Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Le budget de 2003 et son contexte économique et financier

 

II. UN HÉRITAGE SINGULARISANT LA FRANCE AU SEIN DE L'UNION EUROPÉENNE

A. DES DÉFICITS TOUJOURS PLUS ÉLEVÉS QUE LA MOYENNE DE LA ZONE EURO ET DES PAYS DE L'OCDE

1. Un besoin de financement plus élevé que chez nos principaux partenaires

La France connaît depuis longtemps un niveau de déficit public supérieur à celui de ses principaux partenaires à l'exception notable de l'Allemagne. Toutefois, son « désavantage comparatif » ne s'est pas réduit par rapport à ses principaux partenaires européens. Ainsi, sur 2002-2003, elle devrait connaître, selon l'OCDE, un niveau de déficit supérieur de 0,5 point à 0,6 point de PIB à celui de la moyenne de la zone euro48(*).

Solde financier des administrations publiques des principaux pays
de la zone euro et des autres pays du G7

(en points de PIB)

Années

France

Allemagne

Italie

Zone euro

Royaume-Uni

Etats-Unis

OCDE

1993

- 6,0

- 3,1

- 10,3

- 5,8

- 7,9

- 5,0

- 5,0

1994

- 5,5

- 2,4

- 9,3

- 5,1

- 6,7

- 3,6

- 4,2

1995

- 5,5

- 3,3

- 7,6

- 5,0

- 5,8

- 3,1

- 3,9

1996

- 4,1

- 3,4

- 7,1

- 4,3

- 4,4

- 2,2

- 3,2

1997

- 3,0

- 2,7

- 2,7

- 2,6

- 2,2

- 0,9

- 1,8

1998

- 2,7

- 2,2

- 3,1

- 2,3

0,4

0,3

- 1,4

1999

- 1,6

- 1,6

- 1,8

- 1,3

1,1

0,8

- 0,9

2000

- 1,4

1,2 *

- 0,6

0,2 *

1,6

1,7

0

2001

- 1,4

- 2,7

- 1,5

- 1,3

1,0

0,5

- 1,0

2002 (p)

- 2,0

- 2,8

- 1,4

- 1,5

- 0,8

- 1,0

- 1,9

2003 (p)

- 1,8

- 2,1

- 1,3

- 1,2

- 1,3

- 0,7

- 1,7

Source : OCDE

* y.c. UMTS

Evolution comparée du déficit public français (1993-2003)

(en points de PIB)

Source : OCDE

2. Un différentiel en terme de déficit structurel défavorable depuis 1997

Le déficit structurel de notre pays a été très significativement réduit entre 1993 et 1997 passant de - 5 points à - 1,8 point de PIB. Il est cependant resté à un niveau inchangé entre 1997 et 2002 alors que la France a connu plusieurs années de forte croissance dont elle n'a pas su profiter. Aussi, sur la période 1997-2002 l'écart par rapport à nos principaux partenaires s'est accru : pendant que le niveau moyen de déficit structurel de la zone euro était réduit d'un point, notre pays n'a pas amélioré son solde structurel. Les prévisions pour 2003 émanant de l'OCDE confirment d'ailleurs cette tendance résultant du poids de « l'héritage », ce qui contribue à singulariser davantage notre pays en Europe.

Solde structurel des administrations centrales

(en points de PIB potentiel)

 

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

Etats-Unis

- 4,4

- 3,5

- 2,8

- 2,1

- 1,0

0

0,5

1,3

0,6

0,7

- 0,5

Allemagne

- 2,1

- 1,7

- 2,7

- 2,4

- 1,7

- 1,3

- 0,8

- 1,3

- 2,0

- 1,5

- 1,1

France

- 5,0

- 4,6

- 4,6

- 2,8

- 1,8

- 2,0

- 1,3

- 1,7

- 1,7

- 1,8

- 1,8

Italie

- 8,8

- 8,4

- 7,6

- 6,9

- 2,5

- 2,7

- 1,1

- 1,4

- 0,8

- 0,4

- 0,5

Royaume Uni

- 5,6

- 5,6

- 5,0

- 3,7

- 2,0

0,4

1,4

1,5

0,9

- 0,6

- 1,4

Zone Euro

- 4,5

- 4,1

- 4,3

- 3,2

- 1,7

- 1,6

- 0,9

- 1,0

- 1,1

- 0,7

- 0,7

Source : OCDE

Des déficits structurels des administrations centrales toujours nettement supérieurs à la moyenne européenne

(en points de PIB)

Source : OCDE

* 48 Les derniers chiffres publiés par la Commission européenne (novembre 2002) qui font état d'une aggravation des déficits publics pour 2002 et 2003 confirment également cette tendance : selon elle l'écart se situera entre 0,4 point et 0,8 point de PIB.