Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Défense

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Défense ( rapport général - première lecture )
5. Dépenses militaires : un recul de la place de la France

Une des conséquences de la limitation des dépenses militaires est le recul de la place de la France, si l'on compare les budgets de la défense des grandes puissances, comme détaillé dans le tableau ci-après.

Ces données, fournies à vos rapporteurs spéciaux par le ministère de la défense et des anciens combattants, intègrent les dépenses de pensions. Il convient d'observer que les données françaises pour les années antérieures à 2009 comprennent la gendarmerie, soit des dépenses annuelles comprises entre 6 et 7 milliards d'euros par an (y compris les charges de pensions) sur la période 2000-2009.

Les dépenses militaires de la France, qui étaient supérieures à celles du Royaume-Uni jusqu'en 2004, de l'ordre de 2 milliards d'euros (mais inférieures de 4 milliards d'euros si l'on retire les dotations de la gendarmerie), lui sont désormais nettement inférieures, à hauteur de 14,4 milliards d'euros en 2011. Le différentiel en défaveur de la France s'élève à 7 milliards d'euros si l'on intègre les dépenses de gendarmerie, alors qu'en 2004 les dépenses militaires et de gendarmerie de la France dépassaient le budget de la défense britannique de 3 milliards d'euros.

Le budget militaire de la France (y compris la gendarmerie) la plaçait à des niveaux comparables à ceux de la Chine et de la Russie dans la deuxième moitié des années 1990. Sous l'effet de la hausse des dépenses militaires de ces deux pays, les dépenses militaires chinoises sont aujourd'hui plus de quatre fois supérieures à celles de la France, et celles de la Russie atteignent le double de celles de notre pays.

Hors gendarmerie, le budget militaire des Etats-Unis était 10 fois supérieur à celui de la France au début des années 2000. En 2010, il a représenté plus de 18 fois celui de la France, et encore plus de 16 fois les dépenses militaires françaises en 2011, dans un contexte de diminution de l'effort américain de défense.

En revanche, les dépenses militaires de l'Allemagne étaient inférieures à celles de la France de l'ordre de 9 à 10 milliards d'euros jusqu'en 2008 ; depuis 2009, la différence n'est plus que 2 milliards d'euros, ce qui correspond à la non-prise en compte des dépenses de la gendarmerie dans les statistiques pour notre pays depuis cette date.

Pour que les dépenses de défense françaises restent stables en points de PIB, celles-ci devraient suivre la croissance annuelle du PIB, soit 2 % par an en volume alors que, comme on le verra ci-après dans le paragraphe III, même l'hypothèse du Livre blanc ne prévoit qu'une croissance de 1 % par an en volume jusqu'en 2020.

Evolution des dépenses militaires des Etats-Unis, de la Chine, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne

(en milliards d'euros courants, convertis aux taux de parité de pouvoir d'achat de l'euro en France)

 

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009*

2010

2011

Etats-Unis

276,7

268,0

269,0

265,2

269,7

283,7

287,2

322,8

389,4

436,5

464,8

502,0

523,4

647,4

664,7

686,7

642,2

Chine

31,4

35,9

36,9

42,5

48,1

52,0

62,3

72,9

82,7

91,4

101,5

118,0

134,6

148,2

175,3

178,9

nc

Russie

41,9

38,0

42,2

29,1

32,8

39,2

45,2

50,4

56,6

56,0

58,4

61,5

65,1

70,9

81,1

77,8

nc

Royaume-Uni

33,3

34,4

33,2

33,7

33,2

34,7

35,9

36,3

38,7

39,8

44,6

46,2

48,0

51,5

51,1

52,1

52,8

France *

36,3

36,2

36,8

36,0

36,5

36,7

37,2

38,7

40,7

42,7

42,5

44,4

45,2

45,4

39,2

39,2

38,4

Allemagne

29,8

29,9

29,0

29,2

30,1

29,7

29,5

29,9

31,7

32,1

32,6

32,7

33,4

35,8

37,2

37,0

36,7

Nc : non communiqué

* Les données pour la France n'incluent plus les gendarmes depuis 2009

Sources :

- Pour les pays de l'OTAN : mémorandum statistique de l'OTAN (juin 2011)

NB : pour les USA, au cours de la période 2008-2010, les montants de cette édition sont sensiblement supérieurs à ceux précédemment publiés par l'OTAN en juin 2010.

- Pour les pays hors OTAN : Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) yearbook 2011