Allez au contenu, Allez à la navigation



Proposition de loi relative à la lutte contre la fracture numérique

 

G. L'AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE

L'impact des technologies numériques sur la qualité de vie n'est plus à démontrer. Sources de progrès, de confort et de sécurité quotidiens, ils sont désormais si profondément intégrés dans nos modes de vie que leur disparition nous paraît aujourd'hui tout simplement inenvisageable.

La possibilité d'une transmission complète et instantanée d'informations dématérialisées nous permet, chaque jour, de communiquer avec nos proches et nos collègues, de profiter de biens et services culturels d'une diversité quasi infinie, de gérer à distance certaines formalités administratives, de prévoir au mieux nos itinéraires et temps de transport, de faire nos courses dans des magasins virtuels, de réserver des voyages, de comparer les prix des produits de grande consommation, de prendre part à des jeux virtuels en réseaux ...

L'utilisation croissante des technologies numériques dans le domaine de la santé, au profit des personnes malades, âgées ou handicapées, est un bon exemple de leurs apports notables au confort de vie et, pourrait-on dire, de fin de vie. La construction ou l'aménagement de l'habitat au profit de ces catégories de personnes (domotique, télémédecine, télésurveillance ...) leur permet en effet de demeurer à domicile tout en bénéficiant d'un environnement sécurisé et d'une surveillance médicale personnalisée au sein d'un réseau de soins.

H. DE NOUVEAUX USAGES COMMUNAUTAIRES

Les technologies de l'information et de la communication sont à l'origine de nouveaux usages et de nouvelles pratiques rassemblant, au sein de communautés partageant un ou des centres d'intérêt commun, des individus parfois éloignés de plusieurs milliers de kilomètres que rien ne prédestinait à se rencontrer.

C'est ainsi que sont apparus les sites de chat, les réseaux de partage de fichiers, les blogs, les pages personnelles, les flux RSS, les mondes virtuels, les jeux en réseau... L'ensemble de ces nouveaux usages se caractérise par des principes communs - partage, échange, instantanéité, gratuité, continuité... - constituant les fondements du « web 2.0 ». Ce dernier met à disposition des utilisateurs les interfaces leur permettant d'interagir, à la fois avec le contenu des pages, mais également entre eux, créant ainsi des communautés virtuelles sans frontières.

La campagne pour les dernières élections présidentielles aux Etats-Unis, mais aussi plus récemment la révolte démocratique en Iran, ont illustré le rôle essentiel de ces nouveaux médias.

A l'origine confidentiels, les Google, Yahoo, MSN, Wikipedia, Myspace, Dailymotion, Facebook, Second life, Tweeter ... sont désormais des espaces virtuels ou se rencontrent des populations chaque jour plus importantes. A l'origine informels, peu organisés et indépendants de toute notion de rentabilité - du moins pour certains d'entre eux -, ces communautés numériques sont en passe de devenir des instruments incontournables de socialisation, en particulier chez les plus jeunes générations, et de faire l'objet de valorisations financières de premier plan.