Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant l'approbation de la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de l'État des Émirats Arabes Unis

 

B. UN PARTENAIRE STRATEGIQUE DE LA FRANCE DANS LA RÉGION

Conscients de leur faiblesse démographique et militaire, notamment face à l'Iran, les Emirats Arabes Unis ont noué des relations privilégiées avec les Etats-Unis, mais aussi avec le Royaume-Uni et la France.

1. Des relations politiques anciennes et privilégiées

Les relations politiques entre la France et les Emirats Arabes Unis sont anciennes et privilégiées, placées dans le cadre d'un partenariat stratégique, annoncé par le Président de la République en 1997 lors de sa visite officielle à Abou Dhabi.

Ces liens sont marqués par une forte convergence de vues sur les dossiers régionaux et par les liens personnels tissés entre les dirigeants des deux pays.

Sur le plan diplomatique, les Emirats Arabes Unis ont des positions très proches de la France sur la plupart des grands dossiers régionaux mais aussi internationaux.

Par ailleurs, les relations sont très denses, comme en témoignent les fréquentes visites bilatérales au plus haut niveau.

Ainsi, le Président de la Fédération des Emirats Arabes Unis s'est rendu en visite en France entre le 17 et le 22 juillet 2006, de même que l'émir d'Abou Dhabi, le 20 juillet 2007.

L'émir de Dubaï et Premier ministre des Emirats Arabes Unis, Cheikh Mohammed bin Rachid Al Maktoum, s'est, pour la première fois, rendu en visite officielle en France les 20 et 21 mai 2008.

Le Président de la République a, pour sa part, effectué une visite officielle aux Emirats Arabes Unis le 15 janvier 2008.

Deux importants accords ont été signés à cette occasion :

- un accord de coopération dans le domaine de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire ;

- un accord portant sur une présence militaire permanente aux Emirats Arabes Unis.

2. Un partenaire commercial de premier plan

Notre relation commerciale avec les EAU s'est intensifiée depuis le début des années 1990.

Les échanges commerciaux, qui ont atteint 4,62 milliards d'euros en 2007, sont structurellement excédentaires. Les exportations françaises ont atteint le chiffre record de 3,6 milliards d'euros en 2007. Les Emirats Arabes Unis représentent notre quatrième excédent commercial. Ils absorbent le quart de nos exportations au Moyen-Orient et sont notre premier client dans la région, loin devant l'Arabie saoudite, la Turquie, Israël et l'Iran.

Le dynamisme de nos échanges commerciaux s'explique, pour une large part, par la signature de grands contrats (aéronautique, biens d'équipement, matériel militaire notamment). L'aéronautique y occupe une part essentielle : les livraisons d'avions (Airbus) ont atteint 1,2 milliard d'euros en 2006 (soit le double de 2005), les Emirats Arabes Unis se classant alors au 6ème rang des plus importants clients de la France pour ce type d'achat. La compagnie aérienne Emirates est ainsi le premier client mondial de l'A380, avec 58 commandes fermes.

Malgré une progression de 30 % de nos exportations entre 2005 et 2006, notre part de marché a reculé à 4,1 % (6,4 % en 2004), en-deçà de celles de la Chine, de l'Inde ou de l'Allemagne et proche de celle du Royaume-Uni.

Nos importations ont atteint 959 millions d'euros en 2007, en recul par rapport à l'année précédente (1,1 milliard d'euros en 2006), mais en forte progression par rapport à 2004 (521 millions d'euros) et 2005 (728 millions d'euros). Elles sont essentiellement constituées de produits énergétiques.

Le stock d'investissements français aux EAU a été multiplié par six entre 1992 et 2004 (de 166 à 989 millions d'euros, soit plus du quart du stock d'investissements français au Moyen-Orient) et tend à se diversifier au-delà du seul secteur des hydrocarbures.

La société pétrolière française Total est le premier investisseur français aux Emirats au travers de sa filiale Total ABK. Elle a une présence ancienne aux Emirats et participe au projet Dolphin de gazoduc à vocation régionale, entré en service le 10 juillet 2007.

