Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

C. UNE STRATÉGIE GLOBALE : DÉVELOPPER LES SYNERGIES ENTRE TOUTES LES ADMINISTRATIONS CONCERNÉES

L'action de l'État en faveur du tourisme ne se limite pas aux seuls crédits gérés par le secrétariat d'État.

C'est pourquoi, il faut, au-delà des données budgétaires, considérer que ce département ministériel doit avoir un rôle, si ce n'est de coordonateur, du moins de catalyseur de toutes les initiatives collectives, publiques et privées, qui concourent au développement du tourisme en France.

Un élément essentiel du caractère attractif de notre pays résulte de la richesse de son patrimoine naturel et urbain. Telle est la raison pour laquelle le secrétariat au tourisme a annoncé son intention de renforcer sa coopération avec les ministères de la culture et de la communication et celui de l'aménagement du territoire et de l'environnement.

Enfin, l'autre objectif, par nature interministériel, auquel le secrétariat d'État entend accorder une place prioritaire est l'emploi.

Dans ce domaine, il est prévu notamment d'améliorer le professionnalisme des salariés du secteur, en développant les formations initiale et continue, grâce à une meilleure utilisation des fonds de la formation professionnelle continue.

En outre, le secrétariat d'État souhaite s'appuyer sur le plan "emploi-jeunes" pour stimuler les créations d'emplois par l'intermédiaire d'accords cadres avec divers partenaires : une concertation est ainsi en cours avec les offices du Tourisme, les syndicats d'initiative, la fédération des pays d'accueils et diverses associations pour créer rapidement 2.000 emplois.

L'activité touristique a engendré, ces dernières années, en moyenne 1.2000 emplois par an. Selon le secrétariat d'État, il devrait être possible d'en créer 30.000 par an, salariés et travailleurs indépendants, par l'intermédiaire des petites et moyennes entreprises. Aussi, sera-t-il accordé une attention toute particulière, en liaison avec les autres départements ministériels, aux quelque 200.000 entreprises exerçant leur activité dans le secteur du tourisme Le secrétariat d'État entend les inciter à utiliser certaines mesures prévues par le présent projet de loi de finances en faveur des PME et en particulier, le crédit d'impôt pour création d'emplois et l'exonération des plus-values en cas de réinvestissement dans la création d'entreprise.

Telles étaient les grandes lignes d'un budget qui marque, selon votre rapporteur spécial, un coup d'arrêt dans la dégradation à laquelle on a assisté ces dernières années, même si, une fois encore, il n'est pas à la mesure de l'apport du tourisme à l'économie française.


FONCTION PUBLIQUE ET REFORME DE L'ETAT

Retour Sommaire Suite