Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : PME - Commerce et artisanat

 

B. LE COMMERCE

L'évolution des activités commerciales au cours de l'année 2001 et du premier semestre 2002 traduit le retournement de conjoncture générale tout en demeurant globalement positive : les taux de croissance sont simplement plus faibles, en général, que ceux observés les années précédentes. En 2001, le nombre total d'entreprises créées a été de 67.440 (- 2,3 %) tandis que celui des défaillances a tout juste atteint 10.000 (- 7,8 %). Les effectifs salariés ont progressé de 66.800 personnes (+ 2,3 %) pour atteindre près de 2,96 millions d'employés, tandis que les non salariés croissaient d'environ 2.000 personnes (+ 0,4 %) pour atteindre 456.000 unités.

1. L'activité du commerce de détail

La bonne tenue globale du commerce de détail résulte de la forte consommation des ménages, qui s'est maintenue en France alors qu'elle régressait chez nos principaux partenaires.

 En 2001, le chiffre d'affaires de l'ensemble du commerce de détail et de l'artisanat commercial s'est élevé à 374,5 milliards d'euros TTC, en progression de 2,1 % contre + 3,5 % l'année précédente. Cette croissance a été tirée pour l'essentiel par l'activité soutenue des pharmacies et des commerces d'articles médicaux et orthopédiques (+ 5,1 %) et par celle des magasins non alimentaires spécialisés (+ 3,8 %), en particulier pour l'équipement du foyer, l'habillement et la chaussure. En effet, les grandes surfaces d'alimentation générale (+ 1,4 %) et la vente par correspondance (+ 1,8 %) ont progressé de manière plus faible, tandis que les grands magasins ont stagné (+ 0,2%) en raison de la chute brutale de leur activité après le 11 septembre 2001. Enfin, l'alimentation spécialisée a connu un léger tassement (- 0,5 %) du fait essentiellement de la chute d'activité des boucheries-charcuteries (- 2,8%) qui ont subi le contrecoup de la crise de la filière viande et des fortes hausses de prix en résultant, et l'activité des petites surfaces d'alimentation générale et des magasins de produits surgelés a fortement chuté (- 2,1 %).

En ce qui concerne le nombre des entreprises, les créations ont été moindres que l'an passé (43.274, soit - 1,6 %), mais le nombre des défaillances a continué, lui aussi, à baisser (5.042, soit - 6 %). On notera l'ouverture d'un seul hypermarché, alors qu'il y en avait eu quatre en 2000, et la création de 104 supermarchés (ouverture au sens strict ou agrandissement de supérettes) contre 89 l'année précédente.

Enfin, en ce qui concerne l'emploi, l'essentiel de l'augmentation globale nette du nombre des personnes occupées dans le secteur du commerce résulte de l'activité du commerce de détail : + 62.900 employés (+ 4,2 %) pour un total de 1,55 million de salariés, et + 2.000 non salariés (+ 5,8 %) pour un total de 347.000 personnes.

 Pour 2002, les premiers résultats sont contrastés : le CA en volume a augmenté de 3,5 % entre avril 2001 et avril 2002, les créations d'entreprises de 1 % entre le second semestre 2001 et le premier semestre 2002, et l'emploi salarié, estimé par l'INSEE, de 0,33 % au premier trimestre 2001 (+ 5.100).