Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Conseil des Ministres de la République d'Albanie relatif à la coopération en matière de sécurité intérieure

 

B. UNE AMÉLIORATION DEPUIS 2005

Cependant, ces dernières années ont été caractérisées par un assainissement de la situation politique, illustré par les élections législatives du 3 juillet 2005, qui constituaient la première alternance démocratique et pacifique dans l'histoire de l'Albanie.

Les législatives du 28 juin 2009 ont été caractérisées par une amélioration de l'établissement des listes électorales, mais leur déroulement a fait l'objet de réserves de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Elu en 2005, le Premier ministre, M. Berisha, ancien Président de 1992 à 1997, a mis en oeuvre un programme centré sur la lutte contre la corruption, le crime organisé et les trafics, ainsi que sur des réformes d'inspiration libérale destinées à préparer l'Albanie à une future adhésion à l'UE, et à attirer les investisseurs étrangers. Il s'est appuyé sur un gouvernement jeune et resserré, dont les membres sont issus d'une nouvelle génération, étrangère aux pratiques de pouvoir de l'appareil communiste.

L'intégration aux structures de l'UE et de l'OTAN est un objectif commun à tous les partis politiques albanais.

La signature, le 12 juin 2006, de l'Accord de stabilisation et d'association avec l'Union Européenne représente une avancée pour l'Albanie. Les instances européennes ont cependant rappelé à ce pays la nécessité de poursuivre ses réformes et d'assurer leur mise en oeuvre effective, en particulier dans les domaines de la lutte contre la criminalité organisée et la corruption, du renforcement de l'Etat de droit et du système judiciaire, et de la liberté des moyens d'information.

Le second objectif de l'Albanie était son intégration à l'OTAN, réalisée lors du sommet de Strasbourg-Kehl au printemps 2009.