Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Jeunesse et sports

 

CHAPITRE III

LE DÉVELOPPEMENT DE LA PRATIQUE SPORTIVE

I. LE SPORT POUR TOUS

Le ministère de la jeunesse et des sports cherche à développer la pratique sportive pour tous. Plusieurs types d'actions permettent d'ouvrir les pratiques sportives à de nouveaux publics : il s'agit de faciliter l'accès aux pratiques sportives des plus défavorisés (notamment à travers la mise en place du " coupon sport "), de favoriser la pratique sportive pendant les vacances scolaires, et enfin, de développer la pratique sportive des handicapés, des femmes, ainsi que la pratique sportive dans les entreprises.

Les pratiques sportives féminines et le sport dans les entreprises font l'objet de mesures nouvelles d'un montant total de 10 millions de francs. Par ailleurs, à l'occasion des jeux Paralympiques de Sydney, le ministère encourage fortement la pratique sportive des personnes handicapées.

A. LE DÉVELOPPEMENT DE LA PRATIQUE SPORTIVE FÉMININE

La pratique sportive des femmes s'est considérablement développée au cours des dernières années. Elle reste cependant largement inférieure à celle des hommes, puisque les femmes ne représentent que 32,3 % des licences délivrées par les fédérations sportives. La prise de conscience de l'existence d'une discrimination à l'égard des femmes, tant dans la pratique sportive que dans leur participation aux instances dirigeantes du sport, a conduit le ministère à entreprendre une politique spécifique à l'égard des femmes.

Les instructions concernant les crédits déconcentrés du titre IV et du FNDS demandent désormais que soit aidée la création d'associations sportives féminines ou de sections féminines dans les associations existantes, et qu'une attention particulière soit apportée au développement des pratiques féminines. La loi n°2000-627 du 6 juillet 2000 consacre également l'égal accès des hommes et des femmes aux instances dirigeantes.

Par ailleurs, dans un souci d'équité, la commission nationale du sport de haut niveau a décidé de ne plus effectuer de distinctions entre les pratiques féminines et masculines pour la reconnaissance du caractère de haut niveau d'une discipline sportive.

B. LE DÉVELOPPEMENT DE LA PRATIQUE SPORTIVE EN ENTREPRISE

Afin de développer la pratique sportive en entreprise, le ministère a mis en oeuvre des mesures en collaboration avec le mouvement sportif, en particulier, une ligne budgétaire spécifique de 6 millions de francs dans les conventions d'objectifs annuelles signées entre le ministère et les fédérations sportives agréées.

En dépit de certaines initiatives telles que la constitution d'une commission nationale permanente " sport en entreprise ", le placement d'un cadre technique d'Etat auprès de l'Union fédérale du sport en entreprise (UFSE), ou l'organisation d'une " journée nationale des clubs et du sport en entreprise " réunissant près de 15.000 participants, il apparaît que le développement de la pratique sportive en entreprise constitue un objectif particulièrement délicat à mettre en oeuvre. La diversité des situations existantes rend en effet difficile la mise en oeuvre de solutions globales.