Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Djibouti sur l'encouragement et la protection réciproques des investissements

 

C. UN PAYS FRANCOPHONE QUI ENTRETIENT DES RELATIONS ÉTROITES AVEC LA FRANCE

Depuis son indépendance, en 1977, Djibouti conserve des relations étroites avec la France.

Cette relation se traduit par une forte présence militaire française, dans le cadre de l'accord de défense conclu en 1977, avec un dispositif comprenant près de 2 900 personnes.

En vertu de la convention sur la situation financière et fiscale des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), signée en 2003 pour une durée de 10 ans, la France verse à Djibouti une contribution financière de 30 millions d'euros par an en contrepartie de cette présence.

La France est aussi le premier donateur de Djibouti en termes d'aide publique au développement, devant les Etats-Unis et la Banque mondiale.

Un document-cadre de partenariat (DCP), signé entre la France et Djibouti le 3 mars 2006, définit la stratégique française en matière de coopération. Pour la période 2006-2010, il prévoit un montant total compris entre 53 et 76 millions d'euros.

Les secteurs concernés sont l'éducation, la santé et le développement des infrastructures urbaines. Les domaines transversaux sont l'enseignement supérieur et la recherche, la gouvernance, ainsi que la francophonie et la promotion de la diversité culturelle.

L'Agence française de développement (AFD) a atteint un record historique de son activité en 2008, avec 48 millions d'euros d'octroi tous instruments confondus, dans les trois secteurs de concentration que sont le développement urbain (projet de Balbala avec un don de 5,5 millions d'euros), l'éducation (8 millions d'euros) et la santé.

Si les relations économiques entre la France et Djibouti sont importantes, la France a toutefois perdu, en 2007, sa position de premier fournisseur au profit de la Chine et a dû céder du terrain face aux pays du Golfe, qui, depuis 2003, ont investi massivement dans des grands projets.

Plusieurs grandes entreprises françaises sont présentes à Djibouti, comme Total, Colas, Cegelec, Air France et Vivendi.

Des sociétés françaises sont aussi présentes dans le secteur des services (banque, transport, transit, assurance) et de la distribution.

Les exportations françaises ont représenté 53 millions d'euros en 2008.

L'organisation à Djibouti, en mars 2009, d'un grand forum économique bilatéral, précédé d'une rencontre Sénat-UbiFrance-MEDEF International sur « Djibouti, hub économique de la Corne de l'Afrique », organisée en octobre 2008 au Sénat, devraient permettre de relancer encore davantage les relations économiques entre les deux pays.