Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Recherche et nouvelles technologies

 

b) Le développement déficient des moyens de calcul

Dans une autre réponse à son questionnaire budgétaire, le ministère de la recherche affirme, par ailleurs, que « le retard de la France en matière de moyens informatiques lourds pour la recherche est en train de s'accroître de façon préoccupante » et conclut à « la nécessité d'une politique nationale d'équipement soutenue et planifiée ».

De 2001 à 2002, est-il observé, la demande adressée aux deux centres nationaux23(*) a presque doublé. Elle explose en biologie et en mathématiques et progresse fortement dans les domaines de l'environnement, des milieux réactifs et de la chimie.

Fin 2002, la France se situera, en puissance ce calcul cumulée24(*), en 5ème position mondiale, derrière, non seulement les USA et le Japon, mais aussi l'Allemagne et la Grande-Bretagne qui disposeront, respectivement, du triple et du double de nos moyens. Il n'y a pas de solution européenne en vue, si ce n'est la construction de grilles de centres de calcul, grâce au réseau de télécommunication GEANT. Pour promouvoir l'utilisation de ce type d'infrastructures par la communauté de chercheurs français, le ministère de la recherche a lancé, en avril 2001, l'action concertée incitative GRID (Globalisation des ressources et des données informatiques).

Une autre priorité du ministère est de former à l'usage des moyens informatiques performants les chercheurs français qui, en trop grand nombre (notamment en sciences humaines), ne savent pas utiliser toutes leurs possibilités aussi bien en calcul qu'en stockage de données.

* 23 Le CINES (Centre informatique national de l'Enseignement supérieur) à Montpellier et l'IDRIS (Institut du développement et des Ressources en Informatique Scientifique) du CNRS à Orsay.

* 24 Y compris le centre du CEA de Bruay le Châtel