Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

B. LA CONVERSION DES SALARIÉS

(en millions de francs)

 

1997

1998

1998/1997 (en %)

Fonds national de l'emploi

 
 
 

Formation

40

0

- 100 %

Allocations temporaires dégressives

60,2

60,2

0 %

Conventions de conversion

882

980,93

+ 11,2 %

Conventions sociales de la sidérurgie

1.542,6

1.157,050

- 25 %

Aides au conseil

20,4

20,9

+ 2,4 %

Prévention et accompagnement des restructurations

624,23

689,33

+ 10,4 %

Incitation à la réduction collective du temps de travail (loi de Robien)

815,4

2.138,92

+ 162,3 %

Allocation spécifique pour privation partielle d'emploi (chômage partiel)

748,8

686,4

- 8,4 %

TOTAL

4.733,63

5.047,33

+ 6,6 %

Les principales évolutions sont :

- la progression de 11,2 % des crédits de conventions de conversion, dispositif de reconversion de 6 mois ouvert de droit aux salariés licenciés pour motif économique. Le nombre d'entrées prévu est le même que celui de 1997, soit 120.000, mais le prélèvement effectué sur les réserves de l'Association de gestion des conventions, de 100 millions de francs en 1997, n'est pas reconduit29(*) ;

- la diminution des crédits consacrés aux conventions sociales de la sidérurgie : - 25 %, ce dispositif évoluant vers une extinction naturelle ;

- la progression de la dotation déconcentrée de prévention et accompagnement des restructurations : + 10,4 %, qui permet aux directions départementales d'utiliser plusieurs instruments : chômage partiel, conversion... ;

- l'augmentation de 162 % des crédits consacrés au dispositif "de Robien" ;

- la diminution des crédits de chômage partiel (- 8,4 %) justifiée par la diminution des entrées constatée en 1997.

Retour Sommaire Suite