Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord entre le gouvernement de la République française et le gouvernement du Sultanat d'Oman sur l'encouragement et la protection réciproques des investissements

 

B. LA STRUCTURE DU COMMERCE EXTÉRIEUR OMANAIS

Le sultanat d'Oman dégage un solde commercial structurellement excédentaire grâce aux ventes de pétrole brut. Une part prépondérante des mouvements commerciaux est réalisée avec les cinq autres pays du Conseil de coopération économique des pays arabes du Golfe (CCEAG : Arabie Saoudite, Bahrein, Emirats arabes Unis, Koweit, Qatar). Le tiers de ces importations provient de ces pays qui représentent également 50 % de ses exportations hors pétrole.

S'agissant des importations, les Emirats arabes Unis, avec 28 % du total, occupent la première place, moins par l'exportation de produits locaux que comme centre de répartition régional via les zones franches de Dubaï et de Sarjah. Vient ensuite le Japon (21 %), le Royaume-Uni (8,3 %), les Etats-Unis (8 %) et l'Allemagne (4,4 %). La France ne représente que 2,5 % des parts de marché d'exportation vers Oman essentiellement grâce au matériel de forage (10,2 %) et aux équipements électroniques (5 %).

En ce qui concerne les exportations du sultanat, le pétrole continue de représenter 80 % des ressources économiques omanaises ; la baisse des exportations en valeur -compte tenu de la diminution du cours du baril- a été compensée par une hausse du volume exporté. Le Japon et la Corée du sud sont les principaux destinataires des exportations pétrolières omanaises, la France n'occupant que le 10e rang. Hors produits pétroliers, la France est au 19e rang des clients du sultanat (0,05 % de parts de marché à l'importation). Les exportations françaises sont constituées de produits industriels (tubes en acier, fonderies), en régression cependant, et de produits chimiques, relativement stables. Viennent ensuite les produits alimentaires, les biens de consommation et les biens d'équipement professionnel. Il faut noter que la part de l'aéronautique, ces dernières années, a été essentielle dans nos exportations vers le sultanat d'Oman par la commande et la livraison progressive de 6 Airbus pour la compagnie Gulf Air, dont Oman détient 25 % du capital.