Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Développement et régulation économiques

 

2. Un cinquième métier pour soutenir le chiffre d'affaires

Le courrier et les services financiers ont représenté respectivement 58 % et 23 % du chiffre d'affaires global de La Poste en 2005, soit le même pourcentage qu'en 2004. L'express (intégralement réalisé au sein de la filiale Géopost) représente 13 % du chiffre d'affaires, le colis 6 %.

La progression du chiffre d'affaires consolidé de La Poste en 2005 résulte d'une évolution favorable de l'ensemble des activités du groupe, même si la performance des services financiers apparaît dans l'ensemble décevante :

- le chiffre d'affaires du courrier est en hausse de 3,4 %. Cette évolution recouvre une progression du chiffre d'affaires du courrier national de 353 millions d'euros et une croissance de l'activité au titre du courrier international, à hauteur de 16 millions d'euros ;

- le produit net bancaire des services financiers s'est établi à 4,366 milliards d'euros en hausse seulement de 1,7 %. Cette évolution résulte surtout du bas niveau historique des taux d'intérêt, qui a directement affecté les revenus des services financiers de La Poste, avant tout spécialisés dans la collecte des dépôts à vue et de l'épargne ;

- l'activité de l'express a progressé de près de 6,2 %, principalement en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne du fait de la croissance des filiales de Géopost ;

- le chiffre d'affaires du colis a enregistré une hausse de 5,3 %, soit un rythme de hausse du même ordre que celui constaté en 2004, les besoins des clients se traduisant par une montée en gamme du service (colis suivis et délais d'acheminement plus rapides).

En sus de ces quatre métiers traditionnellement identifiés à La Poste, les comptes consolidés de la Poste mettent en évidence, depuis l'exercice 2004, les comptes du réseau grand public. Ce réseau est présenté comme le « cinquième métier » de La Poste, dans la mesure où il sert de prestataire de services pour les quatre autres branches, en facturant ses prestations par des prix internes. Mais le chiffre d'affaires « externe » -vente de produits tiers- réalisé en propre par le réseau grand public est pour l'instant résiduel (32 millions d'euros en 2005)2(*). L'objectif serait de le porter à environ 80 millions d'euros en 2008.

A cette fin, La Poste Grand Public (LPGP) a engagé un plan d'investissement de 770 millions d'euros sur la période 2005-2007 « Cap Relation Client », qui part du constat que la densité du maillage du réseau est l'un des atouts majeurs de l'entreprise dans un contexte de vieillissement de la population et de développement des services à la personne. Dans ce cadre, 1200 rénovations de bureaux sont prévues en 2006 et autant en 2007, contre près de 300 en 2005 et 109 en 2004, les outils informatiques doivent être modernisés et l'accueil du client amélioré grâce à la revalorisation du métier de guichetier, à la création de métiers intermédiaires en appui des guichetiers et des conseillers financiers et à la mobilisation des cadres de l'entreprise.

* 2 La Poste Grand Public est avant tout un réseau de distribution des produits du Groupe et reçoit à ce titre des produits internes d'un montant de 4,7 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires contributif de La Poste Grand Public en 2005 (32 millions d'euros) est constitué uniquement par les commissions perçues sur les ventes de produits tiers (cartes téléphoniques, télécopies, photocopies, ...) réalisées aux guichets du réseau postal. Ce chiffre d'affaires a progressé de 3,7 millions d'euros en 2005 par rapport à 2004, soit + 13,1%.