Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Développement et régulation économiques

 

C. LES ESPOIRS PORTÉS PAR LA BANQUE POSTALE

Un troisième volet de la réforme est constitué par la transformation, longuement mûrie, des services financiers de La Poste en banque de plein exercice.

L'année 2006 constitue le premier exercice de La Banque Postale, créée au 1er janvier dernier, une fois que le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement (CECEI) eut donné son agrément au projet et que la Commission européenne l'eut validé.

Ce premier exercice semble répondre aux attentes de La Poste, mais il restera marqué par une décollecte sur les plans d'épargne logement consécutive à la modification de leur fiscalité et non encore compensée par les investissements en contrats d'assurance-vie.

La gamme qu'offre cette banque est plus étoffée que celle auparavant proposée par les services financiers de La Poste puisque La Banque Postale propose des prêts immobiliers sans épargne préalable. Même s'il s'agit d'une banque à part entière, son autorité de tutelle ne lui permet pas encore de distribuer des crédits à la consommation et des produits d'assurance dommage, ce qui ne manquera pas de faire l'objet de discussions entre La Poste et l'Etat lors de l'élaboration, en 2007, du prochain contrat de plan.

Dans le prolongement de l'année 2006, l'un des défis de l'année 2007 sera de dynamiser la progression du produit net bancaire (PNB) de La Banque Postale et d'améliorer sa profitabilité afin de contribuer à une meilleure rentabilisation du réseau grand public de La Poste.

Un effort commercial accru est nécessaire pour la réalisation du plan d'affaires de La Banque Postale, qui ambitionne de devenir en 2010 la banque principale de 10 millions de Français, d'accroître son PNB de 30 % et de constituer une banque offrant une large gamme de services en mettant en avant sa proximité avec ses clients.

La Banque Postale dispose d'un atout important dans son positionnement commercial, à savoir qu'elle est actuellement, et qu'elle entend demeurer, la moins chère des banques à réseau, même si un certain rattrapage tarifaire par rapport aux autres établissements bancaires devrait intervenir au cours des prochaines années.

Le défi à long terme pour La Banque Postale est de conquérir une clientèle plus jeune avec une gamme plus complète de produits financiers, dès lors qu'elle est désormais identifiée comme un acteur bancaire à part entière.

D. CROISSANCE EN PERSPECTIVE DANS LE COLIS ET L'EXPRESS

Enfin, sur les métiers du colis et de l'express, La Poste a aussi entrepris sa modernisation.

Le segment du « colis » prévoit une croissance portée par le développement de la gamme de produits suivis et par la montée en puissance de la vente à distance soutenue par le commerce électronique4(*). ColiPoste a un objectif de poursuite de sa croissance, de l'ordre de + 4,5 % en 2008 par rapport à 2007.

Coliposte, pour accompagner l'essor du commerce électronique, a entrepris de se doter d'un outil de production industriel moderne et homogène, capable d'absorber un trafic en croissance constante. La mise en service de ces plates-formes permettra de poursuivre l'augmentation du transport en vrac, plus économique. Avec sa nouvelle gamme Colissimo -rapide, suivi avec assurance intégrée- et la suppression de ses offres « non suivi » début 2006, ColiPoste s'aligne sur les standards du marché en proposant un service à valeur ajoutée et s'engage en matière de responsabilité vis à vis de ses clients.

Le segment de l'express apparaît lui aussi comme un relais de croissance. Il s'appuie sur une présence européenne solide, Geopost ayant construit un réseau dans tous les pays européens. GeoPost est le troisième réseau de transport européen après DHL et TNT. Initié en 1997, le développement du Groupe GeoPost s'est réalisé notamment par des acquisitions en Angleterre (Parceline, Interlink), en Allemagne (majorité du réseau DPD) et plus récemment en Espagne et en Europe de l'Est.

Sur les marchés européens plutôt bien orientés mais très concurrentiels, les ventes du Groupe devraient s'établir à 3 milliards d'euros en 2008, soit une croissance organique de plus de 6 % par an. Là aussi, les investissements industriels prévus dans les centres de tri et les dépôts doivent permettre à cette activité de faire face à l'accroissement des volumes.

La stratégie de développement du Groupe vise à faire de GeoPost le spécialiste européen du petit colis de moins de 30 kg dans le cadre des échanges interentreprises. La réussite de cette stratégie suppose en premier lieu de renforcer la dimension européenne du Groupe en poursuivant les acquisitions et les alliances et en accélérant la croissance organique des filiales existantes.

Après l'acquisition d'Exapaq, GeoPost envisage l'acquisition de nouvelles franchises en Europe ainsi que le renforcement de liens avec des partenaires étrangers. Dans un contexte concurrentiel qui s'accentue, Geopost ambitionne de constituer un réseau international de transport et de livraison de colis rapides avec la création de la structure GeoPost International, qui va sélectionner des partenaires régionaux et construire avec eux des joint ventures pour la constitution d'un réseau intercontinental de transport.

Malgré ces ambitions affichées et la volonté de réforme qui anime sa direction, La Poste reste fragile, tributaire d'un environnement incertain, le cadre juridique national et communautaire de son activité n'étant pas stabilisé.

* 4 Dans le cadre de l'activité « colis », il est prévu d'ouvrir à Blois une nouvelle plate-forme de tri ainsi que huit agences ColiPoste en milieu urbain.