Allez au contenu, Allez à la navigation



 

IV. LE RÔLE DES RÉSEAUX CONSULAIRES

Préoccupées par la situation du commerce rural, les chambres consulaires participent à la mise en oeuvre au plan local des actions menées par les collectivités territoriales et l'Etat. Pour une large part, ces initiatives s'inscrivent dans les procédures FISAC et dans une logique d'aménagement du territoire.

Le registre de leurs interventions est donc assez large, allant du maintien du dernier commerce dans un village à la revitalisation des équipements commerciaux d'un pays. Les modes opératoires sont aussi multiples que les problématiques posées : actions individuelles (soutien au dernier commerçant), approches sectorielle (rénovation des halles et des marchés ou mise aux normes des activités alimentaires) ou multisectorielle (promotion du commerce/tourisme), démarche territoriale (diagnostic d'un pays), sont ainsi combinées pour répondre aux préoccupations des entreprises et des collectivités territoriales dans le cadre de multipartenariats.

Chaque réseau consulaire ainsi que chaque région connaissent des traditions et des problématiques qui leur sont propres, les conduisant à privilégier tel ou tel outil de développement. Toutefois, la diffusion de plus en plus générale des expériences, la confrontation de leurs résultats, la perception de l'intérêt de mutualiser les compétences et les financements et de favoriser les partenariats, permettent d'établir une certaine typologie des actions entreprises en direction du commerce rural.

A. DES INTERVENTIONS À CARACTÈRE TRANSVERSAL

Les chambres de commerce et d'industrie (CCI) et les chambres de métiers (CM) assurent tout d'abord des fonctions générales d'observation et de soutien au commerce et à l'artisanat. Ainsi, la mise en place d'observatoires du commerce comprenant les moins de 300 m² permet de saisir de façon objective les évolutions des entreprises sur les territoires ruraux. Par ailleurs, la définition de schémas de développement commercial favorise le rééquilibrage entre les formes de commerce et les territoires, tandis que les chambres encouragent la diffusion de l'esprit qualité grâce à la conception d'outils adaptés aux contraintes et à la culture des petites entreprises, et mettent en place des procédures d'accompagnement pour dynamiser, réorganiser et fédérer en réseau les unités commerciales, notamment celles du milieu rural.

En outre, les CCI explorent de nouvelles pistes de réflexion tendant à identifier et valoriser certains potentiels de clientèles nouvelles (rurbains, résidents secondaires, touristes de proximité) et à mettre en réseau les animateurs FISAC afin de favoriser les échanges d'expériences.