Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Rapports > Rapports législatifs


Retour Sommaire Suite

B. MESURES NOUVELLES

Les chercheurs français, et on ne peut que s'en réjouir, sont en train d'être équipés de nouveaux supercalculateurs :

- au CINES (centre informatique national de l'enseignement supérieur) à Montpellier ;

- à l'IDRIS (institut du développement et des ressources en informatique scientifique), qui dépend du CNRS, à Orsay ;

- enfin à la direction des applications militaires du CEA à Bruyères-le-Châtel (Essonne).

L'année 2002 sera marquée aussi par le début de la construction du synchrotron SOLEIL. Fin 2000 et début 2001, suite à l'annonce du 11 septembre 2000 du Ministre de la Recherche, le CEA et le CNRS ont signé une convention pour mettre en place les structures nécessaires.

Le projet de société civile « Synchrotron Soleil » a été adopté par les conseils d'administration du CEA et du CNRS en juillet. Les statuts ont été déposés. Une solution satisfaisante a été trouvée pour les personnels du LURE et la convention entre l'Etat et les collectivités est en cours de finalisation.

En ce qui concerne le projet DIAMOND, un arrangement a été signé entre les ministres de la science français et britannique début 2001. Cet arrangement ne comporte aucune clause financière et une décision ne sera prise qu'en avril 2002.

Les problèmes liés aux sources de neutrons vont prendre une importance particulière dans les prochains mois. En effet, la convention intergouvernementale France/Allemagne/Grande-Bretagne qui vient à expiration en 2003 doit être renouvelée pour l'Institut Laue-Langevin à Grenoble (ILL). Il s'agit en particulier de savoir si la Grande-Bretagne, qui avait réduit unilatéralement sa participation de 33 % à 25 %, reviendra à sa participation initiale. D'autre part, une utilisation rationnelle de cette installation conduit à renouveler les guides et les instruments, dont beaucoup datent de trente ans. Une telle modernisation permettrait de conserver la compétitivité de l'ILL par rapport à la source de spallation américaine en cours de construction et livrée en 2006. A plus long terme (horizon 2015), l'Europe doit se doter d'une source de spallation (European Spallation Source)36(*), deux fois plus puissante que la source américaine. Les discussions pour la définition de cette source sont en cours.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli