dans les secteurs de services, où la création d'entreprises est particulièrement dynamique, les entreprises sont plus jeunes et, ce qui va souvent de pair, plus petites que dans les autres secteurs. Les créations d'entreprises se font désormais à 38 % dans les services.

Aussi, derrière cette apparente stabilité globale, c'est l'ensemble du tissu économique lui-même qui se trouve progressivement modifié, certaines activités étant remplacées par d'autres pour s'adapter à l'évolution de la demande : par exemple, les services aux entreprises occupent chaque année une place plus importante dans la structure sectorielle de notre économie.