Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

II. LES CRÉDITS INSCRITS AU BUDGET GÉNÉRAL DE L'ÉTAT

A. LE SOUTIEN À LA CONSTRUCTION AÉRONAUTIQUE

1. La situation du secteur

a) L'évolution générale

La construction aéronautique civile est un secteur particulièrement important pour l'économie de notre pays en termes d'emploi, de développement technologique, d'aménagement du territoire et de commerce extérieur. Le contexte, quoique légèrement plus favorable que l'an passé, reste très difficile. Dans ces conditions, les résultats des entreprises du secteur sont inégaux.

Ainsi, EADS a vu son chiffre d'affaires progresser légèrement en 2003, et surtout son résultat net redevenir positif de 152 M€, après une perte de près de 300 M€ en 2002.

En revanche, SNECMA a vu son chiffre d'affaires reculer à nouveau, de 1,1 %, pour s'établir 6,4 milliards d'euros (Mds €). Votre rapporteur pour avis relève toutefois une progression de ses bénéfices à 182 M€, contre 106 M€ en 2002.

Dassault aviation a connu un fort recul de son activité civile (- 24 %) qui a entraîné un recul de 4 % de l'activité de l'ensemble du groupe. En revanche, le résultat reste très positif, à 295 M€ en 2003.

Enfin, Boeing a vu un nouveau recul de son chiffre d'affaires de 6,6 %, ce qui traduit notamment la mauvaise santé des compagnies aériennes américaines. Le groupe n'a ainsi livré que 281 appareils civils en 2003, contre 381 l'année précédente. Votre rapporteur pour avis remarque l'érosion de 6 % de son carnet de commandes civil, due à la concurrence des produits d'Airbus. Malgré cette évolution négative, il a fortement amélioré son résultat, à 718 millions de dollars (M$). Votre rapporteur pour avis souhaite en outre rappeler que le constructeur européen, renonçant à vivre sur ses acquis, développe son projet de long courrier provisoirement baptisé 7E7, qui devrait être un produit beaucoup plus compétitif que ceux de sa gamme actuelle.

b) L'exemple de l'Airbus A380

En raison des enjeux économiques, industriels et stratégiques du projet d'Airbus A380, mais aussi de son aboutissement prochain, votre rapporteur pour avis souhaite rappeler le succès rencontré par cet appareil.

Le programme A380 faisait au 31 juillet 2004 l'objet de 129 commandes (+13 en un an) et 48 options, auxquelles s'ajoutent des intentions d'achat pour 10 appareils, de la part de treize clients.

Votre rapporteur pour avis rappelle que deux modèles sont aujourd'hui commercialisés par Airbus : l'A380-800 qui peut emmener 550 passagers sur 15.000 km, et l'A380/F, conçu pour le transport du fret, capable de transporter une charge utile de 150 tonnes à plus de 10.000 km de distance. A terme, la « famille » A380 doit comprendre cinq versions, qui permettront chacune de répondre à un besoin particulier du marché, tant en capacité qu'en rayon d'action.

Les tableaux ci-dessous indiquent la répartition des commandes et options par compagnie aérienne au 31 juillet 2004, pour les deux modèles.

A380-800 - COMMANDES ET OPTIONS AU 1er AOÛT 2003


Compagnie

Commandes fermes

Intentions d'achats fermes

Options sur contrats signés

Air France

10

 

4

Emirates Airlines

41

 
 

Etihad Airways

 

4

 

ILFC4(*)

5

 
 

Korean Air

5

 
 

Malaysia Airlines

6

 
 

Qantas

12

 

12

Qatar Airways

2

 

2

Singapore Airlines

10

 

15

Thaï Airways

 

6

 

Virgin Atlantic

6

 
 

TOTAL

97

10

33

A380/F - COMMANDES ET OPTIONS AU 1er AOÛT 2003


Compagnie

Commandes fermes

Intentions d'achats fermes

Options sur contrats signés

Emirates Airlines

2

 
 

Fedex

10

 

10

ILFC

5

 
 

Lufthansa

15

 

5

TOTAL

32

 

15

La première livraison de l'A380 est toujours prévue au second semestre 2006 à la compagnie Singapore Airlines. Le premier exemplaire devrait voler dès février 2005, la certification de l'appareil intervenant au premier trimestre 2006.

* 4 Société américaine de location-vente d'avions (leasing).

    retour sommaire suite