Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

IV. LA PROMOTION DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR FRANÇAIS

A. UN DÉFICIT À COMBLER

Depuis 1997, le Département a conduit une évaluation approfondie sur les politiques suivies en matière de bourses accordées aux étudiants étrangers ainsi que sur leurs méthodes de gestion.

On a en effet assisté, au cours des dix dernières années, à une tendance dégressive d'environ 17 % des budgets consacrés à ces bourses, stabilisés en 1998 à 595 MF. La part des bourses d'études (34 %) a par ailleurs diminué au profit de celles consacrées aux bourses de stages (66 %), ce mouvement étant lié, en particulier, à la diminution, pour des raisons budgétaires, du nombre de mensualités accordées, alors que le nombre des bénéficiaires, pour ces différents types de bourses, demeurait stable à quelque 23 000.

Enfin, sur le plan géographique, les études ont montré une forte progression, en 10 ans, des bénéficiaires en Europe de l'Est (de 7,1 % à 17,1 %), une légère croissance en Afrique du nord (de 27 % à 30 %) et en Asie (de 5,9 % à 7 %), mais une nette décroissance en Afrique francophone, Amérique du nord et du sud ainsi qu'en Europe occidentale.

L'évaluation conduite par le ministère des Affaires étrangères a abouti à un double constat :

- la nécessaire promotion, à l'étranger, de notre enseignement supérieur afin de contrebalancer l'attractivité grandissante des pays anglo-saxons pour les étudiants étrangers, en particulier dans les spécialités de l'entreprise et de la haute administration ;

- la révision des programmes de bourses pour leur permettre de mieux jouer leur rôle de formation des élites étrangères et d'attraction des étudiants étrangers vers la France.

L'effort a tout d'abord porté sur certains aspects réglementaires et statutaires :

- dans le cadre des règlements d'application de la loi n° 98-349 du 11 mai 1998 relative à l'entrée et au séjour des étrangers en France, une simplification substantielle d'obtention des visas étudiants a été mise en place ;

- dans le cadre de la nouvelle DGCID, un Bureau de la formation des étrangers en France a été créé qui marque la priorité désormais reconnue à cette action.

L'insuffisance de notre dispositif boursier en faveur des étudiants étrangers était d'autant plus fâcheuse que nombre d'entre eux sont issus du réseau de nos établissements scolaires à l'étranger. Après avoir ainsi contribué à la formation de base de ces jeunes étudiants, la France les voyait se disperser aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne pour y acquérir une formation supérieure. La démarche nouvelle permet donc de revaloriser notre réseau d'établissements scolaires en lui associant un prolongement logique, en France, vers notre enseignement supérieur.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli