Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

C. UNE MOBILITÉ ENCORE RESTREINTE DES PERSONNELS DE RECHERCHE

En revanche, la mobilité des chercheurs, essentielle pour dynamiser l'innovation, qui reste la grande faiblesse de notre développement industriel, demeure largement insuffisante. On en trouvera la confirmation dans le tableau suivant :

MOBILITÉ DES PERSONNELS SCIENTIFIQUES
DANS LES GRANDS ORGANISMES DE RECHERCHE



Une nette impulsion en faveur de la mobilité des différents personnels de recherche
-car pour être féconde, cette mobilité doit aussi englober les ingénieurs, ainsi que les personnels techniques et administratifs, regroupés sous le sigle " ITA "- doit être donnée car cette mobilité n'a pas atteint, loin s'en faut, son niveau optimal.

Cette évolution dans le déroulement des carrières des personnels scientifiques, que ce soit entre recherche publique et privée, entre ces secteurs et les universités, ou encore entre recherche et industrie, est souhaitée, sans relâche depuis quinze ans, par votre rapporteur. Développer le réseau des entreprises innovantes par le savoir-faire des chercheurs, avoir une vision plus précise des difficultés concrètes auxquelles se heurtent parfois la valorisation des découvertes est indispensable dans l'économie moderne nécessaire à la dynamique de la France en Europe, et de l'Europe dans le monde.

M. Claude Allègre a le mérite d'en avoir souligné l'opportunité et d'avoir commencé à traduire en actes ces orientations, et notamment dans le cadre de la loi sur l'innovation, en faveur de laquelle le Sénat s'est engagé de façon quasi-unanime. Bien sûr, il subsiste des résistances de nature diverse :

- le poids des habitudes,

- la méfiance réciproque entre une recherche fondamentale " désintéressée " et une valorisation technologique qui doit intégrer les contraintes du marché ;

l'inadaptation des procédures budgétaires, qui ne permettent pas toujours de rémunérer correctement les personnels en mobilité ;

- le manque de souplesse dans la gestion des postes d'accueil.

Ce n'est donc qu'à moyen terme que l'impact des impulsions actuelles pourra être apprécié et, comme l'espère votre rapporteur, aboutir à une meilleure compréhension réciproque des secteurs de la recherche, de l'innovation et du monde économique.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli