Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire relatif aux transports routiers internationaux et au transit des voyageurs et des marchandises

 

B. LES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS ÉCONOMIQUES FRANCO-ALGÉRIENNES

Les ambitions économiques de l'Algérie ne peuvent laisser la France indifférente.

Celle-ci est le 1er fournisseur de l'Algérie, avec 22 % des parts de marché, loin devant l'Italie (8 %) et la Chine (8 %). L'Algérie est le 1er client de la France sur l'ensemble du continent africain. Les échanges commerciaux entre la France et l'Algérie ont presque doublé en dix ans. En 2005 et 2006, ils ont dépassé 8 milliards d'euros, répartis pratiquement à égalité entre importations (4,1 milliards d'euros d'importations de provenance algérienne en France) et exportations (4 milliards d'euros d'exportations françaises vers l'Algérie).

La France est également le 1er investisseur hors hydrocarbures, et le 2ème après les États-Unis si l'on inclut les hydrocarbures. Près de 200 entreprises françaises, employant environ 8 000 personnes, opèrent aujourd'hui sur le marché algérien, dans tous les secteurs de l'économie : banque et finances, tourisme, transports et logistique, grande distribution, technologies de l'information, agroalimentaire, bâtiments et travaux publics, hydraulique, industrie, automobile, énergie. Les investissements français se sont accrus ces dernières années, même si, en valeur absolue, leur montant demeure modeste (140 millions de dollars hors hydrocarbures en 2005), ce qui a conduit les autorités algériennes à parler à plusieurs reprises de « frilosité » à propos de l'engagement des entreprises françaises. On observera a contrario que le stock global d'investissements directs étrangers est, lui aussi, encore assez réduit.

Toutefois, les positions fortes de la France n'ont rien d'acquis dans la mesure où des pays comme l'Italie ou la Chine renforcent leur présence économique en Algérie.

Les échanges économiques et les investissements constitueront à l'avenir un volet important des relations bilatérales franco-algériennes.

Lors de sa visite à Alger le 10 juillet dernier, le Président de la République a particulièrement insisté pour faire passer la coopération économique avant les controverses sur notre histoire commune.

Il a souligné la nécessité « de donner au partenariat entre les deux pays un contenu concret », en mentionnant tout particulièrement le rôle que la France pourrait jouer pour aider l'Algérie à préparer l'après-hydrocarbure. Une visite d'État à Alger est programmée pour novembre prochain et d'ici là, des contacts bilatéraux doivent identifier des projets dans les différents domaines de coopération, notamment les échanges économiques, les investissements et l'énergie.

C'est donc semble-t-il aujourd'hui par le canal de l'économie que la France entend relancer avec l'Algérie une relation bilatérale qui était devenue difficile au cours des derniers mois.