Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

E. 2005, DATE DE CRÉATION DE LA CHAÎNE D'INFORMATION INTERNATIONALE ?

Comme en 2004, le projet de loi de finances pour 2005 est marqué par les incertitudes entourant le lancement de la future chaîne française d'information internationale. Certes, l'idée de doter la France d'un tel outil, déjà envisagée par les rapports Decaux5(*) et Cluzel6(*), est loin d'être condamnable. Comme l'avait justement souligné M. Hervé Bourges lors de son audition par la mission d'information commune de l'Assemblée nationale : « La guerre en Irak révèle notre incapacité à exister dans la guerre des images, notre incapacité à déployer les armes de la conviction massive que sont CNN d'un côté ou Al Jazira de l'autre. Nos images d'information ne sont pas reprises dans le monde et nous restons, à l'inverse, dépendants des images d'autrui, en particulier des images américaines ».

Toutefois, l'absence quasi totale de données chiffrées et le choix d'une coopération public-privé pour le moins hasardeuse laissent votre rapporteur perplexe quant à la réussite de ce projet.

a) Un projet sans financement

Bien que ce projet ait été au coeur des préoccupations du Gouvernement au cours de l'année écoulée, votre rapporteur est dans l'obligation de constater qu'aucune information relative aux modalités concrètes de mise en oeuvre de cette chaîne n'est à ce jour disponible.

Le ministère s'est ainsi contenté de lui indiquer qu' : « à la suite des différentes réflexions entreprises à l'initiative du Gouvernement et du Parlement, et notamment du rapport remis par le député Bernard Brochand au Premier ministre, les deux principaux opérateurs public et privé de télévision France Télévisions et TFI ont présenté en décembre 2003 un projet commun de chaîne d'information qu'ils se proposent de mettre en oeuvre de façon paritaire. Ce projet fait actuellement l'objet d'une évaluation menée par le ministère des affaires étrangères et celui de la culture et de la communication, à la lumière, notamment, des moyens financiers qu'il exigerait et de sa complémentarité avec les autres opérateurs de notre audiovisuel extérieur. Cette évaluation sera conduite rapidement, de façon à faire savoir dès que possible aux auteurs du projet les suites que le Gouvernement entend lui donner. »

b) Quel avenir pour l'association TF1-France Télévisions ?

Par-delà les aspects strictement financiers, votre rapporteur souhaiterait souligner son scepticisme quant à la formule proposée par M. Bernard Brochand et approuvée par le Premier ministre.

En effet, il n'est pas certain que l'association de ces deux groupes aux cultures si différentes, par ailleurs concurrents sur le marché national des chaînes d'information généralistes, soit en mesure de garantir le succès du projet. Votre rapporteur considère que leur placement « sur un pied d'égalité » -souligné par M. Marc Tessier, président de France Télévisions, lors de son audition par votre commission le 18 novembre dernier- pourrait même devenir un facteur de blocage essentiel en cas de mésentente entre les deux partenaires sur la ligne éditoriale à suivre, par exemple.

Il estime que la participation de TF1, dont la mission est, selon son président-directeur général, de préparer le cerveau des téléspectateurs à consommer du Coca-Cola, n'est pas forcément compatible avec la volonté de diffuser la culture française à l'étranger.

Ces risques n'étant pas négligeables -la coopération « difficile » des deux groupes au sein du bouquet satellitaire TPS en atteste- il aurait peut-être été plus raisonnable de saisir la chance qui se présentait pour exploiter les complémentarités des différents organismes de l'audiovisuel public. Le projet présenté par France Télévisions et RFI, en association avec l'AFP, CFI, TV5, Euronews, LCP-AN, Public Sénat et RFO avait, par conséquent, les faveurs de votre rapporteur.

* 5 La politique télévisuelle extérieure de la France, rapport au Premier ministre, 1989.

* 6 TéléFranceInternational : un programme pour l'action télévisuelle extérieure de la France, rapport au ministre des affaires étrangères, 1997.

    retour sommaire suite