Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

III. L'AIDE AU DÉPART ET L'INDEMNISATION

Ces crédits sont destinés :

- à l'encouragement au départ des salariés dans le cadre de plans sociaux ;

- à l'indemnisation des chômeurs en fin de droits ;

- au financement aux régimes complémentaires de retraite de l'abaissement de l'âge de la retraite à 60 ans.

En 1998, ils diminuent de 4,1 % et s'établissent à 20,2 milliards de francs.

A. LES DÉPENSES D'AIDE AU DÉPART

Evolution des crédits

(en milliards de francs)

 

1997

1998

1998/1997

Allocations spéciales du FNE (mesures "d'âge")

9.863,8

8.302,7

- 15,9 %

Contrats de solidarité ("préretraites progressives")

3.624

3.076,3

- 15,2 %

TOTAL

13.487,8

11.379

- 15,6 %

 Les "AS FNE" sont les préretraites à 57 ans cofinancées par l'Etat et les entreprises. La diminution des crédits est due à une prévision de reflux des entrées dans le dispositif (20.000) : ce reflux est lié aux effets de la réforme de 1994 qui a remonté l'âge d'accès au dispositif, et a augmenté les taux de contribution des entreprises, mais aussi à la volonté de maîtriser les mesures d'âge au sein des plans sociaux

 Les préretraites progressives : cofinancées par l'Etat et l'employeur, elles visent à favoriser le passage à mi-temps des salariés âgés d'au moins 55 ans afin d'éviter des licenciements ou permettre des embauches.

En 1998, le nombre de bénéficiaires devrait se stabiliser à la baisse compte tenu de la réforme intervenue au printemps 1997 qui a introduit une participation financière de l'entreprise pour les préretraites progressives accompagnées d'embauches : 25.000 entrées sont prévues dans le dispositif.

Retour Sommaire Suite