Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Développement et régulation économiques

 

CHAPITRE I - LA POSTE AU MILIEU DU GUÉ

Le budget consacré au développement des services postaux est sensiblement le même cette année que l'an passé et essentiellement constitué par l'aide au transport de presse. Une réflexion gouvernementale est d'ailleurs en cours à ce sujet : les aides au transport de presse par voie postale ne devraient-elles pas plutôt figurer dans le programme « Presse » des services du Premier Ministre, qui gère d'autres crédits destinés à la presse écrite ? Le Gouvernement lui-même reconnaît que la gestion actuelle, éclatée entre deux programmes relevant de structures ministérielles différentes, s'avère complexe et mal adaptée.

De surcroît, votre rapporteur pour avis fait observer que l'affichage de ce transfert de 161 millions d'euros à La Poste, correspondant au financement, par le ministère en charge des postes, du surcoût de la distribution de presse en zones peu denses, laisse apparaître une aide publique importante au bénéfice de La Poste, alors qu'il s'agit essentiellement d'une aide à la presse et/ou à l'aménagement du territoire, l'objectif étant en effet de maintenir l'égalité d'accès aux titres de presse sur l'ensemble du territoire.

Au-delà de ces considérations de présentation de la loi de finances, votre rapporteur pour avis s'attache au développement effectif des services postaux. La Poste, conformément au contrat de plan qu'elle a signé avec l'Etat en janvier 2004, a entrepris de se réformer en profondeur. Sa mue doit lui permettre de trouver sa place dans le marché européen du courrier, bientôt totalement ouvert à la concurrence.

Ce mouvement de transformation, dans un cadre réglementaire encore inachevé, ne pourra s'accomplir entièrement qu'après avoir levé les hypothèques que Bruxelles fait encore peser sur l'avenir de l'entreprise.

I. UNE DYNAMIQUE DE RÉFORME INCONTESTABLE

La dynamique de réforme à l'oeuvre à La Poste se traduit de diverses manières. La plus visible est sans doute l'amélioration de la performance globale du groupe.

A. UNE PERFORMANCE GLOBALE EN AMÉLIORATION

1. Des résultats meilleurs

Les résultats de La Poste depuis cinq ans ont sensiblement progressé : (en millions d'euros)

 

2002

2003

2004

2005

2006

Chiffre d'affaires

17325

18004

18 700

19 300

20187(e)

Résultat d'exploitation

93

310

523

755

715 (e)

Résultat financier

(81)

(83)

     

Résultat net (part du groupe)

34

202

374

557

439 (e)

Le résultat d'exploitation 2005 -755 millions d'euros- est le plus important réalisé par La Poste depuis la création en 1991 de l'exploitant public.

La rentabilité opérationnelle du groupe La Poste (calculée en rapportant le résultat d'exploitation au chiffre d'affaires) progresse aussi régulièrement depuis les dernières années, même si demeure un écart de rentabilité avec la poste allemande (DPWN) et la poste hollandaise (TNT Group) : elle est passée de 1,7 % en 2003, à 2,8 % en 2004 et 3,9 % en 2005. L'amélioration de la rentabilité opérationnelle reste inscrite au coeur des plans de développement de chacun des métiers de La Poste pour les prochaines années.

Corrélativement, la capacité d'autofinancement du groupe s'est améliorée jusqu'à dépasser un milliard d'euros en 2004 et 2005, ce qui a contribué à la croissance du niveau d'investissement interne et externe sur les dernières années (400 à 500 millions d'euros par an avant 1998 ; désormais, de l'ordre d'un milliard d'euros).