Parmi les grands contrats récemment remportés par des entreprises françaises, les plus notables sont ceux de GDF Suez pour la réalisation du projet Shuweihat-2 de construction d'une usine de dessalement d'eau de mer couplée à une centrale électrique, d'Alsthom pour la fourniture de turbines à gaz pour la centrale électrique de Fujairah et de Technip, pour la fourniture et la construction sur l'île de Das d'installations de traitements de gaz.

Les investisseurs français s'intéressent à de nouveaux secteurs tels que la grande distribution (Carrefour), l'aluminium (Pechiney), le luxe (L'Oréal, Chanel, LVMH), les matériels électriques (Legrand, Schneider).

3. Une coopération dense et diversifiée

Dans une région marquée par l'influence anglo-saxonne, les Emirats Arabes Unis ont manifesté leur volonté de rapprochement avec la France et d'élévation du niveau de leur coopération culturelle, universitaire, linguistique, scientifique et technique. Cette volonté a pris une dimension nouvelle au cours des dernières années avec l'implantation aux Emirats Arabes Unis de plusieurs établissements français d'enseignement supérieur et le lancement du projet emblématique du Louvre Abou Dhabi.

Plusieurs établissements d'enseignement supérieur se sont implantés aux EAU en 2006 avec le soutien des autorités émiriennes. L'université Paris-IV-Sorbonne a ainsi ouvert une antenne à Abou Dhabi à la rentrée 2006. Les écoles de commerce INSEAD et HEC se sont implantées, au travers de partenariats, à Abou Dhabi, de même que l'école de mode ESMOD à Dubaï. Un arrangement administratif a été signé à la faveur de la visite officielle du Président de la République, le 15 janvier 2008, prévoyant l'ouverture, avec la participation du lycée Louis-Le-Grand, de classes préparatoires scientifiques à Abou Dhabi. D'autres programmes concernent la coopération universitaire au travers de la promotion des études supérieures en France, la diffusion de l'expertise et du savoir-faire français (ingénierie, agronomie, technologies de l'information et de la communication, archives, archéologie...) et la formation de médecins spécialistes.

Si l'anglais occupe une place prédominante aux EAU, on constate un développement de l'enseignement du français. Le nombre d'élèves apprenant le français est en nette progression, avec environ 50 000 élèves répartis dans 176 établissements enseignant le français comme seconde ou troisième langue.

Par ailleurs, le dispositif du réseau d'enseignement français aux Emirats est composé de quatre établissements scolaires : les lycées Louis-Massignon et Théodore-Monod à Abou Dhabi, le lycée Georges-Pompidou à Sharjah (avec une annexe pour l'enseignement primaire à Dubaï) et le lycée français international de Dubaï. Près de 3 800 élèves sont scolarisés dans les quatre établissements.

Dans le domaine culturel, à la suite de négociations menées à l'initiative des autorités émiriennes, un accord a été signé, le 6 mars 2007, sur la création d'un musée des beaux-arts, qui portera pour une durée de vingt ans le nom du Louvre Abou Dhabi, situé au sein du futur complexe muséographique de l'île de Saadiyat à Abou Dhabi. Le musée du Louvre et les musées nationaux français apporteront leur expertise pour la création et la gestion de ce musée. Un espace sera réservé pour la présentation temporaire d'oeuvres en provenance des collections des grands musées français.

En outre, deux alliances françaises sont implantées, à Abou Dhabi et à Dubaï.

Enfin, notre coopération militaire avec les Emirats Arabes Unis est la plus développée dans la région.

La France et les Emirats Arabes Unis sont liés par un accord de défense, conclu en 1995.

Un accord sur la création d'une base militaire française a été signé à l'occasion de la visite officielle du Président de la République, le 15 janvier 2008. Cette base, essentiellement navale, devrait être inaugurée à la fin du mois de mai 2009.

Pays moderne, ouvert sur le monde et le changement, se donnant des ambitions pour l'après-pétrole (diversification dans les services, création de plusieurs fonds souverains, investissements dans les nouvelles technologies et l'éducation), les Emirats Arabes Unis expriment une volonté politique forte de conciliation de la tradition et de la modernité pour le reste du monde arabe. Ils constituent à ce titre un partenaire privilégié de la France dans la région.