Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

C. POUR LA PRÉPARATION DE LA COUPE DU MONDE ENTRE DANS SA PHASE FINALE

Si les crédits consacrés à la Coupe du Monde sont globalement en très forte diminution pour 1998, en raison de l'achèvement du Stade de France, un certain nombre d'actions devraient encore être financées pour parachever la préparation de cette très importante manifestation.

Pour 1998, suite à la fin des travaux du Stade de France et à sa mise en service en janvier prochain, 50 millions de francs sont inscrits au titre IV pour la construction du stade annexe, la dépollution des terrains et la subvention à la SANEM.

Financement du Stade de France : 1995-1998

Le coût global de l'ouvrage s'élève à 2,6 milliards de francs dont près de la moitié a bénéficié d'un financement public.

(en millions de francs)

La subvention publique s'est décomposée comme suit :

(en millions de francs)

Pour 1998, les travaux de mise en service du stade sont achevés.

Toutefois, la question à venir est celle de l'implantation d'un club résident. Le contrat de concession confie au concessionnaire l'exploitation du Stade de France pendant une durée de 30 ans. Si le consortium Stade de France ne trouve pas de club résident, l'Etat devra compenser le manque à gagner à hauteur de 50 millions de francs pour la saison 1998-1999. Si le club résident utilisant le stade ne peut garantir au concessionnaire une recette minimale de 73 millions de francs, l'Etat devra fournir le complément.

Il sera donc essentiel, dans les mois à venir, de suivre l'évolution de ces négociations, afin que l'Etat n'ait pas à prendre en charge le coût du fonctionnement de l'ouvrage pour les années à venir.

D'autre part, d'importants crédits sont débloqués en 1998 en faveur des stades de province.

Huit villes de province (Bordeaux, Lens, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Saint-Etienne, Toulouse) doivent rénover et souvent agrandir leurs stades pour accueillir les matches de la Coupe du Monde.

Des conventions entre l'Etat et ces villes ont été signées le 6 juin 1997, ce qui a permis le versement d'une première tranche de subventions. Les travaux seront achevés au premier trimestre 1998.

Afin d'aider l'ensemble des stades de province à réaliser les travaux nécessaires à la communication et la sécurité, il a par ailleurs été décidé d'attribuer une subvention complémentaire de 5 millions de francs par site pour 1998. Une mesure nouvelle de 45 millions de francs est inscrite à ce titre au chapitre 66-50 et un avenant à la convention initiale sera conclu avec chacune des villes site. Le FNDS contribuera également à la dernière tranche des travaux de rénovation des stades de province pour 91,5 millions de francs (75,5 millions de francs en 1995 et en 1996, 78,5 millions de francs en 1997).

D'autre part, une aide financière de 1 million de francs sera accordée à chaque site de manière à favoriser l'animation et la promotion des sites d'accueil.

Le projet "cités foot" consistant en des tournois inter-quartiers, des fêtes de quartiers et des forums de jeunes sera élargi aux villes issues des zones urbaines sensibles et le nombre de villes appelées à être sélectionnées sera doublé.

Les crédits destinés à cette opération seront considérablement renforcés puisqu'ils s'élèveront à 3,7 millions de francs, contre 640 000 francs prévus.

Au total, une mesure nouvelle inscrite au chapitre 43-91 pour 15 millions de francs sera destinée à ces projets d'animation, permettant de parachever la préparation de la Coupe du monde.

Retour Sommaire Suite