Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel

20 juin 2018 : Liberté de choisir son avenir professionnel ( avis - première lecture )

B. APPROFONDIR LES LIENS ENTRE L'ÉDUCATION NATIONALE ET LE MONDE ÉCONOMIQUE ET PROFESSIONNEL

La qualité de la formation professionnelle réside dans son adéquation avec les besoins des entreprises. L'approfondissement des liens entre l'éducation nationale et le monde économique et professionnel est essentiel pour garantir la pertinence de la formation professionnelle.

À l'initiative de son rapporteur, votre commission a adopté plusieurs amendements visant à renforcer les liens entre l'éducation nationale et le monde économique et professionnel :

- l'amendement CULT.2 à l'article 10 prévoit que les régions peuvent organiser des actions de formation sur les métiers et les formations en direction des enseignants, dans le cadre de leur formation continue ;

- l'amendement CULT.9, qui crée un article additionnel après l'article 10 quater, intègre la connaissance des filières de formation, des métiers et du monde économique et professionnel dans la formation continue des enseignants ; il prévoit que la formation continue peut comprendre une expérience de l'entreprise ;

- l'amendement CULT.12 à l'article 11 prévoit que la présidence du conseil d'administration des lycées professionnels et des lycées polyvalents est exercée par un représentant du monde économique et professionnel.

C. PRÉPARER LES JEUNES À L'APPRENTISSAGE ET SÉCURISER LEURS PARCOURS

Le rapport de la concertation préalable à la réforme de l'apprentissage soulignait « la nécessité de mieux préparer les jeunes à l'apprentissage. Actuellement, le jeune apprenti arrive en entreprise dès le début de sa formation, sans maîtriser, la plupart du temps, les gestes et codes professionnels »20(*). Mieux préparer les jeunes à l'apprentissage permettrait de réduire la proportion encore trop élevée (25 % environ) de contrats rompus avant leur terme.

La commission a ainsi adopté sans modification l'article 8 bis du projet de loi, qui substitue au dispositif d'initiation aux métiers en alternance (DIMA) et aux classes de troisième dites « prépa pro » des classes de troisième dites « prépa métiers ». L'amendement CULT.5 adopté par votre commission (cf. supra) va également dans le sens d'une meilleure préparation des jeunes à l'apprentissage, par l'acquisition des savoir-être nécessaires.

Compte tenu de la baisse de l'âge d'entrée en lycée liée au moindre redoublement, votre rapporteur pour avis salue le développement de la mixité des parcours prévu dans le cadre de la réforme de l'enseignement professionnel21(*). Celle-ci met en effet l'accent sur les transitions entre formation professionnelle sous statut scolaire et en apprentissage, en particulier par la préparation du baccalauréat professionnel selon un schéma « 1 + 2 », c'est-à-dire comportant une année de seconde sous statut scolaire et les classes de première et de terminale sous statut d'apprenti.

D'autres mesures permettront un meilleur suivi des jeunes et la sécurisation de leurs parcours ; c'est le cas notamment de la généralisation de l'identifiant national élève/étudiant (INE) unique, qui devrait permettre un suivi statistique fin des jeunes, y compris en CFA.


* 20 Brunet S. (dir), ibid.

* 21 MEN, Transformer le lycée professionnel, dossier de presse, mai 2018.