Allez au contenu, Allez à la navigation



Proposition de loi autorisant la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, dite "Vénus hottentote", à l'Afrique du sud

 

C. DES LACUNES INQUIÉTANTES DANS LA GESTION DES COLLECTIONS DU MUSÉUM

Le sort réservé aux restes de Saartjie Baartman fait également apparaître des négligences administratives difficilement excusables.

En effet, s'agissant des bocaux contenant les restes prélevés à l'occasion de l'autopsie, il a été répondu à votre rapporteur, qui a interrogé les responsables du Muséum sur ce point,  qu'aucun inventaire n'en faisait mention.

Leur existence ne semble attestée que par des souvenirs transmis oralement par les responsables successifs de la conservation des collections. L'anthropologue Steve J. Gould raconte également avoir vu un des bocaux contenant les restes de Saartjie Baartman sur une étagère au Musée de l'Homme, juste au dessus du cerveau de Broca4(*).

D'après les indications fournies par le Muséum, ces pièces n'auraient jamais été présentées au public.

Par ailleurs, le sort qu'elles ont connu ne semble pas pouvoir être établi avec certitude : selon le témoignage d'un agent du Musée de l'Homme en fonction alors, elles auraient pu être détruites dans un accident survenu en 1983 ou en 1984 -la date restant imprécise-, l'étagère de l'armoire métallique les abritant s'étant effondrée.

Cette réponse qui se réduit à une simple supposition est préoccupante, s'agissant de pièces figurant dans des collections et de surcroît de restes humains.

Ces péripéties qui confinent à l'absurde révèlent d'inquiétantes lacunes dans la gestion des collections du Muséum, lacunes qui ne se réduisent malheureusement pas à ce cas isolé.

L'absence d'inventaire fiable comme les mauvaises conditions de conservation constituent le lot commun des collections d'anthropologie du Musée de l'Homme. D'après les témoignages recueillis par votre rapporteur, il semble notamment que les collections de momies ne bénéficient pas d'un traitement adéquate faute des locaux et d'équipements adaptés et qu'il vaudrait encore mieux procéder à leur restitution.

La proposition de loi est l'occasion de mettre en lumière une situation déplorable à biens des égards, situation à laquelle le gouvernement doit apporter des réponses.

* 4 Steve J. Gould, Le sourire du flamant rose, Le Seuil