Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Développement et régulation économiques

 

B. UNE STRATÉGIE FACE AU TASSEMENT DU COURRIER

Un deuxième fruit de la réforme est assurément que La Poste dispose désormais d'une stratégie face au tassement des volumes de courrier.

Dans le métier du courrier, La Poste affronte un tassement des volumes dû aux rationalisations des coûts opérées par les entreprises, à la substitution du courrier électronique, à la dématérialisation des procédures ainsi qu'à l'élargissement de l'ouverture à la concurrence : depuis le 1er janvier 2006, la concurrence s'exerce désormais sur les plis de plus de 50 grammes ou d'un prix supérieur à 2,5 fois le tarif de base.

En réponse, La Poste déploie des projets majeurs d'investissement (« Cap Qualité Courrier » et « Cap Relation Client ») avec la mise en oeuvre en 2006 d'un programme d'investissements internes de 1,2 milliard d'euros. Le programme « Cap Qualité Courrier », qui traduit l'ambition de La Poste de devenir l'opérateur postal européen de référence grâce à un réseau de production du courrier intégralement mécanisé et automatisé -3,4 milliards d'euros d'investissements à horizon 2010-, a déjà permis de lancer la construction de 13 nouvelles plates-formes industrielles, les premières ouvertures opérationnelles ayant eu lieu en 2006.

D'ores et déjà, l'ensemble de ces investissements contribue directement à l'amélioration continue de la qualité de service aux clients. Le taux de distribution de la lettre à J+1 est en moyenne de 81,9 % sur les neuf premiers mois de 2006, soit un gain de près de 9 points par rapport à 2002 (73 %). Aux termes du contrat de plan, la qualité attendue est un taux d'acheminement des lettres en J+1 d'au moins 85 % à la fin de l'année 2007, moins de 5 % des plis devant être distribués plus de deux jours après leur dépôt (ce qui a déjà été le cas, pour la première fois, en 2005). Cet objectif devrait pouvoir être atteint.

Une diminution en volume de 1 % et une perspective d'évolution tarifaire3(*) de l'ordre de l'inflation prévisible sur chacune des années de la période 2006-2008 conduisent à une prévision d'évolution moyenne de l'activité de l'ordre de + 0,7 % par an.

Sous l'angle de l'évolution commerciale, le groupe La Poste souhaite pouvoir maintenir son positionnement commercial sur l'ensemble de la chaîne de valeur du courrier.

C'est ainsi que sur le marché du courrier de gestion (5,7 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2005), via une intégration des savoir-faire des filiales du Groupe, La Poste souhaite consolider sa présence sur l'ensemble du marché de la création de fichiers, jusqu'à l'archivage. Elle se positionne sur des services nouveaux, notamment des offres de services intégrés (routage, éditique), pour répondre aux besoins renouvelés des entreprises.

Sur le marché du marketing direct (1,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2005), la Poste souhaite également maintenir son positionnement commercial. Le « marketing direct » est toujours perçu par les entreprises comme un bon média pour développer leur chiffre d'affaires au coût le plus compétitif et il est deux fois moins développé en France qu'aux Etats-Unis.

Par ailleurs, La Poste souhaite, autant que faire se peut, continuer à promouvoir le développement du marché des particuliers (chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euros en 2005), via des produits et services, qui soient simples, faciles à utiliser et très accessibles.

Toutefois, votre rapporteur pour avis tient à faire observer que l'activité courrier de La Poste se trouve de plus en plus entravée par des décisions qu'elle subit et qui compliquent le transport : limitation de la vitesse de circulation routière des camions à 90 kilomètres/heure dès janvier 2007, modification par la SNCF des horaires du TGV Sud, diminution de 30 % des vols de nuit, mesures sécuritaires accrues pour le fret aérien rallongeant les procédures d'embarquement de 30 à 60 minutes...

* 3 Passage du prix du timbre à 0,54 centimes à compter du 1er octobre 2006 pour les envois domestiques de lettres de moins de 20 grammes et passage à 0,60 euro pour les envois de moins de 20 grammes à destination de pays de l'Union européenne et de la Suisse. Au 1er octobre 2006, un mouvement de hausse tarifaire concernera également le courrier des entreprises qui n'ont pas accès à la gamme du courrier industriel (le courrier déposé en grande quantité avec des travaux préparatoires effectués par les clients).