Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

B. EDUFRANCE ET EGIDE : DEUX ORGANISMES NATIONAUX EN CHARGE D'UN RÔLE FÉDÉRATEUR

1. Edufrance

La mission première d'EduFrance n'est pas l'accueil des étudiants mais la promotion de l'enseignement supérieur français à l'étranger. Créé en 1998, prorogé en 2002, EduFrance est un groupement d'intérêt public ayant pour tutelle les ministères de l'éducation nationale et des affaires étrangères. En sont également membres les ministères de la culture et du budget ainsi que tous les établissements d'enseignement supérieur qui le souhaitent.

Pour l'année 2003, le budget global de l'Agence s'est élevé à 8,78 millions d'euros dont 3,07 millions d'euros de subventions publiques. Aux subventions du ministère des affaires étrangères (1,45 million d'euros) et du ministère de l'éducation nationale (1,56 million d'euros), qui ont représenté la quasi-totalité du soutien public, viennent s'ajouter une contribution du ministère de la culture et de la communication de 30 500 euros et un appui non reconductible de la DRIC de 30 000 euros. Le montant des subventions publiques a enregistré une légère diminution (- 2,4 %) par rapport à l'année précédente.

Outre sa mission de promotion et d'information sur l'enseignement supérieur français à l'étranger, EduFrance améliore l'accueil des étudiants étrangers par le truchement du package. Celui-ci consiste en fait dans le paiement des droits d'université et la facilité d'obtention du visa par l'organisme, moyennant une rétribution versée par l'étudiant. EduFrance travaille avec les CROUS pour obtenir alors un logement pour les étudiants ayant choisi le package.

EduFrance peut donc éventuellement s'occuper de l'accueil, mais il est évident que cette prestation n'est pas accessible à tous, et ce en raison du coût parfois élevé du package pour un étranger. L'intervention des collectivités territoriales entre exactement dans ce débat. Celles-ci ont commencé à coopérer avec EduFrance, qui participe d'ailleurs au groupe de travail mis en place par la Mairie de Paris.

Il serait souhaitable que, dans la perspective de l'amélioration des conditions d'accueil des étudiants étrangers en France et conformément au recentrage d'EduFrance sur ses missions de service public (promotion à l'étranger de l'offre française de formation dans l'enseignement supérieur et facilitation de l'accueil en France des étudiants étrangers) un maximum de collectivités collaborent avec cet organisme à défaut de mettre en place elles-mêmes des stratégies d'accueil.

2. Egide

Association ayant pour but de gérer les étudiants bénéficiant de bourses du Gouvernement français (BGF) ou de bourses étrangères, Egide propose des prestations identiques à celles mises en place par le CNOUS : accueil à l'aéroport, assistance pour la carte de séjour, prise en charge d'une à trois nuits d'hôtel dans l'attente de trouver un logement.

L'association travaille en collaboration avec les différents CROUS afin de pouvoir proposer un logement aux étudiants dont elle s'occupe mais également avec différentes collectivités locales telles que la région Bourgogne dans le cadre d'un programme d'accueil de 25 étudiants étrangers.

Ne recevant aucune subvention, Egide assure, par la seule tarification de ses prestations, les ressources indispensables à son fonctionnement et à son développement.

    retour sommaire suite