Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Culture : création, cinéma, spectacle vivant, arts visuels

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Culture : création, cinéma, spectacle vivant, arts visuels ( avis - première lecture )
3. La fréquentation cinématographique : du jamais vu depuis 1967 !
a) La confirmation d'une tendance à la hausse
(1) Une succession de records historiques

Une récente étude12(*) du CNC a montré que la moyenne du nombre annuel d'entrées par spectateur a augmenté entre 1993 et 2010, passant de 4,6 entrées en 1993 à 5,3 entrées en 2010. Depuis 2001, plus de trois Français de 6 ans et plus sur cinq vont au cinéma chaque année. Ce taux atteint 66,9 % en 2010 (+ 3,8 points par rapport à 2009), contre 58,4 % en 2000 et 55,4 % en 1993. C'est le niveau le plus élevé constaté depuis 1993.

En 2010, le record de 206 millions d'entrées a été franchi, soit une hausse de 2,7 % par rapport à l'année précédente. En 2009, le seuil de 200 millions d'entrées avait été franchi pour la première fois depuis 1982. Cette fois, c'est le record de 1967 qui a été battu !

Selon les estimations de la direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC, 166,8 millions d'entrées ont été réalisées au cours des dix premiers mois de l'année 2011, soit 0,9 % de moins que sur la période janvier-octobre 2010. Mais, la forte progression de la fréquentation observée récemment (+ 9,4 % en octobre par rapport à octobre 2010) laisse supposer qu'elle dépassera probablement, pour la troisième année consécutive, les 200 millions de spectateurs.

Précisons que les unités urbaines de plus de 100 000 habitants réalisent plus de 70 % des entrées.

(2) Mais un tassement de la part de marché des films français

En France, la part de marché en recettes du cinéma français en salle s'établit en 2010 à 35,7 % (contre 36,8 % en 2009). Cette légère baisse recouvre cependant un niveau de fréquentation des films français légèrement supérieur à la moyenne constatée sur les dix dernières années (73,7 millions d'entrées, contre 72,5 millions).

Même si cette part dépend du nombre de films à grand succès, nécessairement variable d'une année à l'autre, force est de constater la tendance au tassement de la place du cinéma français : 45,3 % en 200813(*), 36,8 % en 2009 et 35,7 % en 2010. Elle est estimée à 35,6 % sur les dix premiers mois de 2011, celle des films américains à 48,7 % et celle des autres films à 15,2 %.

S'agissant du succès du cinéma français à l'étranger, le nombre de films français exploités à l'étranger est stable (avec 415 films en 2010). Ces films ont réalisé 59,6 millions d'entrées à l'étranger en 2010, en baisse de 11,6 % par rapport à 2009, mais - 6 % en termes de recettes. Ceci s'explique par l'absence de films très porteurs par rapport à 2009.


* 12 Voir l'étude du CNC de juillet 2011 : « Évolution du public des salles de cinéma - 1993-2010 ».

* 13 Mais il est vrai qu'en 2008, le succès de « Bienvenue chez les Ch'tis » explique largement ce chiffre.